Breathe RPG


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 19 Juin - 16:37



Vous vous arrêtez une seconde et vous restez en arrière... Plus on tente d’aller de l’avant, plus le fait de ne jamais regarder en arrière est tentant. Le passé fait toujours surface pour nous botter le cul. Parfois on apprend de nouvelles choses sur le passé, qui changent tout ce que nous savons sur le présent.

Les deux semaines succédant l'arrivée de Stephen au Seattle Grace Hospital n'avaient fait que conforter ce dernier dans l'idée qu'il avait bel et bien sa place entre ces murs. Il ne pouvait même plus envisager un éventuel départ à présent. L'établissement dans lequel il travaillait désormais possédait une certaine renommée, et les patients ne manquaient pas. Malgré son sale caractère, le jeune homme se félicitait de n'avoir eu encore aucune altercation sérieuse avec l'un des autres médecins, l'entente entre ces derniers et lui s'étant déroulée sans trop d'encombres. Si les journées étaient chargées, elles apportaient toutes leur lot de découvertes, et les divers cas étudiés représentaient un très bon moyen d'apprentissage pour les internes. Bref, tout allait pour le mieux, et les bons moments passés dans l'enceinte de l'hôpital permettaient de faire abstraction des quelques désagréments du métier. Et puis, il y avait Lucy... Depuis la toute première soirée passée ensemble, les deux internes s'étaient rapprochés, prenant leurs déjeuners à la même table presque tous les jours dans la cafétéria du Seattle Grace. Ce temps passé ensemble n'avait fait que renforcer l'entente qui s'était créée entre-eux. Et, malgré le refus de s'attacher de la part de Stephen, il ne pouvait s'empêcher d'apprécier la jeune femme.

D'ailleurs, les deux jeunes gens se devaient de faire leurs visites ensemble la plupart des jours de la semaine, accompagnés d'une poignée d'internes tout comme eux, ainsi que d'un résident. Stephen n'ayant pas encore une idée exacte de sa future spécialisation, il s’intéressait à chacun des services -sauf, bien sûr, celui de la pédiatrie- et travaillait avec le titulaire ou résident que l'on lui attribuait sans vraiment chercher à aller dans un service plutôt qu'un autre.

Le petit groupe de médecins s'arrêta devant une nouvelle porte, la 104 exactement. C'était tellement excitant, à chaque fois. Il y avait toujours ce besoin pressant, impétueux, de savoir qui sera le prochain patient, de quelle maladie sera-t-il atteint, ou encore quel interne aura la chance d'assister à son opération -si intervention il y avait bien lieu.

Le résident, un épais dossier à la main, toqua à la porte, avant de pénétrer calmement dans la pièce, suivit de près par le petit groupe d'internes, un masque de curiosité peint sur leurs visages. Stephen jeta un coup d'oeil à Lucy, puis entra à son tour dans la chambre, avide lui aussi de découvrir le nouveau malade.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 19 Juin - 21:08

    Lucy entamait une de ces nombreuses gardes ce matin-là. Ces derniers temps, elle les avait beaucoup partagé avec Stephen, un interne qu'elle appréciait de plus en plus. Ils avaient fait connaissance voilà maintenant un peu moins de deux semaines et elle appréciait beaucoup les moments qu'ils passaient ensemble. Plus elle apprenait à le découvrir et plus ce qu'elle découvrait lui plaiser, mais sans penser à aller plus loin. Lucy était une personne méfiante et il fallait vraiment la rassurer et lui prouver qu'on était une personne de confiance, mais de toute manière, Stephen ne semblait pas la considérer autrement que comme une amie. Lucy ne lui avait toujours pas dit qu'elle avait une petite fille, elle ne savait pas pourquoi. Ou plutôt si, ils avaient abordé le sujet des enfants au cours d'un déjeuner à la cafétéria. Lucy, à ce moment-là, était en service de pédiatrie, et il avait dit qu'il espérait ne jamais devoir aller là bas car les enfants et lui, c'était pas vraiment ça et il ne les appréciait pas beaucoup. La jeune femme avait alors préféré éviter le sujet, et de toute manière, il ne lui avait jamais posé la question... Par contre, quant à chaque fin de garde il avait proposé de la raccompagner, elle avait du trouver une excuse comme par exemple que son colocataire Lorenzo s'était déjà proposé ou bien qu'elle avait encore quelques dossiers à compléter, tout ça pour pouvoir aller récupérer Nohélia à la crèche. C'était ridicule, elle le savait mais elle n'arrivait pas à le lui dire. Elle était fière de sa petite fille, elle l'aimait plus que tout au monde, mais elle ne voulait pas que Stephen la considère comme un fardeau ou l'évite parce qu'elle avait une enfant. D'ailleurs, peu de monde le savait à l'hôpital. C'était ainsi, elle avait besoin d'être considérée comme une interne comme les autres, pas d'avoir des privilèges car elle était une jeune maman célibataire. Et puis les autres internes auraient tôt fait de considérer chacune des opérations qui lui étaient accordés par les résidents comme un geste de pitié ou comme un privilège alors que ce n'était pas le cas, on lui accordait des opérations parce qu'elle était douée. Déjà que le nom de Shepherd était difficile à porter... On l'appelait la sœur de Derek, alors ce dernier et elle ne s'étaient toujours pas adressés la parole...
    Ils s'arrêtèrent devant la porte 104. Le résident toqua à la porte puis entra dans la chambre. Les internes le suivirent et Lucy salua poliment la patiente qui ne prit pas la peine de répondre.
    Sur le lit était étendu une femme au teint pâle. La jeune interne lui trouva un air familier comme si elle était la sœur ou la mère d'une connaissance mais elle ne sut dire de qui. Elle avait de grands yeux bleus et des cheveux foncés. Lucy attendit que le résident commence la présentation du dossier de la patiente, comme à chaque fois.

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 20 Juin - 2:17

Une fois dans la pièce, Stephen ne prit même pas la peine de saluer le patient, encore moins de lui jeter le moindre regard, tout occupé qu'il était, en pleine conversation avec un dénommé Matthew. Il attendait plutôt que son supérieur hiérarchique prenne la parole, signal qui le replongerait dans son travail de médecin. Mais pour patienter, rien de mieux qu'une discussion à voix basse avec un ami.

Lorsque la totalité du petit groupe de médecins fut présente dans la chambre 104, le résident se mit à présenter le cas du jour à ses internes, élevant la voix afin de se faire entendre :
- Elen Williams-Mathesson. 59 ans. Atteinte de cirrhose de stade avancé. En attente d'une greffe de foie. Madame Williams souffre de...

Stephen n'écouta même pas la suite, ayant totalement décroché de l'explication de son supérieur. Quand il avait entendu le nom de la patiente, il n'avait tout d'abord pas été certain d'avoir bien compris, et avait relevé vivement la tête, dévisageant la femme étendue sur le lit. Teint blafard, chevelure foncée grisonnante virant sur le blanc au niveau des racines et cernes maladives, le jeune homme avait tout d'abord cru s'être trompé. Mais il fallait se rendre à l'évidence : ces yeux bleus là, quasiment les mêmes que les siens, ne trompaient pas. Et lorsque le résident en charge du dossier répéta le nom de la patiente, Stephen en fut absolument certain : la femme se tenant face à lui était sa mère. Il se sentit soudain nauséeux, et chancela légèrement, s'empressant de reculer derrière la rangée d'internes. C'était impossible ! Sa mère ne pouvait pas être ici ! Et pourtant... Il fallait croire que lui avoir pourri la vie pendant tant d'années ne lui avait pas suffi. Il avait fallu qu'elle remette ça, et sur son lieu de travail qui plus est !

Ne parvenant toujours pas à se rendre compte de la situation, ni à réaliser que sa génitrice se trouvait bel et bien dans la même ville que lui, dans son hôpital, après tous les efforts réalisés pour mettre le plus de distance possible entre elle et lui, Stephen décida de quitter la pièce, ne pouvant en supporter d'avantage. Sans se soucier des regards se tournant vers lui, et sans un mot d'excuse ou d'explication envers les autres médecins, Stephen ouvrit la porte à la volée, n'ayant plus vraiment conscience de ses actes, et s'empressa de quitter la chambre.

Il traversa rapidement le couloir, et s'engagea dans l'escalier menant aux étages inférieurs. Ses pas le menèrent sans qu'il s'en rende réellement compte au dehors de l'hôpital, après avoir parcouru la moitié du bâtiment. Il avait besoin de prendre l'air. Non, ce dont il avait vraiment besoin, c'était de se rendre chez Joe, et de se descendre une dizaine de verres. Pour oublier... Mais ça, ce n'était pas ce qu'on aurait pu qualifier de très raisonnable. Stephen hésita. C'était une idée stupide, mais, au moins, il n'aurait pas à supporter les questions que les autres internes ne manqueraient pas de lui poser au sujet de son comportement, ou de cette femme portant le même nom que lui.

Ne sachant que faire, Stephen s'approcha d'un muret, se laissant tomber dessus, l'esprit embrumé par une foule de questions. Pourquoi sa mère avait-elle choisi précisément cet hôpital ? Pourquoi se trouvait-elle aussi loin de chez elle ? Était-elle au courant que son fils travaillait ici ? Était-ce d'ailleurs pour cette raison qu'elle s'était rendu dans cet établissement plutôt qu'un autre ? Que lui voulait-elle après tant d'années ?

Heureusement, le peu de gens déambulant devant l'hôpital ne faisaient en rien attention au jeune homme, trop occupés à autre chose qu'à se soucier d'un interne déprimé. Restait à espérer que personne n'ait décidé de le suivre... Une journée bien pourrie en perspective !
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 20 Juin - 22:23

    Lucy ne réagit pas lorsque leur résident dit le nom de la patiente. A vrai dire, son attention s'était focalisée sur le dossier de la patiente. Une cirrhose de stade avancé, en attente d'une greffe du foie... C'était mal parti pour la patiente et tout le monde le savait ici. Elle devait être mise sur liste d'attente, mais la liste était longue et pas sûre que la patiente puisse attendre longtemps dans un stade aussi avancé... Et en plus, elle n'était plus toute jeune ce qui augmentait les risques de rejet du nouveau foie. Alors, à moins d'un miracle, la patiente était condamnée. Lucy inspira un grand coup en silence, encore un cas qui n'allait pas être évident à gérer et à résoudre. L'issue paraissait fatale à première vue. Elle entendit un interne murmurer à ses côtés que c'était bien fait, cette femme était probablement une alcoolique. Lucy n'en était pas sûre mais elle savait que c'était probablement le cas. Et puis même, ils n'étaient pas là pour juger la patiente mais pour la soigner alors ce genre de jugements l'énervaient beaucoup.
    Lucy fut surprise lorsqu'elle sentit Stephen, qui était à ses côtés, se reculer précipitamment et finir par sortir de la salle. La jeune interne resta un peu surprise et mit quelques secondes à réagir. Le résident se retourna vers la porte, mécontent et une vague de commentaires surpris monta parmi les autres internes. On se demandait tous quelle pouvait-être la raison du départ précipité de l'interne. La jeune femme n'hésita pas, ressentant le mal être de son ami. Elle sortit quelques secondes plus tard en bredouillant de vagues excuses en direction du résident et de la patiente. C'est à ce moment-là que ça la frappa. La ressemblance avec Stephen. Ils avaient le même regard. Lucy ne mit pas longtemps à faire le rapprochement. Stephen devait surement la connaitre. C'était surement quelqu'un de sa famille et apparemment, il ne s'attendait pas à la voir là... Lucy se mit à la recherche de Stephen dans l'hôpital, elle sentait qu'il n'allait pas bien. Elle finit par le trouver, assis sur un muret, l'air perdu. La jeune interne s'assit à côté de lui, en silence. Il parut même pas remarquer sa présence. La jeune femme finit par lui dire :


    Qu'est-ce qui se passe Stephen ? Qui était cette femme ?

