Breathe RPG


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Sam 2 Juil - 20:41

    Après avoir remis son T-shirt à l'endroit, la jeune interne était sortie presque en courant de l'hôpital, adressant de vagues sourires à ceux qu'elle croisait. A l'appartement, Lorenzo devait surement s'inquiéter ou être très très en colère... Adressant un signe de main à un taxi qui passait par miracle dans la rue, elle grimpa dedans en indiquant l'adresse de Lorenzo. Dans le taxi, elle reposa sa tête sur l'appui tête et ferma les yeux. Elle resongea à la nuit qu'elle venait de passer et se sentait bien. Stephen l’obnubilait et ses lèvres lui manquaient déjà. Lucy sourit en songeant qu'à ce moment-là, on dirait une petite lyçéenne face à son premier flirt.. Arrivée chez Lorenzo, elle ouvrit doucement la porte. Finalement, pas de Lorenzo en colère ou inquiet, tout était silencieux. La jeune femme reprit aussitôt son rôle de maman et alla s'assurer que Nohélia dormait bien tranquillement dans sa chambre. C'était le cas. Lucy eut un petit sourire attendri en regardant sa petite fille assoupie, suçant son pouce, roulée en boule sur le côté. Elle finie par retirer ses vêtements, prit une douche rapide, enfila un grand T-shirt et se coucha à son tour. Elle s’endormit comme une marmotte pour entendre son réveil sonner.. 3h plus tard. Nohélia se réveilla en s'étirant et tendit les bras à sa maman qui la prit avec elle dans son lit où elles finirent de se réveiller toutes les deux tranquillement. Après un biberon, un bain et quelques vêtements en plus, Nohélia et Lucy étaient toutes les deux prêtes pour aller bosser. Lorenzo était déjà parti. La jeune interne prit le bus et déposa Nohélia à la crèche.
    Durant la journée, elle du s'occuper d'un cas un peu spécial : la mère de Stephen. Elle aurait aimé demander à passer le relais, à ce qu'une autre personne s'en occupe mais elle n'avait pas d'excuses pour ne pas s'en occuper. Aussi, elle s'en chargea comme le résident le lui demanda. Ce qu'elle découvrit ne la rassura pas. L'état de la mère de Stephen n'était pas en s'arrangeant et tout le monde dans le service savait qu'elle était condamnée s'ils ne trouvaient pas un donneur très très rapidement. Et encore, même avec une greffe de foie, son était était peut être déjà condamné... Un débat s'était d'ailleurs lancé entre les différents internes : vallait-il mieux qu'elle tente sa chance et trouve un donneur à temps quitte à ce qu'elle meure tout de même et du coup gâche un foie qui pourrait sauver la vie d'un autre ? Ou bien fallait-il mieux qu'ils ne trouvent pas de donneur à temps pour ne pas gâcher un foie... ? Lucy n'avait pas d'opinion là dessus. Elle savait que de toute manière, seule la science et l'avenir en décideraient : s'ils trouvaient un donneur, elle aurait son foie, sinon, elle n'en aurait pas, point barre. La matinée fut éprouvante. La mère de Stephen ne lui rendit pas la vie facile, ce n'était pas de sa faute, elle souffrait beaucoup et le manque dû à l'alcool se faisait ressentir malgré les médicaments qu'ils lui administraient contre la douleur.
    Aussi, Lucy fut soulagée quand l'heure de la pause arriva. Elle put souffler un peu et se dirigea vers la cafétéria. Elle chercha Stephen du regard mais ne le vit pas. La jeune interne en conclut qu'il n'était pas encore arrivé. Elle se mit donc derrière les autres médecins dans la file d'attente. Soudain, il surgit près d'elle, lui adressant un sourire et la salua. Le regard de Lucy brilla à son tour et un large sourire éclaira son visage. Stephen se pencha vers elle, l'embrassa rapidement. La jeune interne n'était pas contre mettre tout l'hôpital au courant, mais elle savait que les rumeurs se répandaient comme une trainée de poudre ici. Aussi, ne fit-elle rien de plus, elle n'était pas vraiment pour les grandes effusions d'affection en public, mais elle ne lui en voulait pas, au contraire, cela prouvait qu'ils sortaient ensembles. Lui souriant, elle lui demanda :


    Comment s'est passée ta matinée ?