    Elle ne savait pas vraiment s'il souhaitait se confier ou dire quelque chose mais elle voulait qu'il sache qu'elle était là s'il le voulait... Lucy posa une main sur son épaule. Le voir aussi tourmenté lui donnait envie de le réconforter. Pour la première fois depuis qu'elle le connaissait, il n'avait pas sa fière allure et semblait hésitant et incertain... La jeune interne le découvrait sous un nouveau jour, un nouveau visage et cela la troublait. Stephen allait-il laisser tomber son masque 'interne sûre de lui pour lui montrer un peu de sa fragilité ?

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 20 Juin - 23:21

Une voix s'élevant tout près de lui finit par tirer Stephen de ses sombres pensées. Surpris, ce dernier tourna vivement la tête en direction de son interlocuteur, qui n'était autre que Lucy. La jeune femme s'était assise à ses côtés sur le muret, alors qu'il n'avait même pas perçu sa présence. Un silence pesant s'installa entre les deux internes, s'éternisant quelques secondes, avant d'être à nouveau interrompu lorsque Lucy prit la parole. Les questions allaient fuser, c'était inévitable. En même temps, il était certain que le comportement de Stephen avait de quoi intriguer, et méritait certainement un minimum d'explications.

Mais le jeune homme était tout sauf doué pour ce genre de discussion, ne faisant que rarement dans le sentimental. Aussi, il fit mine de se relever, s'apprêtant à envoyer Lucy sur les roses, mais la main de cette dernière se posant soudain sur son épaule l'en dissuada, le forçant malgré lui à se rasseoir, un peu à contrecœur. Ce geste de la part de la jeune femme intrigua et ému Stephen, ce dernier ne s'étant pas attendu à cette marque de douceur envers lui. En agissant ainsi, Lucy voulait probablement signifier au jeune homme qu'elle était là pour lui, et cela réconforta Stephen de savoir qu'il avait quelqu'un sur qui compter, surtout quelqu'un comme Lucy.

- Mais, j'en sais rien... Je ne la connais pas, c'était juste que...
Stephen se tut, réfléchissant quelques instants à ce qu'il s'apprêtait à révéler à la jeune femme. Il pouvait mentir sans trop d'encombres, mais Lucy n'était pas dupe. Prétexter avoir été victime d'un soudain malaise ne l'aurait donc sûrement pas convaincue. Et puis, lui cacher la vérité n'était pas vraiment pour lui plaire. Il choisi donc d'être honnête avec elle. Après tout, elle était la seule personne à qui se confier demeurait envisageable. Ne désirant pas y aller par quatre chemins, il lâcha dans un soupir, gêné d'avoir voulu mentir à son amie :
- C'est... C'est ma mère.
Il n'ajouta rien de plus, laissant à Lucy le soin de digérer l'information. De toute façon, il ne doutait pas qu'elle ne tarderait pas à lui débiter une flopée de nouvelles questions à ce sujet.

Mais face au regard interrogateur de la jolie interne, il finit par ajouter :
- Je sais, je n'aurai pas dû partir comme ça... Mais, euh... C'est juste que...je ne suis pas en très bons termes avec elle ces temps-ci, voilà ! Je...j'ai pas envie de lui parler pour l'instant, tu comprends ? Je veux dire, devant tout le monde, comme ça... Mais, j'irai sûrement la voir plus tard, hein.
Stephen se mordit légèrement la lèvre. Il avait été pitoyable dans ses explications plus que foireuses ! Et cela s'était certainement fait ressentir. Bon, il n'avait pas menti, seulement transformé un tantinet la réalité. Pas en très bon termes avec sa mère ? Il la haïssait et ne lui avait plus adressé la parole ni même ne l'avait revue depuis près de treize ans. Il irait sûrement la voir plus tard ? Oui, probablement lors de son enterrement, et encore !
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Jeu 23 Juin - 18:58

    Lucy releva le regard quand il dit qu'il ne la connaissait pas. Elle n'était pas dupe, il s'apprêtait à lui sortir un tissus de mensonges, elle le sentait venir à 10km à la ronde... Lucy se sentit déçue qu'il ne se confie pas à elle mais après tout, il faisait bien ce qu'il voulait et quelque chose lui disait que Stephen n'était pas un homme qui se confiait facilement. Finalement, il se reprit, lâcha un soupir et finit par lui dire que c'était sa mère. La jeune interne hocha la tête. Elle s'y attendait plus ou moins. Disons que ça leur faisait un point commun puisqu'elle ne parle plus elle non plus avec sa mère. Leur situation familiale semblait pour le moins.. compliqué pour tous les deux. A l'heure qu'il était sa mère n'avait jamais repris contact avec Lucy et la jeune femme ne pouvait pas lui en vouloir, elle l'avait fait beaucoup souffrir, mais elle souhaitait plus que tout au monde se réconciliait avec elle, lui présenter sa petite fille et la revoir... La jeune interne en souffrait beaucoup... Stephen continua en disant qu'il allait aller la revoir, mais la jeune femme en doutait beaucoup. Sa voix le trahissait et Lucy n'eut aucun mal à savoir la vérité. Elle murmura alors d'une voix prudente. Il ne fallait pas que Stephen prenne la mouche ou lui dise de se mêler de ses affaires. Elle sentait qu'il souffrait beaucoup...

    Elle ne va pas bien Stephen. Je ne sais pas ce qui s'est passé entre vous, mais peut être que ça peut s'arranger non ? Si ma mère était à l'hôpital en ce moment-même, je ferais tout pour me réconcilier avec elle...

    Non la mère de Stephen n'allait pas bien et elle n'avait peut être plus beaucoup de temps.. Peut être se trompait-elle également et s'en remettrait-elle, mais Stephen ne regretterait-il pas de ne pas lui avoir parler et pardonner si elle mourait ? Lucy regarda les gens autour d'elle. Puis, elle finit par se lever et dit :

    Allez viens, on va boire un verre chez jo. De toute manière on a loupé la tournée des cas, alors le résident voudra pas nous avoir pour la journée...

    Et oui, avec leur résident actuel, il ne fallait pas louper la tournée des cas médicaux ou sinon, vous étiez viré pour la journée. Ils n'avait donc plus rien à faire, ou alors si, allez à la mine chercher un cas médical intéressant ou s'occuper des cas banaux : gastro, petits bobos et autres cas bien peu réjouissants, alors à choisir... Ils auraient sans doute des conséquences de la part de l'hôpital, mais tant pis, Stephen avait besoin de se changer les idées...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Jeu 23 Juin - 20:26

La jeune femme accueillit les révélations de Stephen sans grande surprise, avec un petit hochement de tête compréhensif.
- Elle ne va pas bien Stephen. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé entre vous, mais peut être que ça peut s'arranger, non ? Si ma mère était à l'hôpital en ce moment-même, je ferais tout pour me réconcilier avec elle...

Stephen releva la tête, dubitatif. Lucy avait parlé d'une voix calme, son but n'étant visiblement pas de lui faire la morale, seulement de le conseiller, comme le ferait une amie. Aussi, le jeune homme ne releva pas, attentif à ses propos. Ce qu'elle disait était tout à fait censé, étant donné qu'elle ne savait absolument pas de quoi il retournait avec sa mère. Non, elle ne la connaissait pas.
- Je ne crois pas, non. La contredit-il d'un ton sombre. Ça ne peut pas s'arranger et ça ne s'arrangera pas.

Se réconcilier avec elle ? Jamais ! D'ailleurs, Stephen se fichait éperdument qu'elle meure et ne se serait pas gêné pour le clamer haut et fort. La plupart des gens seraient scandalisés face à de tels propos, mais il s'agissait bel et bien de la vérité. Pour quelle raison aurait-il envie d'accorder son pardon à une personne lui ayant rendu la vie misérable pendant toute son enfance ? D'ailleurs, il était probable que sa génitrice n'en ait plus pour longtemps. Du peu d'informations dont il avait eu vent lors de la visite de la chambre 104, Stephen ne se souvenait pas que le résident ait mentionné d'agréables nouvelles quant à l'état de santé et l'espérance de vie de la patiente. Une cirrhose du foie, ça n'était pas rien, en particulier si celle-ci était de stade avancé. La liste d'attente en vue d'une greffe n'était pas des plus courtes, et il ne s'agissait en rien d'une maladie bénigne. Mais, à présent qu'il en était au courant, Stephen ne se trouvait pas vraiment étonné d'une telle nouvelle. D'aussi loin qu'il se souvienne, sa mère avait toujours eu une fâcheuse relation avec l'alcool, et cela n'était pas allé en s'arrangeant avec la mort de son père. Une alcoolique, voilà ce qu'elle était. Voilà ce qu'elle avait toujours été. Son père ne se trouvant que très rarement à la maison lors de son enfance, du fait de son métier, c'était donc Stephen qui avait du payer les frais et être le témoin impuissant de cette beuverie quotidienne.

La voix de Lucy le tira soudain de ses peu réjouissants souvenirs, cette dernière lui proposant d'aller boire un verre chez Joe, histoire de se changer les idées et de faire passer le temps, rejoindre les autres internes n'étant plus vraiment envisageable à présent. Stephen se doutait que cette invitation de la part de la jeune femme entraînerait inévitablement de nouvelles questions, et que le sujet de conversation au bar tournerait principalement autour de sa mère, mais il accepta néanmoins avec un sourire, se levant à son tour afin d’emboîter le pas à son amie.
- Mouais, bonne idée. Allons-y !

Savoir que certains de leurs internes prenaient sur leurs heures de travail pour aller boire un coup ne serait certainement pas pour plaire aux supérieurs hiérarchiques de ces derniers, si jamais ils venaient à apprendre leur petite escapade, mais Stephen s'en moquait et, de toute façon, ceux-ci ne se rendraient probablement pas compte de leur départ de l'hôpital.

Aussi, ce fut le coeur un peu moins lourd que le jeune homme suivit Lucy de l'autre côté de l'imposante avenue longeant le Seattle Grace, jusqu'au bar de Joe. Les deux internes s'engouffrèrent à l'intérieur du bâtiment, avant de tenter de repérer une place libre. Ils élurent finalement domicile à une des extrémités du comptoir, d'où ils commandèrent chacun leur boisson respective.

Stephen se mit à siroter sa boisson sans un mot, jouant nerveusement avec le cadran de sa montre. Il demeurait silencieux, n'osant aborder le sujet qui fâche. En réalité, il n'en ressentait pas vraiment l'envie -bien qu'il en ait certainement besoin- et espérait que la jeune femme fasse de même. Tout de même désireux de briser le silence s'étant installé entre les deux internes, il lança à l'intention de Lucy sur le ton de la plaisanterie :
- Tu vas rater tous les cas intéressants de la journée à cause de moi !
C'était son mode d'opération habituel : changer de sujet afin d'oublier le précédent, et ainsi éviter les questions embarrassantes. Restait à savoir si cela fonctionnerait avec Lucy...
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 26 Juin - 13:58

    Salut Jo

    Lucy lui fit un petit signe de la main et s'installa avec Stephen. Elle commanda un mojito. Le silence s'installa, chacun buvant sa boisson sans bruit. Elle n'osait pas briser le silence, se disant que si Stephen souhaitait parler, il le ferait et elle ne voulait pas se montrer plus indiscrète sur sa vie privée. La jeune interne songea à sa propre famille et se demanda ce qu'elle ferait si le même cas se produisait. Si sa mère arrivait à l'hôpital malade, Lucy essaierait probablement de lui parler, de se faire pardonner, mais Stephen semblait avoir beaucoup souffert à cause de sa propre mère et lui pardonner semblait chose difficile. Il semblait lui en vouloir beaucoup...
    Puis, il lui dit qu'elle allait rater tous les cas intéressants de la journée à cause de lui. Lucy haussa les épaules et répondit en souriant :


    Les cas intéressants ? On aurait été à la mine et du coup, on se serait payé les gastros, grippes et autres cas barbants... Et puis, on est mieux ici non ?

    Lucy lui fit un clin d'oeil. Si leur résident les voyait, il aurait une crise cardiaque. Il fallait avoir un certain culot pour quitter leur service comme ça en plein milieu, mais les circonstances étaient particulières, non... ? Soudain, le bippeur de Lucy sonna. Discrètement, elle jetta un coup d'oeil, c'était la crèche. Haussant les épaules, elle dit à Stephen :

    Je reviens...

    Lucy se dirigea vers le fond de la pièce, et décrocha le téléphone. Elle composa le numéro de la crèche et tomba sur la directrice. Sa fille avait de la température et elle avait besoin de l'autorisation de Lucy pour lui donner du doliprane. Après s'être inquiétée et avoir été rassurée sur l'état de son enfant, Lucy tomba immédiatement son autorisation. Il n'y avait rien de grave, probablement un petit virus ou un petit rhume. La jeune femme raccrocha, rassurée et traversa la salle en sens inverse pour rejoindre Stephen. Elle évita son regard pour ne pas qu'il lui pose des questions. Elle lui fit un petit sourire pour lui montrer que le coup de fil n'avait rien de grave.
    Puis, après avoir avalé deux ou trois gorgées, elle releva le regard vers lui et lui dit :


    Parles moi de ta mère... Qu'est-ce qui s'est passé Stephen pour que tu lui en veuilles à ce point ? Elle buvait c'est ça ?

    Lucy posa doucement une main sur la sienne, un geste qui montrait son soutien. La cirrhose du foie, c'était surement à cause de l'alcool. C'était dans la plupart des cas à cause de ça et quelque chose disait à Lucy que si Stephen en voulait beaucoup à sa mère, ce n'était pas anodin...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 26 Juin - 18:53

A la réponse de Lucy, Stephen acquiesça avec un sourire. Elle avait raison : il étaient mieux ici. Entre passer un moment au bar avec elle et rester à l'hôpital avec la constante inquiétude de voir apparaître sa mère venue lui rendre des comptes, le choix du jeune homme était vite fait.

Une sonnerie retentit soudain aux oreilles des deux internes, coupant court à leur début de discussion.
- Je reviens... Assura Lucy en se levant, avant de se diriger vers le fond de la salle.
Stephen hocha la tête, la suivant des yeux. Voyant la conversation téléphonique s'éterniser, il eut tôt fait de détourner le regard, vidant son verre. Il se mit à tourner pensivement ce dernier, désormais vide, entre ses doigts, en profonde réflexion. Qu'allait-il pouvoir bien raconter à Lucy, lorsque viendraient les questions tant redoutées -car, il en était certain, celles-ci ne tarderaient pas- au sujet de sa relation avec sa mère ? En même temps, l'envie de lui accorder sa confiance était tentant, mais ne serait-il pas dans une situation de faiblesse une fois qu'il lui aurait tout dévoilé ? Après tout, il ne la connaissait que depuis deux semaines, et ignorait si ce laps de temps était suffisant pour faire de Lucy une éventuelle confidente.

Mais il n'eut pas le temps escompté pour peser le pour et le contre de tels aveux, que la jeune femme revenait déjà en sa direction, le rassurant d'un petit sourire quand à la gravité de l'appel reçu. Aussi, il ne lui posa pas de questions au sujet du pourquoi de celui-ci, la laissant s'installer afin de boire quelques gorgées de sa boisson.

Stephen continuait de jouer avec le récipient en verre, quand la voix de la jeune femme s'éleva à nouveau, coupant court à ses espoirs qu'elle ait tiré un trait sur son comportement de la chambre 104. Comme il s'y était attendu, elle lui posa la question tant redoutée, lui demandant quel évènement avait pu le conduire à adopter une telle rancœur envers sa génitrice, et si cette dernière buvait.

Stephen conserva le silence quelques instants, les yeux perdus dans le vague. Il n'avait pas envie d'en parler, vraiment pas. Et pourtant, après tant d'années sans s'être jamais confié à quiconque, ses secrets commençaient sérieusement à lui peser. Le contact de la main froide de Lucy sur la sienne le fit frémir, mais il comprit que, à travers ce geste, la jeune femme voulait lui assurer qu'il pouvait lui faire confiance.
- Oui, elle buvait... Lâcha-t-il soudain, confirmant l'hypothèse de Lucy.

Il se tut, terriblement gêné, mais face au regard interrogateur de la jeune femme, il se força à poursuivre :
Elle buvait...beaucoup. Et...ça a empiré quand mon père est mort. Il a eu un accident vasculaire cérébral. Surtout que, de son vivant, elle lui a pas rendu la vie facile, le pauvre. Toujours à lui gueuler dessus alors que c'était lui qui faisait tout : payer les factures, acheter à manger, ramener de l'argent... Après ça, elle est devenue dépressive et a doublé sa consommation d'alcool. Elle passait ses journées à la maison, sans essayer de se trouver un travail. Sa seule sortie de la journée consistait à se rendre au supermarché, pour refaire le plein de boisson. Elle revenait chargée de packs de bière et d'autres trucs... Et puis...elle passait le reste de la soirée à boire. Elle ne tenait même plus debout, incapable d'aligner trois mots, et restait comme une larve étendue sur le canapé. Déjà qu'on roulait pas sur l'or, du temps où mon père avait son boulot, là elle nous coulait totalement. On avait plus un rond...

- Enfin bref... Voilà. Termina-t-il.
Face à la mine peu convaincue de Lucy, il grommela d'un ton sec :
- Quoi ? C'est pas une raison suffisante pour la détester ?! Elle nous a pourri la vie à mon père et à moi en passant son temps à être bourrée ! Point barre ! Fin de l'histoire.
Il s'agita sur sa chaise, hésitant à révéler la face cachée de l'histoire. Raconter ainsi sa vie le mettait assez mal à l'aise comme ça, pas la peine en plus de passer pour un martyr en expliquant la véritable raison de sa haine envers son alcoolique de mère.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 26 Juin - 20:09

    Stephen commença son histoire et fut gêné, Lucy lui dit alors :

    Ne sois surtout pas gêné, ce n'est pas de ta faute si ta mère buvait..

    Lucy lui fit un petit sourire, puis, il continua son histoire et finit en disant que c'était la fin de l'histoire, point barre. La jeune femme conclut tout de même, se doutant de ce qui se passait, même s'il ne disait rien :

    Et laisse moi deviner, elle n'était pas des plus tendres avec toi quand elle buvait c'est ça ?

    Lucy songea à Sam, un homme qu'elle avait aimé et avec qui elle était sorti. Plusieurs fois, lorsqu'il avait bu, il avait porté la main sur elle. Lucy avait été longtemps persuadée qu'il allait changer... Il l'avait supplié de partir de peur qu'il ne lui fasse vraiment mal mais Lucy, par amour, avait refusé. Lucy était peut être naive, elle croyait que tout le monde pouvait changer, mais finalement, il s'était révélé être trop bouleversé par son passé et il l'avait quitté. Le temps avait passé maintenant, mais elle se méfiait plus... Pourtant, elle avait hait le comportement de Sam, mais elle avait aimé Sam... Il ne fallait pas tout mélanger, ce n'est pas le comportement d'un homme qui définissait ce qu'il était, mais ce qu'il songeait, ce qu'il était vraiment à l'intérieur. Du moins, c'est ce que pensait Lucy. Aussi, elle continua :

    Ce sont ses actes qui font qu'en ce moment même tu la détestes et tu lui en veux beaucoup, c'est son comportement que tu hais, mais au fond, peut être qu'elle, elle souffrait beaucoup et que ta mère, bien enfouis quelque part, n'a jamais cessé de t'aimer ? Peut être qu'elle a changé mais que si tu refuses de la voir maintenant, plus tard il sera trop tard ?

    Lucy voulait ne pas s'aventurer trop loin puisqu'elle ne connaissait pas toute l'histoire, mais elle demeurait persuadée que toute personne, même la plus méchante et la plus impitoyable pouvait à tout moment changer, avoir des regrets et vouloir changer son passé... Lucy voyait la vie en rose, elle était comme ça et c'est probablement ce qui la perdrait un jour...
    Stephen lui répondit d'un ton sec et elle sursauta, surprise. Elle finit par baisser le regard, elle le méritait sans doute, qui était-elle pour prétendre connaitre ce qui se passait ? Elle ne connaissait rien de son passé et ne pouvait sans doute pas imaginer deux secondes ce qu'il avait enduré. La jeune interne finit par murmurer :


    Excuse moi Stephen, je n'ai pas le droit de te parler ainsi, je ne sais rien de ce qui s'est passé dans ta vie...

    Lucy releva le regard et lui fit un petit sourire désolé. La jeune interne glissa une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle finit par laisser son regard dériver vers les autres personnes dans la salle, puis, sans regarder Stephen, elle finit par lui avouer elle aussi :

    Lorsque j'avais 16 ans, j'ai plutôt mal tourné, je me suis très mal comportée et j'ai beaucoup fait souffrir ma mère. Elle avait déjà quelques soucis de santé et j'ai perdu mon père lorsque j'avais deux ans. J'avais pourtant une famille qui m'entourait, un frère et des soeurs qui m'ont aidé à grandir, une mère géniale, mais j'ai tout foiré... Un soir, j'ai trouvé mes valises devant la porte. Depuis ce jour, je ne les ai jamais revu, excepté Derek bien sure, mais il refuse de me parler et il n'y a pas un jour où je songes à eux et où je voudrais remonter dans le passé pour changer mes actes... Alors tu vois, je me mets à la place de ta mère Stephen, peut être a-t-elle réellement envie de tout changer... Tu vois, toi, tu n'as pas à être gêné par ton passé...

    Lucy en avait les larmes aux yeux. Elle ne parlait toujours pas à son frère et peu de gens savaient que le grand Derek Shepherd qui était le meilleur neurochirurgien des Etats-Unis et qui bossait dans cet hôpital était son frère, son grand frère et qu'il ne lui parlait toujours pas... Elle n'en avait jamais parlé avec Stephen lui même et il ne savait que c'était son grand frère... Lucy se sentait honteuse et en même temps, soulagée d'en avoir parlé avec quelqu'un. La jeune interne attendit, se doutant que Stephen allait surement la trouver monstrueuse pour en être au point de se faire jeter dehors par sa propre famille. Mais la jeune interne avait énormément changé, en dix ans, elle était devenue une autre, une personne douce, sensible et compréhensible...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 26 Juin - 22:13

Mais Stephen n'eut finalement pas besoin de poursuivre son histoire, la jeune femme étant suffisant perspicace pour deviner de quoi il retournait. Elle lui demanda tout de même la confirmation de son hypothèse, et Stephen acquiesça douloureusement. Le fait qu'elle est compris elle même que sa mère le battait le soulageait, en un sens. Ainsi, il n'avait pas à ressasser les souvenirs blessants de cette période, à savoir : son enfance... De toute façon, il n'avait jamais été très habile avec les mots.