    Lucy songea à la sienne et se fit qu'il faudrait annoncer à Stephen que sa mère n'allait vraiment pas bien. Elle décida de repousser ce moment. La jeune femme arriva enfin au bout de la file d'attente et commença à choisir les aliments qu'elle mangerait : des légumes, un yaourt, une bouteille d'eau...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Sam 2 Juil - 21:29

La jeune femme ne lui tint finalement pas rigueur de ce baiser, prouvant ainsi clairement qu'elle assumait pleinement leur relation. Elle lui demanda avec un petit sourire comment s'était déroulée sa matinée, et Stephen leva les yeux au ciel, songeant à tous les énergumènes dont il avait eu la charge.

- Bah, rien de très palpitant, tu sais... La routine... Répondit-il, parcourant du regard les différents plats proposés, à présent que les deux internes étaient parvenus au bout de la file d'attente. Il entendit des murmures de désapprobation, dans son dos, à son sujet, les autres médecins n'appréciant visiblement pas sa fâcheuse habitude de doubler au lieu de faire la queue comme tout le monde. Mais bon, Stephen n'avait jamais été très patient, il faudrait bien qu'ils s'y fassent. Chargeant son plateau avec une petite moue insatisfaite, le jeune homme questionna à son tour Lucy :
- Et la tienne ? Roh, y'a vraiment pas beaucoup de choix ! Ils ont que ça à nous proposer ? Même au self de mon lycée on mangeait mieux ! Et c'est avec ça qu'ils s'imaginent qu'on va tenir toute la journée...
Il s'arrêta de grommeler afin de payer son dû, puis se dirigea en direction d'une des rares tables encore libres, une fois que Lucy eut également choisi son menu.

Les deux internes s'installèrent, non sans attirer quelques coups d'oeil furtifs de la part du reste du personnel de l'hôpital -ou, du moins, des quelques groupes venus déjeuner pendant leur pause du midi. Si Lucy semblait les ignorer, Stephen, lui, les foudroya du regard, agacé d'être l'objet d'une telle attention. Mais les curieux cessèrent bien vite leurs observations, retournant à leurs assiettes et diverses conversations.

Le jeune homme se sentait nettement soulagé de ne pas avoir été envoyé dans le service où sa mère était sujette à des soins intensifs, ne tenant pas à croiser cette dernière. A présent, il n'avait plus qu'à patienter le temps qu'elle s'en aille -car il était certain qu'elle ne demeurerait pas indéfiniment dans une chambre du Seattle Grace. Voilà comment il voyait les choses, et peut importe ce qu'il avait pu dire à Lucy quant à son intention de lui rendre visite. Il en était tout simplement hors-de-question ! Mais encore fallait-il qu'un de leurs supérieurs hiérarchiques n'ait pas la bêtise de lui confier ce cas, ni que quelqu'un finisse par faire le lien entre la patiente de la chambre 104 et lui, en se rendant compte de la similitude de leurs noms de famille.

*Mais non, tout ira bien* tenta de se persuader Stephen, toutefois relativement inquiet quant à cette possibilité. Pour le moment, seule Lucy était au courant, et cela était nettement suffisant. En tout cas, si quelqu'un venait à l'apprendre, ce ne serait certainement pas la faute de cette dernière. Non, la jeune femme ne vendrait pas la mèche, il en était persuadé. Il lui faisait confiance, en particulier depuis qu'ils s'étaient...rapprochés, disons. Elle était même la seule véritable personne dans cet hôpital à qui il vouait une confiance absolue. Elle ne le trahirait pas, il en était certain.

Le jeune homme reporta son attention sur Lucy. Après un instant de silence et d'hésitation, il osa finalement poser la question qui lui brûlait les lèvres :
- Est-ce que ma... Enfin...tu as eu des nouvelles de ma...mère ? Je veux dire, tu sais quand elle pourra repartir ? Elle ne dervrait pas rester ici très longtemps, si ?
Evidemment, l'état de sa génitrice l'importait peu... Mais la date de son départ, elle, l’intéressait grandement.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 3 Juil - 12:49

    Assis en face d'elle, le jeune homme lui demanda soudain si elle avait des nouvelles de sa mère et si elle savait quand elle pourrait repartir. Lucy secoua négativement la tête. Non, elle ne savait pas quand elle pourrait repartir et surtout si elle pourrait repartir un jour...

    J'étais dans son service ce matin. Elle ne partira pas Stephen. Elle est en attente d'une greffe de foie et si elle n'obtient pas cette greffe, elle mourra ici...

    Lucy avait murmuré tout cela d'une voix basse à la fois douce et prudente. Elle ne voulait pas que Stephen réagisse mal à cette annonce. Après tout, sa mère l'avait porté et avait partagé sa vie durant toute son enfance même si c'était vrai qu'elle l'avait battu et mené la vie dure. Elle allait mourir... Personne ne pouvait donc savoir ce qu'il se passerait dans la tête de Stephen... Lucy ne voulait pas se mettre à sa place car elle savait que Stephen, fier, refuserait de la compassion. La jeune femme ne voulait pas non plus lui donner de conseils ou d'ordres, mais elle savait pertinemment que Stephen devait être tenu au courant de l'état de santé de sa mère et elle, elle était au courant, alors elle se devait de lui dire. Lucy continua d'une voix prudente, ne voulant pas risquer de vexer Stephen ou de le butter :

    Si tu veux la voir Stephen, lui dire au revoir, je pense que tu ne devrais pas tarder...

    La jeune femme essayait de lui faire comprendre en douceur qu'elle n'en avait plus pour très longtemps... Lucy n'osa même pas évoquer le fait que Stephen pouvait, s'il le souhaitait faire don d'une partie de son foie à sa mère. Elle savait que Stephen connaissait cette possibilité et elle n'osait même pas penser à ce qu'il pouvai ressentir face à ça. Il pouvait donner un peu de son foie à sa mère et peut être lui sauver la vie... Mais sa mère lui avait mené la vie dure, brutalisé, battu alors méritait-elle que son fils lui fasse ce geste ? Ce matin, un résident avait demandé si sa famille avait été contacté. La jeune femme avait éludé la question, mais Stephen risquait probablement de recevoir un coup de fil de l'hôpital dans les prochaines heures... Comment réagira-t-il alors ? Lucy ne put s'empêcher de poser sa main sur celle de son petit ami. Elle voulait qu'il sache qu'elle était là s'il en avait besoin et qu'il n'était pas seule dans cette épreuve. La jeune interne garda ensuite le silence, le laissant s'exprimer s'il en avait besoin... Après quelques minutes de silence, elle ne put s'empêcher de me briser en disant :

    Elle a peur Stephen, elle est seule et elle est terrifiée... L'hôpital lui a demandé si elle avait de la famille, ils essaieront probablement de te contacter...


_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Dim 3 Juil - 14:24

Stephen écouta la réponse de la jeune femme en regardant ailleurs, l'air absent. Pourtant, il prêta une oreille attentive à ses propos, et reçut l'information non sans une certaine surprise : sa mère était en attente d'une greffe de foie ? Bon, le résident ayant présenté son cas avait dit qu'il s'agissait d'une cirrhose de stade avancé, mais il ne s'était pas imaginé que ce fut à ce point là. Une greffe, ça n'était pas rien. En général, un sevrage en boissons alcoolisées et une prise fréquente de diurétiques était employés en guise de traitement pour ce genre de maladie. Mais visiblement, ces précautions ne suffisaient plus pour la patiente de la chambre 104...
- Ah... Se contenta de répondre Stephen, imperturbable.

Lucy poursuivit d'une voix prudente, apparemment inquiète quant à la réaction du jeune homme à cette annonce :
- Si tu veux la voir Stephen, lui dire au revoir, je pense que tu ne devrais pas tarder...

Stephen replongea son regard dans celui de la jeune femme, secouant la tête d'un air obstiné.
- La seule raison pour laquelle j'aurai pu aller