Il écouta d'une oreille distraite les dires de Lucy ayant repris la parole. Mais quand elle se mit à lui donner des conseils, sous-entendant que sa mère méritait certainement qu'il retourne vers elle avant qu'il ne soit trop tard, il la regarda d'un air effaré, sentant sa colère monter d'un bloc. Le jeune homme retira sa main -toujours sous celle de Lucy- d'un geste brusque, avant de lui lancer d'un ton légèrement plus sec qu'il ne l'aurait voulu :
- Je rêve, tu prends sa défense ?! Ce sont justement nos actes qui définissent ce que nous sommes. Et, non, elle ne souffrait pas ! La seule chose dont elle pouvait souffrir, c'était de l'absence de ses bouteilles quand elle n'avait plus un rond pour les acheter ! Tu crois qu'elle n'a jamais cessé de m'aimer ? Merci bien mais, pour moi, tabasser quelqu'un toute la journée n'est pas vraiment la meilleure preuve d'amour qu'on puisse imaginer... Et je peux t'assurer qu'elle savait se montrer très...inventive dans ses "punitions"... Alors garde tes leçons de morale !

Il avait débité ce flot de paroles d'une seule traite, sans réellement réfléchir à ce qu'il disait, et se rendit compte que le ton employé vis-à-vis de Lucy n'avait pas été des plus aimables. D'ailleurs, la jeune femme baissa les yeux, s'excusant de lui avoir parlé de cette manière alors qu'elle n'était en rien au courant de ce qu'il avait vécu. Cette dernière finit par relever la tête, lui adressant un petit sourire, avant de détourner le regard, soudain pensive. Évitant soigneusement de regarder Stephen, elle reprit alors la parole, d'une voix soudain peu assurée. Elle lui parla de son passé, de la mort de son père, de ses erreurs de jeunesse, de la déception apportée à sa famille pourtant aimante... Elle lui expliqua également comment celle-ci l'avait mise à la porte, puis lui révéla l'identité de son grand-frère, le brillant neurochirurgien Derek Shepherd, ce dernier exerçant son métier dans le même hôpital que les deux internes. Pour finir, elle lui confia à quel point elle aimerait retourner dans le passé, afin de réparer les fautes qu'elle avait pu commettre, et retrouver la complicité d'antan avec sa famille.

Stephen l'écouta d'une oreille attentive, sans broncher, emmagasinant toutes ces informations. Il était étonné du nombre de choses qu'il ignorait jusqu'alors sur le compte de Lucy, tous ces secrets qu'elle avait conservé, elle aussi. Comme quoi, il n'était pas le seul à ressentir de la honte au sujet de son passé. Alors comme ça, elle aussi avait perdu son père...

Le jeune homme se mordit la lèvre, touché que Lucy se soit confiée à lui de cette manière. A présent, chacun en savait sur le compte de l'autre, ce qui les rapprochait encore plus, d'une certaine manière. Forcément, ce genre de confidences créait des liens...

La jeune femme releva alors la tête, croisant finalement son regard, et Stephen remarqua ses yeux humides, brillants de larmes. Après tout, remonter d'aussi douloureux souvenirs à la surface ne pouvait que causer une certaine émotion.

Sentant son coeur se serrer de voir Lucy aussi triste, Stephen avança sa main, prenant à son son tour celle de la jeune femme dans la sienne. Le contact de sa peau contre la sienne le réconforta, et il adressa un sourire d'encouragement à Lucy, avant de lâcher, cherchant ses mots :
- Pour moi, il n'y a plus d'espoir que ça s'arrange avec ma mère. Depuis que je suis parti, il y a treize ans, elle est morte. Voilà comment je vois les choses : ma mère est morte il y a treize ans. Je me suis fait à cette idée, et j'ai fait mon deuil, en quelque sorte. C'est comme ça et ça ne changera pas. Mais toi, tu as encore une famille. Et malgré toutes les erreurs que tu as pu faire, elle t'aime. Je ne connais pas vraiment Derek mais du peu de temps que j'ai pu passer en sa compagnie, je sais que c'est un mec bien. Que ce soit avec ses patients, sa copine, ses amis... Je suis sûr que, si tu vas lui parler... Enfin, il n'y a aucun raison que tu ne puisses pas te réconcilier avec lui. Et c'est pareil avec ta mère et les autres membres de ta famille. Je veux dire, si tu continues à vivre dans le passé, en disant que tu voudrais y retourner pour changer les choses, tu n'avanceras jamais, tu ne pourras jamais te réconcilier avec eux. Il faut que tu ailles de l'avant. Ce qui est fait est fait. Maintenant, il faut juste que tu trouves le courage d'aller leur parler, que tu choisisses le bon moment, et que tu te lances ! Au pire, il leur faudra du temps pour te pardonner mais ils sauront à quel point tu es désolée, et ça les fera réfléchir. Et, au mieux, tu retrouveras ta famille et tu leur tomberas dans les bras. Alors je ne suis peut-être pas le mieux placé en terme de relations familiales, mais je crois que ça vaut vraiment la peine d'essayer, crois-moi.

Stephen se tut, choqué d'être soudain aussi bavard. C'était probablement la première fois qu'il parlait autant d'un seul coup. Mais il voulait vraiment que son amie ait une chance de reprendre contact avec ses proches, lui-même n'ayant que trop souffert du manque d'une véritable famille. Il baissa les yeux, soudain mélancolique. Il aurait tellement donné pour avoir la possibilité d'en avoir une, lui aussi. La joie d'être entourée de gens aimants, le soir du réveillon, celle de rentrer chez soi, pendant les rares vacances, ou encore de se voir préparer des bons petits plats afin de les déguster en famille : autant de bonheurs simples qu'il ne connaîtrait jamais.

Conscient de la tristesse transparaissant sur son visage, il se concentra à nouveau sur celui de Lucy et caressa sa main du bout des doigts.
- C'est moi qui me met à te donner des leçons de morale, maintenant ! Lança-t-il avec un petit sourire afin de détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 26 Juin - 22:58

    Stephen lui dit que tout n'était pas trop tard pour elle et que si elle le voulait, elle pouvait encore reprendre contact avec sa famille. Lucy avait essayé, mais sans succès. La jeune femme secoua négativement et tristement la tête.

    Non, ils ne veulent rien entendre... Ils ne savent même pas que... Lucy se tut, elle allait évoquer Nohélia. Parce que oui, sa propre famille ignorait qu'elle avait une petite fille... Puis, au dernier moment, elle se ravisa et continua. Il y a tellement de choses qu'ils ignorent. J'ai essayé de les contacter à de multiples reprises, mais je.. il n'y avait personne, ils n'ont rien voulu savoir. Ils n'ont pas pris de mes nouvelles depuis dix ans. Dix ans c'est long... A chaque Noël je rêve de pouvoir le partager avec eux... Je regrettes tellement ce que j'ai pu faire Stephen, tu ne peux même pas imaginer les dégâts que j'ai pu causer. Je comprends qu'ils m'aient mis dehors, c'était la seule solution et c'est ce qui m'a sauvé. Ma sœur a faillit mourir d'une overdose quand elle était jeune et j'ai failli faire la même chose. La santé de ma mère du coup s'est dégradée et je ne voyais rien, je continuais mes bêtises, je rentrais tard le soir, j'ai arrêté l'école... J'ai tellement honte de moi... Oui Derek est quelqu'un de bien, il m'a probablement sauvé la vie en me mettant dehors, mais aujourd'hui, le croiser dans les couloirs et voir qu'il m'ignore, c'est trop dure...

    Lucy sentit des larmes couler le long de ses joues. C'était toujours si douloureux de faire remonter le passé. Elle n'en parlait jamais, elle essayait de garder le moral, de ne pas y songer, mais lorsque par hasard, elle retombait sur une photo oubliée ou sur un souvenir, elle avait beau faire la fière, elle finissait souvent par s'effondrer. Le pire c'était que sa petite fille ne connaissait pas sa grand mère, ses tantes et son oncle... Elle aurait tellement voulu que sa mère lui montre comment s'occuper au mieux de sa fille, comme elle l'avait fait avec la sœur de Lucy... Mais non, elle s'était débrouillée toute seule, avait passé les noël seule, ou avec sa petite fille... Lucy évita le regard de Stephen, elle avait honte, il devait la prendre pour un monstre. Mais aurait-il tort ? C'était ce qu'elle était un monstre égoïste et sans cœur. Du moins, c'est ce qu'elle pensait, mais elle ne se rendait pas compte que maintenant, le monstre comme elle le pensait qui se droguait et qui ne pensait qu'à elle, avait bien changé... Lucy n'avait plus rien à voir avec l'adolescente rebelle qu'elle était avant...
    Lucy secoua la tête.


    Je suis désolée pour ta mère. Je comprends que tu ne veuilles plus la voir...

    Lucy espéra juste que Stephen ne changera pas d'avis quand il sera trop tard, c'est à dire quand elle serait morte. La jeune interne essuya les quelques larmes qui avaient coulé et eut un petit sourire lorsqu'il lui dit que c'était lui qui lui donner des leçons de morales maintenant. Lucy rajouta ironiquement :

    On est fort, on fait nos propres séances de psy maintenant !

    Lucy but quelques gorgées de plus de son verre, pensive. Cette conversation l'avait secoué, elle se sentait plus proche de Stephen parce qu'elle lui avait avoué son passé et il lui avait avoué le sien. Mais ne la considérait-il pas différemment maintenant ? Et encore, il ne savait pas tout... Elle comprit qu'à cet instant, mieux valait tout déballer. Lucy inspira un grand coup et se rapprocha légèrement de Stephen.

    Stephen, il faut que je te dises quelque chose...

    Lucy ne put continuer sa phrase.. Soudain, ils se retrouvèrent encore plus proche et sans qu'ils ne sachent comment ils en étaient arrivés là, leurs lèvres furent à deux doigts de se toucher, mais leur bippeur sonna, les ramenant brusquement à la réalité... Lucy, soudainement embarrassée, se pencha pour attraper son bippeur et Stephen fit de même. C'était l'hôpital, on les bippait pour une urgence...


_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 27 Juin - 0:18

Malgré les encouragements de Stephen à l'égard de Lucy, cette dernière ne semblait pas du tout confiante quant à ses chances de se réconcilier un jour avec les membres de sa famille. Elle lui expliqua qu'elle avait à de nombreuses reprises tenté de prendre contact avec eux, en vain. Il était évident qu'évoquer ce sujet causait énormément de chagrin à la jeune femme, et de grosses larmes se mirent d'ailleurs à rouler sur ses joues, y dessinant de longs sillons semblables à des petits torrents d'eau salée.

- On fait tous des erreurs, en particulier dans notre jeunesse. Tu n'as pas à t'en vouloir autant pour ça. Lui assura Stephen avec un sourire réconfortant, resserrant sa prise sur sa main. Et puis, je peux t'assurer que je n'étais pas, moi non plus, un adolescent modèle. J'en ai fais, des conneries ! Ajouta-t-il en riant, espérant arracher un sourire à la jeune femme.

Lorsque cette dernière lui murmura qu'elle était désolée pour sa mère, et surtout qu'elle le comprenait, il lui adressa un sourire de reconnaissance, heureux qu'elle se montre aussi compréhensive. Laissant cette conversation des plus déprimantes derrière eux, les deux internes se mirent à rire ensemble, soulagés d'avoir ainsi vidé leur sac. Lucy vida son verre, ses larmes désormais séchées.

C'est alors qu'elle se tourna vers lui, l'air grave, plongeant ses yeux dans les siens.
- Stephen, il faut que je te dise quelque chose...
Comprenant au ton employé que ce que la jeune femme s'apprêtait à lui révéler n'avait rien d'anodin, Stephen dévisagea son amie, intrigué. Tandis que Lucy hésitait à se lancer, embarrassée, le jeune italo-américain en profita pour détailler son visage, une fois de plus. Il ne se lassait jamais de la contempler. Elle était tellement...magnifique. Le soir de leur toute première rencontre, il n'avait tout d'abord eu qu'une seule chose en tête : draguer Lucy, l'embrasser, la ramener dans son appartement, comme toutes ses autres conquêtes. Mais il fallait dire que la soirée s'était déroulée d'une toute autre manière que selon leurs attentes. Puis, au fil du temps, les deux internes avaient appris à se connaître, discutant chaque jour, perçant peu à peu le voile de mystère les entourant. Jusqu'à ce jour-là, où ils avaient atteint un stade de proximité encore jamais égalé depuis cette soirée, en se révélant leurs plus sombres secrets à propos de leurs vies respectives, de leur passé. Désormais, Stephen voyait la jeune femme comme une sorte de confidente, de grande amie à laquelle il pouvait absolument tout dire, une belle complicité s'étant installée entre-eux. Et, à présent, il hésitait à aller plus loin. Bien sûr, il ne pouvait nier ressentir plus qu'une simple attirance pour Lucy, mais était-il prêt à prendre le risque de tout gâcher si jamais ils franchissaient le pas de la simple amitié ? Les relations amoureuses du jeune homme s'étaient toujours soldées de la même manière, et il ne tenait pour rien au monde à perdre Lucy. Mais maintenant qu'il se trouvait là, moins de vingt centimètres le séparant de la jeune femme, il se savait incapable de résister. Sans qu'il sache ce qui lui prenait, il se rapprocha subitement du visage de cette dernière, qui, à sa grande surprise, fit de même. Ainsi penchés l'un vers l'autre, ils pouvaient tous deux ressentir le souffle régulier de l'autre sur leur visage, leur lèvres se frôlant presque.

C'est alors que l'éternelle sonnerie stridente retentit à leur oreilles, les faisant sursauter légèrement. Les deux internes s'éloignèrent brusquement l'un de l'autre, terriblement gênés d'avoir failli braver l'interdit. Stephen consulta rapidement son bippeur, se maudissant d'avoir choisi un tel métier. Il s'agissait d'une urgence, aussi, aucun contretemps n'était plus permis. Déposant l'argent dû sur le comptoir à l'intention du barman, le jeune homme se précipita en direction de la sortie, évitant soigneusement le regard de Lucy quand celle-ci lui emboîta le pas.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 27 Juin - 19:36

    Au moment où leurs lèvres furent à deux doigts de se toucher, le cœur de Lucy s'emballa et ils furent brusquement interrompus par la sonnerie de leur bippeur. Une urgence... Ils évitèrent leur regard, gêné d'avoir été soudainement aussi proche. Ils réglèrent leur verre et se précipitèrent à l'hôpital. Un incendie avait causé beaucoup de blessés. Ils furent aussitôt séparés, envoyés chacun dans un service différent. A son plus grand soulagement, personne ne posa la moindre question sur leur "absence". Lucy eut tout juste le temps d’apercevoir Stephen qui partait en pédiatrie. Elle savait qu'il n'aimait pas du tout ça en plus. La jeune femme, elle, fut dirigée en cardiologie. La journée fut longue, et pourtant, Lucy ne cessa de songer à Stephen. Que leur avait-il pris ce matin ? Ils avaient été à deux doigts de s'embrasser... Jusqu'à présent, elle l'avait considéré comme un confident, un ami, certes, il lui plaisait, il l'attirait, mais ça s'arrêtait là... Mais depuis qu'ils avaient été à deux doigts de s'embrasser, elle ne cessait de songer à cela. Il l’obnubilait, il occupait toutes ces pensées... La jeune interne essaya de se consacrer à son patient, un homme âgé d'une trentaine d'années souffrant de multiples blessures et dont on avait découvert une atteinte cardiaque, mais peine perdue, elle n'arrivait pas à oublier ce qu'il s'était passé ce matin-là. La jeune femme se demandait si c'était réellement Stephen qui l'attirait ou si c'était le fait qu'ils n'étaient pas allés jusqu'au bout de leur baiser. Elle était si distraite, qu'elle ne faisait plus attention à ce qu'elle faisait. Finalement, sa garde s'acheva, après de longues heures de travail acharné, et de pensées récidivistes à propos de Stephen. Lucy comprit au moment où elle croisa le jeune homme dans le couloir, qu'elle devait avoir la réponse à ses questions là, tout de suite, ou alors elle ne cesserait de se poser d'éternelles questions...
    Lucy l'attrapa par le coude au moment où il passa devant la chambre de repos. Il sursauta puis, voyant que c'était elle, se laissa attirer dans la pièce. La jeune femme referma la porte derrière lui tandis qu'il la regardait d'un drôle d'air. Lucy murmura en se rapprochant doucement de lui :


    Stephen... Je dois savoir quelque chose...

    Lucy attrapa doucement son visage entre ses mains. Son visage était doux et chaud. Elle se haussa sur la pointe des pieds pour se mettre à sa hauteur. Doucement, elle commença par déposer ses lèvres sur les siennes et puis, comme il n'opposait aucune résistance, elle osa être un peu plus entreprenante. Le baiser fut comme elle si attendait et mieux encore. Un baiser doux, tendre. Elle se détacha lentement de lui, baissa le regard et murmura, honteuse :

    Désolée, il fallait que je le fasse, que je sache si j'avais loupé quelque chose ce matin à la cafétéria...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 27 Juin - 21:48


L'urgence pour laquelle l'hôpital les avait bippés se révéla être un afflux important de victimes d'un incendie. Les différents services s'étant rapidement retrouvés submergés par les nombreux blessés, la moindre aide pouvait être d'un grand secours, c'est pourquoi les infirmières s'étaient empressées de les rapatrier. Chaque nouvelle paire de main pouvant se révéler d'une grande utilité, résidents comme internes étaient accueillis à bras ouverts et avec un extrême soulagement par les titulaires en charge des opérations.

A peine les deux internes eurent franchis les portes du Seattle Grace, pénétrant dans l'enceinte du bâtiment déjà noir de monde, qu'un de leurs supérieurs hiérarchiques passant par là s'était pratiquement jeté sur Lucy, l’entraînant dans son sillage en direction du service de cardiologie. Déçu d'être laissé derrière et de ne pas avoir la chance d'apporter son aide pour les cas les plus intéressants, Stephen le fut encore plus quand un interne lui fit savoir que le Dr. Robbins avait besoin de lui en pédiatrie. Ayant toujours plus ou moins détesté les enfants, le jeune homme sentit son moral dégringoler à l'annonce d'une telle nouvelle. Mais il obéit cependant, se rendant à l'endroit indiqué, où il passa une bonne partie de la journée. Il soigna -avec le résident qui lui avait été assigné, et l'aide de quelques autres internes- plusieurs petits patients aux brûlures plus ou moins sévères, avant d'être appelé aux urgences, où il passa le reste de la journée à apporter de son mieux l'aide nécessaire aux médecins en charge des différentes victimes.

Suite à de longues heures de travail acharné, Stephen se dirigeait vers les casiers des internes, harassé de fatigue. Ses pensées dérivèrent vers Lucy, et de ce qui avait failli se passer entre-eux, un peu plus tôt dans la journée. Afin de se montrer le plus opérationnel possible dans son travail, le jeune homme avait tenté en vain d'oublier la scène du bar, mais malgré ses efforts, ce souvenir l'obnubilait au plus haut point. Au fond de lui, il ressentait une intense frustration : celle de ne pas avoir eu le temps d'aller jusqu'au bout de leur baiser...

Un poids douloureux pesant sur son coeur, et l'esprit envahi de regrets et de pensées contradictoires, Stephen ne faisait en rien attention à ce qu'il se passait autour de lui, dans les couloirs désormais quasi-déserts de l'hôpital. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise quand il sentit une main se refermer sur son bras, l’entraînant à sa suite. Le jeune homme leva brusquement les yeux, pour apercevoir Lucy, le traînant sans ménagement jusqu'à la salle de repos. Il la suivit sans broncher à l'intérieur, poussant un soupir de lassitude. Il imaginait sans mal le pourquoi du comportement de la jeune femme : elle l'emmenait dans un endroit calme afin de ne pas être importunée par des oreilles indiscrètes, afin de lui expliquer qu'il ne se serait de toute manière rien passé entre-eux, que l'éventuel baiser de ce matin n'avait été qu'une erreur... Puis, elle finirait par lui proposer de simplement s'en tenir à une relation amicale, comme avant, car elle l'aimait bien... En tant qu'ami...

N'ayant pas la moindre envie que Lucy lui serve ce genre de discours, qui ne servirait qu'à le déprimer encore plus, Stephen secoua la tête, s'apprêtant à murmurer à la jeune femme qu'il savait très bien ce qu'elle avait à lui dire :
- Lucy, c'est pas la peine de...
Mais il n'eut pas le temps escompté pour terminer sa phrase, son interlocutrice ayant brusquement rapproché son visage du sien, emprisonnant ses lèvres dans un long et doux baiser. Liquéfié par la surprise, Stephen contempla avec stupéfaction la jeune femme s'éloignant lentement de lui, mettant un terme à ce geste plus qu'agréable dont elle venait de le gratifier.

Probablement aussi étonnée que lui de son propre comportement et légèrement honteuse, Lucy détourna le regard, murmurant une justification à ce baiser plus que comique dans de telles circonstances. Stephen ne put s'empêcher d'afficher un sourire moqueur à cette piètre excuse, amusé. Sentant son coeur s'emballer dans sa poitrine, lui martelant les côtes avec acharnement, le jeune homme ne prit pas la peine de répondre, se penchant à son tour sans hésitation vers Lucy, caressant son visage d'une main, tandis qu'il reprenait leur baiser là où il s'était arrêté.

Voyant que la jeune femme ne se dérobait pas, il descendit sa main libre le long du dos de celle-ci, au niveau de la taille, tandis que l'autre glissa entre ses épaules, emprisonnant son corps entre ses bras. Leur baiser se prolongea en une longue étreinte audacieuse et passionnée, qui n'était pas vraiment pour lui déplaire.

Stephen stoppa soudain ses caresses, se reculant légèrement sans pour autant relâcher la jeune femme, afin de plonger ses yeux dans les siens, désireux de connaître les ressentis de cette dernière sur la tournure que prenaient les choses. Il lui sourit, passant une main dans sa longue chevelure aux reflets chocolat, gonflé de bonheur. Depuis leur entrée dans cette pièce, il n'avait plus de doutes quant à ses sentiments envers Lucy.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 27 Juin - 22:48


    Stephen, loin de la repousser, la ramena de nouveau vers elle et descendit une main le long de son dos. Lucy ressentit de petits frissons lui parcourir la colonne vertébrale tandis que sa main lui caressait doucement la peau. La jeune femme n'entendait plus les bruits autour d'eux. A ce moment-même, ils n'étaient plus dans une chambre de l'hôpital, mais ailleurs, loin d'ici.. La jeune interne répondit à son baiser avec autant de fougue que lui...
    Lucy se recula doucement et plongea son regard dans le sien. Il glissa une main dans ses cheveux. Plusieurs voix de ses camarades lui revinrent en mémoire. La plupart, des filles, s'étaient rendus compte qu'ils s'étaient rapprochés, même si Lucy leur avait garantit que ce n'était que de l'amitié, ce qu'elle croyait à l'époque. Tous lui avaient sortis des phrases du genre : "fais attention Lucy, c'est un dragueur, il parait qu'il a mis la plupart des filles de cette hôpital dans son lit...", "tu devrais pas trainer avec lui, tu vas tomber sur son charme et tu souffriras, c'est sure, il est pas pour toi", "fais gaffe, c'est un manipulateur"... Lucy n'avait pas voulu les écouter, et c'était souvent échapper en riant, leur garantissant qu'elle ne risquait rien puisqu'ils n'étaient que des amis... Mais là, maintenant, face à lui, ils n'avaient plus rien de deux amis, au contraire, l'intensité avec laquelle battait son cœur, lui prouvait qu'elle ressentait beaucoup plus que de l'amitié pour lui...
    Une lueur de doute passa dans son regard. Et si c'était le cas ? Et si tous ce que ses amis lui avaient dit étaient vrais ? Et si Lucy ouvrait son cœur à Stephen et qu'il la jettait au bout de quelques temps ? Et si pour lui tout ça n'était qu'un jeu ? Pourtant, son coeur lui criait que Stephen ne comptait pas jouer avec elle ou la faire souffrir. Sa raison lui criait de partir, de ne pas s'aventurer sur ce terrain-là et que sa vie était déjà assez compliquée comme ça, mais pourtant, son cœur n'écoutait plus sa raison. Le cœur battu la raison à plate couture au moment où Stephen reprit ses lèvres pour un baiser plus fougueux. La jeune interne colla son corps frêle à celui du jeune homme. Il la repoussa contre le mur dans un geste à la fois doux et sauvage. La jeune interne laissa tomber toutes ses barrières et oublia bien vite tous ses doutes. Ils devaient être mignons tous les deux là, s'embrassant dans une chambre de l'hôpital vêtus de leurs pyjamas bleus d'internes en chirurgie... Plutôt sexy les vêtements d'ailleurs ^^ Mais à ce moment-là, la couleur de leur vêtement n'avait plus aucune importante. Lucy ne voyait que les yeux de Stephen qui la contemplaient comme s'il pouvait lire dans ses pensées.


    Qu'est-ce qui nous arrive Stephen ?

    Stephen ne répondit pas et l'embrassa de nouveau. Lucy sentit ses lèvres descendre le long de son cou pour finalement remonter et capturer les siennes. Lucy ressentit de petits frissons... Ses gestes étaient sures et attentionnés, de quoi faire tourner la tête à la jeune femme en quelques secondes... La jeune brunette posa une main sur la hanche de Stephen.



_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 27 Juin - 23:56

Se montrant tout d'abord hésitante, Lucy se laissa bien vite, tout comme lui, entraîner par le flot indescriptible de ses sentiments, embrassant à son tour Stephen qui en profita pour lui rendre son baiser avec toute la fougue qu'il avait pu lui témoigner lorsque leurs lèvres s'étaient rencontrées pour la toute première fois. Encouragé par le comportement peu rebelle de la jeune femme, il la plaqua contre le mur, laissant courir ses mains sur ce corps longtemps désiré, épousant ses formes avec envie. Par ce geste, il convainquit Lucy d'abandonner ses dernières réticences, se contentant de chercher à nouveau sa bouche lorsqu'elle tenta de parler, ne désirant pour rien au monde briser cet instant si parfait et si empreint de fragilité à la fois. Le jeune homme se mit alors à parcourir le cou s'offrant à lui de ses lèvres, goûtant la peau satinée et légèrement parfumée de Lucy, avec une douceur qui lui était peu coutumière. Il faut croire que l'amour a le pouvoir de changer les hommes. Quoiqu'il était peu être un peu tôt pour être en mesure de dire si ce qui animait les deux internes pouvait réellement être qualifié d'amour... Mais Stephen avait tout sauf envie de réfléchir à ce genre de question existentielle en ce moment-même, mais seulement de s'abandonner à ses pulsions, et à son désir grandissant.

Il sentit d'ailleurs la jeune femme frisonner, certainement toute aussi fébrile que lui durant cette sauvage expression de leurs sens. Le brusque contact de la main de cette dernière se posant avec douceur sur sa hanche l'électrisa d'ailleurs tout autant, et il poursuivit ses baisers de plus en plus passionnés, ayant désormais à nouveau dirigé ceux-ci sur les lèvres pourpres et légèrement charnues de Lucy, en profitant pour humer avec délectation le doux parfum émanant de ses cheveux délicatement ondulés.

Après tant d'attente, de doutes et de douloureux dilemmes, on y était. Les deux internes avaient enfin osé franchir le pas. Enfin, surtout Lucy, qui s'était révélée très...entreprenante, ce dont le jeune italo-américain se réjouissait. Échauffé par ces multiples baisers, Stephen glissa ses mains sous le haut de pyjama de la jeune femme, sentant cette dernière frémir à ce contact. La respiration courte, il osa enfin le lui retirer, avant de laisser tomber le vêtement au sol, s'inquiétant de savoir si Lucy n'allait pas se braquer si elle trouvait que les choses se déroulaient trop rapidement.

A de nombreuses reprises, Stephen se demanda s'ils n'étaient pas en train de faire une grosse bêtise. Si leur relation amoureuse se terminait mal, il perdrait Lucy, et la belle amitié s'étant tissée entre-eux au fil des jours, par la même occasion. Cela le terrifiait au plus haut point, se rendant compte à quel point il tenait à la jeune femme, même après un aussi court laps de temps passé en sa compagnie, mais il chassa bien vite ses peurs idiotes en croisant le regard de cette dernière, se perdant au coeur de ses yeux magnifiques, qui le rassurèrent à ce sujet : Lucy était quelqu'un de formidable, et s'il ne merdait pas comme avec la plupart de ses précédentes conquêtes, il y avait probablement une chance que ça marche.

- Tu es tellement belle... Osa finalement murmurer Stephen au creux de l'oreille de la jeune femme, entre deux baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mar 28 Juin - 19:45

    Les doutes s'envolaient au fil des secondes. Lucy était de plus en plus sûre d'elle, de ses gestes. C'était comme-ci leurs lèvres s'étaient cherchées depuis des années, comme-ci leurs corps ne formaient plus qu'un, comme s'ils se connaissaient déjà... A vrai dire, Lucy n'était plus sûre d'avoir toute sa tête à ce moment-là, Stephen la lui faisait tourner et l'emmenait loin de tous ses tracas... Elle se rendit compte qu'au final, depuis l'instant où ils s'étaient rencontrés dans ce vestiaire il y a de ça quelques semaines, elle n'avait cessé de ressentir de l'attirance pour lui... Jusqu'à présent, elle le croyait simple ami, confident, mais la réalité était tout autre, il l'attirait autant physiquement que mentalement. Ce qu'elle découvrait de lui au fil du temps n'avait rien à voir avec les commérages de l'hôpital. Il se révélait être sensible, attachant, intelligent. Mais alors pourquoi Lucy n'arrivait-elle pas à lui dire qu'elle avait une petite fille ? Peut être de peur de sa réaction ? Il avait dit détester les enfants...

    La jeune femme sentit les mains de Stephen s'aventurer sous son haut et venir le lui retirer. Le vêtement tomba au sol. Lucy fit de même avec le haut de Stephen qui ne tarda pas à rejoindre le sien par terre. Lucy laissa sa main parcourir doucement le torse du jeune homme. Il était musclé, ses doigts parcourir lentement ses abdominaux pour venir doucement se poser sur son visage. La jeune femme l'attira à lui et l'embrassa.
    Stephen lui murmura à l'oreille qu'elle était belle, Lucy eut un petit sourire avant de venir murmurer d'une voix malicieuse en le regardant dans les yeux :


    On vous a déjà dit que vous parliez trop monsieur Mathesson ?

    Il s'apprêta à répondre mais Lucy le fit taire d'un baiser. Elle sentit Stephen la soulever et elle enroula ses jambes autour de ses hanches. Allaient-ils faire une bêtises qu'ils regretteraient ? Personne ne pouvait le savoir, mais à ce moment-là, Lucy était bien... Elle ne songeait à rien sauf à Stephen. Ses soucis s'étaient envolés... Rien ne pouvait briser la magie du moment, rien, ni les souvenirs, ni les remords, ni un maudit bippeur, ni qui que ce soit. A ce moment-là, ils étaient seuls, tous les deux. Les baisers qu'ils échangeaient se faisaient plus intenses, plus sensuels. La jeune interne sentait Stephen sûre de lui, entreprenant, aventureux. Elle pouvait maintenant aisément comprendre pourquoi si peu de femmes se refusaient à lui, il était séduisant, hypnotisant... Restait à savoir si pour lui, la fin serait comme avec toutes ces autres conquêtes, c'est à dire qu'ils ne se reverraient peut être pas...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mar 28 Juin - 21:02



Un froissement de tissu : Lucy venait à son tour de retirer le haut de Stephen, tout en lui reprochant dans un souffle de trop parler. La respiration saccadée, celui-ci émit un sourire à cette remarque, ressentant une agréable chaleur l'envahir lorsque la jeune femme fit courir ses doigts glacés le long de son torse. Les lèvres de cette dernière se posèrent alors sur les siennes, lui intimant le silence. Les paroles inutiles n'étaient que futilité dans un instant pareil. Bercé par le rythme régulier du coeur de sa compagne, il la souleva avec douceur, passant ses bras derrière son dos qu'il parcourut de caresses, tandis que Lucy enroulait ses jambes autour de ses hanches. Leurs corps ainsi collés l'un à l'autre, dans une étreinte délicieuse et enflammée, confortaient Stephen dans son désir grandissant de la jeune femme.

Du coin de l'oeil, il entraperçut entre deux baisers le lit dans un angle de la chambre de repos, servant -entre autre- aux siestes du personnel soignant de l'hôpital, mais lui était sans doute le mieux placé pour savoir qu'il pouvait se révéler être d'une toute autre utilité. Sans interrompre ses baisers de plus en plus pressants, il la porta jusqu'au matelas, où il l’allongea avec une délicatesse teintée d'empressement, avant de se poser sur elle sans cesser de l'embrasser langoureusement. Leurs respirations s'entremêlaient, tandis que le jeune homme, penché sur Lucy, l'embrassait encore et encore, une main descendant le long de son ventre, découvrant ce corps avec envie, tandis que de l'autre, il baissa lentement le pantalon chirurgical de la jeune femme, caressant sa cuisse. Ses sentiments se succédaient à une vitesse effarante. Brûlant de désir, ses gestes tout d'abord désordonnés par l'excitation se faisaient plus précis et plus assurés, et il décolla ses lèvres de celles de Lucy, sa bouche allant se poser dans le creux de son cou, préalablement dégagé de ses cheveux.

Désormais, plus rien n'avait d'importance : ni les derniers médecins encore de garde s'activant auprès des patients dans les différents services de l'hôpital, ni les vrombissements lointains des voitures au-dehors, ni même le risque qu'un éventuel inopportun pénètre dans la pièce. Seuls comptaient Lucy, les sentiments éprouvés pour elle, et leurs corps entremêlés, bouillant d'un désir commun...

Le coeur de Stephen battait encore à un rythme effréné dans sa poitrine, martelant ses côtes avec acharnement, ce dernier étant encore trop surpris pour réaliser que la jeune femme se trouvait désormais dans ses bras, l'embrassant avec une fougue qu'il ne lui connaissait pas. Dire que c'était elle qui avait fait le premier pas, un peu plus tôt dans la soirée. Et dire que la journée avait si mal commençait... Voilà qu'elle s'achevait d'une manière plus qu'agréable. Le lien qui était en train de se tisser entre les deux internes s'avérait être une relation des plus dangereuses, une liaison interdite, en quelque sorte. Mais que serait la vie si l'on ne prenait pas la peine de courir des risques de temps à autre ? Il faut savoir prendre des risques pour les choses qui vous sont précieuses... Stephen se souvenait avoir entendu ça quelque part, et malgré ses inquiétudes, il ressentait une furieuse envie d'appliquer à la lettre cette citation. Bien sûr, il pouvait perdre gros dans cette histoire, mais il y avait également tant à gagner... De toute façon, à présent qu'ils étaient lancés, Stephen se sentait incapable de mettre un terme à leurs baisers et leurs caresses, sauf bien sûr si Lucy le lui demandait. Mais quelque chose lui disait que la jeune femme ne ressentait pas vraiment l'envie de se dérober...
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mer 29 Juin - 19:38

    Stephen la déposa sur le lit et se coucha sur elle. Avec une infinie tendresse, il lui ôta son pantalon, couvrant ses cuisses de caresses. Lucy rejeta la tête en arrière lorsqu'il déposa ses lèvres dans son cou, frémissant à chacun de ses baisers, ondulant contre le corps de l'interne... Les baisers de Stephen la faisaient frémir, bouillir d'excitation et elle les lui rendait avec autant de passion et de fougue
    Doucement, elle se redressa sans quitter de ses lèvres la bouche du jeune homme et bascula Stephen pour qu'il se retrouve, sous elle, prenant pour quelques minutes la direction des choses. La jeune femme passa chacune de ses jambes autour du jeune homme et continua ses baisers. Elle les descendit dans le cou puis frôla de ses lèvres son torse jusqu'à son nombril. La peau de Stephen frémissait à chacun de ses baisers. La jeune interne emprisonna ses mains dans les siennes et les remonta pour les placer sur le haut du lit. Elle l'embrassa tendrement, sa langue venant se mêler à celle de Stephen. Ses cheveux frolant son torse.
    En effet, Lucy ne songeait pas non plus qu'à ce moment-là, n'importe qui pouvait arriver, pousser la porte et les trouver là, Stephen torse nu et Lucy en soutien gorge, allongés tous les deux sur le lit... Mais après tout, ils entendaient tous les jours des histoires de ce genre : deux internes retrouvés ensemble, des histoires de titulaires, d'infirmières... A croire que derrière la face caché d'hôpital, le personnel s'en donnait à coeur joie... Mariages, début de relations, coucheries, naissance, divorce, tel était le lot des mésaventures du personnel du seattle Grace et Lucy allait peut être en connaitre à son tour les péripéties... C'était un jeu dangereux mêlant vie privée et vie professionnelle et si l'une basculait, elle risquait d'entrainer l'autre... Autrement dit, une mauvaise expérience dans la vie professionnelle ou privée risquait d'entrainer des conséquences sur l'autre... Devait-elle entrer dans ce jeu là ? Pour l'instant, elle ne s'en posait nullement la question, profitant de ce moment avec Stephen et ne songeant absolument à rien d'autre.
    Lucy aida ensuite Stephen à se débarrasser à son tour de son pantalon. Son corps frêle sur celui du jeune homme, ses cheveux venaient chatouiller le visage de Stephen à chacuns de ses baisers. La jeune interne brûlait de désir pour le jeune homme et il avait allumé une flamme en elle qu'il avait intérêt à éteindre sinon ça irait mal pour lui ^^
    La jeune femme sentit Stephen se redresser et elle se retrouva assise sur lui. Elle fit descendre ses mains le long de son dos. Soudain, elle se redressa, plongeant son regard dans celui de Stephen et murmura :


    Ne fait-on pas une bêtise Stephen ?

    Lucy fit la question et la réponse en même temps. Après quelques secondes, elle finit par se pencher de nouveau vers Stephen, attirée par ses lèvres. Elle l'embrassa avec passion...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mer 29 Juin - 22:36

Stephen sentit soudain la jeune femme se redresser lentement, le renversant à son tour sur le dos, de manière à se retrouver assise sur lui, au niveau de ses hanches. Elle se mit alors à parcourir de baisers le corps du jeune homme qui frémit de plaisir, fermant les yeux lorsque les lèvres de sa compagne se posèrent sur son torse, descendant avec douceur le long de son ventre. Ses longs cheveux bruns, formant comme un rideau sombre devant son visage, chatouillaient agréablement la poitrine de l'interne.

Toujours les yeux fermés, le jeune homme sentit Lucy agripper ses mains, les remontant jusqu'en haut du matelas. Prisonnier de cette étreinte des plus sensuelles, il rouvrit les yeux pour voir son beau visage de nouveau à la hauteur du sien, ainsi que ses lèvres s'approchant à nouveau pour un baiser passionné. Il entrouvrit sa bouche pour accueillir celle de la jeune femme, penchant la tête sur le côté pour mieux épouser la forme de ses lèvres, caressant sa langue avec la sienne. Les mains désormais libérées, Stephen tenta de se débarrasser à son tour de son pantalon, mais sa position actuelle l'empêchait de se dévêtir convenablement.

Remarquant ses gestes inutiles et désordonnés, Lucy l'aida du mieux qu'elle pu à retirer le vêtement. Décidant que cette dernière avait suffisamment longtemps pris le contrôle de la situation, Stephen se redressa sur ses coudes, afin de s'asseoir complètement sur le lit, de manière à ce que la jeune femme se retrouve sur sur lui, collée contre son torse. Tandis qu'il frémissait de plaisir au contact des mains fraîches de la jeune femme sur son dos, il vit celle-ci stopper un court instant son manège, plongeant ses yeux dans les siens, lui demandant dans un souffle s'ils ne s'apprêtaient pas à faire une grosse erreur.

Stephen la contempla une poignée de secondes, caressant sa joue du bout des doigts. Evidemment qu'ils en faisaient une... Il ne cessait de se le répéter depuis son entrée dans cette chambre. Mais, maintenant qu'ils se trouvaient là, leurs corps liés l'un à l'autre comme s'ils n'en formaient plus qu'un, se couvrant tous deux de caresses et de baisers, il était trop tard pour reculer. Cela ne ferait que les conforter pendant de longs mois qu'ils avaient eu tord de ne pas aller au bout de leurs désirs, et cette soirée resterait gravée dans leurs mémoires, tel un besoin inassouvi, formant d'innombrables questions qui demeureraient sans réponses d'aucune sorte. Car ni l'un, ni l'autre ne saurait plus s'il fallait se considérer comme des amis, ou des amants. Mais ils ne seraient aucun des deux. Seulement comme quelque chose entre les deux, des confidents n'ayant pas eu le courage d'aller jusqu'au bout de leurs sentiments, n'ayant pas su assouvir leurs envies. Une relation bien ambiguë en perspective...

Mais, sans attendre de réponse de la part du jeune homme, Lucy se rapprocha brutalement de lui, l'embrassant avec fougue, brûlante de désir. Lorsqu'elle retira ses lèvres des siennes, Stephen lâcha tout de même dans un murmure :
- Je crois que si. Une très grosse bêtise...
Puis, après avoir posé furtivement ses lèvres sur celles de la jeune femme :
- Mais je n'ai jamais été un garçon très raisonnable...
Sur ces paroles bien peu sérieuses, il posa une main sur la nuque de Lucy afin de rapprocher son visage de sa bouche, attrapant à nouveau ses lèvres entre les siennes, les mordillant légèrement, avant de se replonger dans un baiser sensuel et enflammé, les langues des deux internes se mêlant dans une danse délicieuse et endiablée. Tout en poursuivant ces enivrants baisers, Stephen caressait de sa main libre la poitrine de la jeune femme, le corps de cette dernière pressé contre le sien. Doucement, il la fit basculer en avant, se retrouvant à nouveau sur elle, afin de parcourir ses jambes de nouvelles caresses.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Jeu 30 Juin - 19:40

    Lucy s'arrêta lorsqu'il lui répondit que oui, ils s'apprêtaient à faire une grosse bêtise. Silencieuse, elle l'interrogea du regard, devaient-ils continuer ou s'arrêter ? Devaient-ils risquer de gâcher leur "amitié, leur bonne entente à cause de cette nuit ? La jeune interne était indécise, mais il la rassura en posant ses lèvres sur les siennes. Elle ferma les yeux, voulant prolonger ce baiser, mais il le stoppa un peu trop vite à son goût. Puis, il murmura qu'il n'avait jamais été un garçon très raisonnable. Lucy n'en était pas étonné. Les rumeurs à propos de ses aventures n'étaient pas les seules en cause, le jeune homme, de par ses gestes, montrés qu'il était expérimenté dans ce domaine-là. Ses gestes étaient assurés, sûrs de lui, précis et la jeune femme n'en pouvait que frémir davantage et ce n'était pas pour lui déplaire, bien au contraire... La jeune interne eut un petit sourire avant de murmurer :

    Le contraire m'aurait étonné...

    Il posa une main sur sa nuque pour l'embrasser. Lucy se sentit doucement basculer en arrière et il s'allongea sur elle, lui prodiguant multiples caresses auquel le corps de la jeune interne répondait par de multiples frissons. Apparemment, il préférait avoir la direction des choses et mener le mouvement... La jeune Lucy bascula la tête en arrière et il l'embrassa dans le cou, elle sentit son souffle chaud sur sa peau et elle passa ses mains dans ses cheveux. La jeune femme enroula de nouveau ses jambes autour de son torse, le tirant un peu plus à elle. Elle sentait son torse puissant contre son corps frêle. Leurs respirations étaient saccadés par l'excitation, leur souffle était court. Lucy sentit une main du jeune homme lui glisser dans le dos pour enlever son soutien gorge. Elle l'y aida et bientôt, il alla rejoindre leurs autres vêtements par terre. Leurs gestes étaient fébriles, impatients, dictés par l’excitation du moment.
    Lucy passa ses mains dans le dos de Stephen sans quitter ses lèvres des siennes. Puis, doucement, tandis que Stephen se baissa pour embrasser son cou, elle lui mordilla doucement le lobe de l'oreille. La jeune femme sentit la main de Stephen venir lui caresser le tatouage qu'elle avait dans la nuque. Il était tatoué le prénom de sa fille en chinois. A ce moment-là, elle espérait qu'il n'allait pas lui demander ce qu'il y avait d'écrit car sinon, elle allait lui devoir des explications et elle n'en avait pas du tout l'envie à ce moment-là. Mais Stephen semblait ne pas s'en préoccuper pour le moment. Après avoir caressé du bout des doigts son tatouage, il revint l'embrasser tendrement. Lucy l'aida alors à se débarrasser du peu de vêtement qu'il lui restait...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Jeu 30 Juin - 23:01

Stephen rouvrit brutalement les yeux, étonné de ne pas reconnaître la pièce où il se trouvait. Mais les souvenirs lui revinrent rapidement en mémoire. Les longs baisers échangés, les caresses sensuelles et passionnées, les mains fraîches de Lucy sur son corps... A travers la pénombre de la chambre, le jeune homme entraperçut -ses yeux s'accoutumant peu à peu à l'obscurité- la pile de vêtements traînant négligemment au sol. Un coup d'oeil à sa gauche, et il vit le visage de Lucy posé près du sien. La jeune femme dormait paisiblement, un bras passé en travers de son torse, sa poitrine se soulevant régulièrement au grès de sa respiration. Elle affichait des traits paisibles, rien ne semblant pouvoir venir troubler le profond sommeil dans lequel elle avait sombré.

Lentement, avec une infinie douceur, Stephen se redressa sur ses coudes, avant de s'asseoir complètement sur le matelas aux draps dévastés. Un agréable champ de bataille... Le jeune homme saisit le poignet de Lucy afin de le déposer sur le lit avec une extrême minutie, ne désirant pas réveiller la jeune femme. Il remonta ensuite la couverture sur son corps nu, de peur qu'elle n'ait froid, puis se mit à contempler un moment son visage, ressassant les évènements de la soirée. A présent, il était de toute façon tout bonnement impossible de revenir en arrière. Restait à voir comment la relation des deux internes évoluerait à présent qu'ils avaient franchi le pas de la simple amitié.

Ayant perdu toute notion du temps, Stephen ne savait absolument pas combien d'heures avaient-ils bien pu passer dans la salle de repos, ni où en était la nuit de son avancée. Le jour allait-il bientôt se lever ? Ou, au contraire, la nuit était-elle à peine entamée ? Visiblement, il ne devait pas être plus de 3h du matin, au vu de la course de la lune dans le ciel, visible par l'unique fenêtre de la chambre. M'enfin, Stephen n'était pas astronome...

Il finit par se relever, abandonnant la jeune femme à son sommeil, ramassant ses vêtements traînant au sol. Il entreprit de se rhabiller, songeant qu'il était étrange de se réveiller ainsi aux côtés d'une femme dont il venait de partager le lit. D'habitude, il se contentait de partir une fois sa conquête endormie. Bon, c'était un peu ce qu'il s'apprêtait à faire, mais il était tout de même resté un bon moment après que Lucy eut plongé dans le sommeil. En tout cas, il ne pouvait nier que la soirée avait été à la hauteur de ses attentes, même si, contrairement à ses habitudes, cette dernière n'avait pas vraiment été prévue.

Encore torse nu, son haut de chirurgie à la main, Stephen fut soudain tiré de ses pensées par un froissement de tissu. Il se passa une main sur le visage et se retourna, embarrassé. Il n'avait pas prévu le réveil de la jeune femme et doutait que Lucy approuve son intention de se faire la malle sans un mot. Il avait plutôt compté sur le fait qu'il lui parlerait le lendemain, une fois les esprits plus disposés à la conversation. Mais là... Il se savait peu doué pour ce genre de discussion. Bon, ils avaient fait l'amour, et alors ? En parler ne servirait à rien. Mais les femmes et leurs principes...

Il ne dit rien, se contentant d'observer la jeune femme se redresser. Il sentit son coeur s'emballer à sa vue, et au souvenir de son corps contre le sien. Se sentant obligé de dire quelque chose, n'importe quoi, il murmura une explication à l'intention de Lucy, une excuse bidon pour justifier son départ :
- Je...euh... Je ne voulais pas te réveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Ven 1 Juil - 21:33

    Lucy dormait à poings fermés, le bras sur Stephen, la tête sur l'oreiller, à deux centimètres de celui du jeune interne. Un sommeil sans rêve mais un sommeil tranquille et paisible tout de même. La jeune interne sentit Stephen bouger ce qui la tira de son profond sommeil. Ouvrant un oeil, elle le vit se lever et tenter discrètement de filer après s'être rhabiller. La jeune interne, dans un froissement de tissus, s'était assise dans le lit, les yeux encore quelque peu embué de sommeil. Lucy ne se rendit pas tout de suite compte que Stephen voulait partir en douce, mais son regard se tourna vers la fenêtre et elle se rendit compte qu'il faisait nuit noire. Lucy laissa alors échapper :

    Oh mon dieu, il faut absolument que je rentre.

    Lucy jetta un coup d'oeil à son portable et cela confirma ses craintes. 6 appels en absence : 4 de la baby sitteur et 2 de Lorenzo. Ils devaient s'inquiéter de ne pas la voir rentrer... Elle ne comprenait pas comment elle avait pu s'endormir ici.. Ce qui s'était passé avec Stephen, elle ne le regrettait pas, ça avait été.. magique... Mais là, la baby sitteur avait du rentrer chez elle et laissait Nohélia à son colocataire qui devait être mécontent de ne pas la voir rentrer. Qu'allait-elle bien pouvoir lui donner comme explications ? Qu'elle s'était envoyée en l'air dans une chambre de repos de l'hôpital et qu'après, elle s'était endormie ? Certainement pas... Il allait falloir trouver une excuse crédible et elle n'en était pas fière : elle avait du faire des heures sup's ? Non, il pourrait se renseigner le lendemain et se rendre compte qu'il n'en était pas question... Bref, elle trouverait bien quelque chose pour expliquer son retard... La jeune interne se redressa et enfila rapidement des vêtements. Ses gestes étaient précipités, hâtifs. Lucy se précipita vers la porte, puis au dernier moment, se rendit compte qu'elle oubliait quelque chose ou plutôt quelqu'un. La jeune interne retourna vers Stephen. Elle s'arrêta à quelques centimètres de lui, se haussa sur la pointe des pieds et l'embrassa tendrement sur la bouche en murmurant :

    On se voit demain...

    Lucy lui fit un petit sourire, puis tourna les talons et sortit de la pièce le cœur léger. Ce qui se passerait le lendemain serait un autre jour et à aucun moment, elle ne songea que Stephen pourrait ne pas donner suite à ce qu'il s'était passé ce soir. La jeune interne croisa quelques collègues qui la regardèrent d'un air bizarre. A ce moment-là, elle se rendit compte qu'elle avait mis son T-shirt à l'envers. Avec un petit sourire, elle alla dans les toilettes pour se changer, de toute manière, rien ne pourrait changer sa bonne humeur...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Ven 1 Juil - 23:11

Contrairement à ses attentes, Lucy ne lui adressa pas de reproches, semblant plutôt inquiète quant à l'heure avancée de la nuit. En effet, sans vraiment lui tenir rigueur de son intention de partir en douce, la jeune femme bondit hors du lit, se saisissant de ses vêtements à la vitesse de l'éclair et entreprit de se rhabiller précipitamment.

Stephen afficha un petit sourire amusé à la vue des cheveux en batailles et des vêtements froissés de la jeune femme, mais se garda bien de lui faire une remarque. Il fit la moue, la voyant se précipiter en direction de la porte, qu'elle ouvrit à la volée. Visiblement, lui dire au revoir ne faisait pas partie de ses attributions du jour... Remarque, il s'était apprêté à faire la même chose... Mais si le jeune homme pouvait tout à fait concevoir d'agir ainsi, il ne tolérait pas du tout que Lucy fasse de même !

Étonné, il vit soudain la jeune femme stopper sa course alors qu'elle se trouvait sur le point de quitter la pièce, puis tourner les talons, revenant sur ses pas. Se demandant ce qu'elle pouvait bien avoir en tête, Stephen la regarda approcher sans rien dire, interdit. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise lorsque cette dernière, se redressant légèrement afin de se mettre à sa hauteur, déposa un rapide baiser sur ses lèvres. Le plus naturellement du monde, elle déclara ensuite qu'ils se verraient le lendemain, et se dirigea vers la sortie sans plus se retourner.

Stephen demeura immobile quelques secondes, avant de lâcher dans un murmure, alors que la jeune femme devait déjà se trouver dans le couloir :
- A demain...

L'esprit serein et le coeur léger, Stephen se dépêcha donc de traverser l'hôpital, afin d'éviter les questions embarrassantes de la part de ses collègues sur le pourquoi de sa présence à une heure si tardive. Parvenu au parking réservé au personnel du Seattle Grace, après un rapide passage aux vestiaires afin de troquer son pyjama chirurgical contre une tenue plus appropriée, il récupéra sa voiture, et se rendit sans se presser à son appartement. De là, une soirée absolument banale s'en suivit : après une rapide balade dans le quartier avec son chien et une douche, le jeune homme put enfin rejoindre son lit au beau milieu de la nuit, mais ne parvint pas à trouver le sommeil, les récents évènements en salle de repos encore trop présents dans son esprit.

***

- Richard Ferguson. Homme de cinquante-trois ans. S'est accidentellement blessé avec son rasoir. Expliqua l'infirmière en suivant de près le jeune interne, lui tendant une liasse de papiers tout en lui désignant un coin de la salle.
S'emparant du dossier de son patient, Stephen leva les yeux au ciel.
- C'est une blague ? On vient à l'hôpital pour une coupure de rasoir ?
Mais l'infirmière se contenta de hausser les épaules, tournant les talons sans fournir de réponse.

Avec un long soupir d'agacement, Stephen se dirigea pourtant en direction du lieu indiqué. La nuit avait été courte, et ça n'était certainement pas des cas de ce genre qui allaient faciliter sa mauvaise humeur du au manque de sommeil. Écartant brutalement le rideau le séparant de son patient, le jeune homme se rendit alors compte que la "coupure de rasoir" n'était en réalité pas si bénigne qu'il se l'était imaginée: une entaille longue de plusieurs centimètres barrait en effet le visage de l'homme assis en face de lui. La blessure partait de la commissure des lèvres, traçant une longue estafilade sanguinolente le long de la joue du pauvre homme.

- Ah. Lâcha simplement Stephen, compatissant à la douleur que devait ressentir son patient, tout en prenant place en face du dénommé Ferguson.
- Pas beau à voir, hein ? Lança ce dernier avec un petit ricanement. Et oui, c'est ça, les aléas de la vie que nous subissons, nous autres...
- Euh... Vous vous êtes fait ça avec...un rasoir ?
- Tout à fait, jeune homme ! Mais attention, pas n'importe quel rasoir ! En fait, on appelle ça un rasoir coupe-choux. D'ailleurs, si je me rappelle bien, c'est ma femme, Béatrice, qui me l'a offert pour mes...quarante-deux ans, exactement. Oh, c'est une gentille femme, ma Béatrice, si vous saviez... Mais bon, elle préfère qu'on l'appelle Béa. Quelle drôle d'idée ! Moi qui m'évertue à lui répéter qu'elle a le plus joli prénom du monde ! D'ailleurs, si je me souviens bien, elle le tient de sa grande-tante. Oh, une très charmante dame, si vous voulez mon avis. J'étais convié à son mariage, pas plus tard que la semaine dernière... Il semblerait qu'il n'est jamais trop tard pour refaire sa vie, que voulez-vous ! M'enfin, très belle fête, quoi qu'il en soit ! Si vous saviez ce que s'est mis à faire l'oncle Louis quand il a commencé à ressentir les effets du champagne, vous...
- Je suis certain que cet oncle Louis est un homme tout à fait charmant, monsieur...
- Ferguson !
- Ferguson, oui... Enfin, peu importe ! Si vous vouliez vous arrêter de parler le temps que je m'occupe de vous, ça m'arrangerait... Vous amplifiez les saignements à bouger votre bouche, comme ça.
- Ah bon, mais pourtant, je n'ai pratiquement pas...
- Taisez-vous bon sang ! Le coupa brusquement Stephen, excédé.

L'homme finit par se tenir tranquille, et seulement alors le jeune interne put soigner sa blessure sans trop de mal. Ayant désinfecté la plaie et administré un faible anesthésique à son propriétaire, il entreprit de recoudre l'entaille avec minutie, sans tenir compte des grimaces de l'homme qui ressentait, malgré l'absence de douleur, une certaine gène lorsque l'aiguille perçait sa peau.

La joue de Monsieur Ferguson réparée, et la passionnante histoire de l'oncle Louis en tête, Stephen eut encore droit à de nombreux cas de ce genre, avant de pouvoir enfin prendre sa pause déjeuner. Impatient de retrouver Lucy, qu'il n'avait pas eu l'occasion de voir de toute la matinée, le jeune homme se dirigea au pas de course en direction de la cafétéria, lieu de rendez-vous journalier des deux internes depuis leur rencontre.

A travers la foule de médecins se pressant autour des tables, leur plateau à la main, il aperçut finalement la silhouette élancée de la jeune femme, debout près de la file d'attente. Adoptant l'air le plus naturel possible, Stephen traversa le self, atteignant enfin cette dernière. Il lui sourit, les yeux brillants.
- Salut...

Il laissa passer un instant de silence, ne sachant quelle attitude adopter : devait-il faire comme si de rien n'était ? La jeune femme préférait peut-être garder leur relation sous silence... Ou bien, l'assumait-elle entièrement, et il avait le loisir de l'embrasser, là, devant tout le personnel de l'hôpital... Indécis, ne sachant pas du tout l'opinion de Lucy à propos de la tournure qu'allaient prendre les évènements de la veille, ni les conséquences de ceux-ci, il choisit d'écouter ses sentiments et, rapprochant son visage de celui de la jeune femme, il embrassa cette dernière pendant deux secondes tout au plus.

Il se recula ensuite, inquiet de savoir comment Lucy allait prendre cette initiative de sa part...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   

Revenir en haut Aller en bas
 

J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG ::  :: 
NIVEAU 3 ▬ LES DIFFERENTS SERVICES
 :: Autres services
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit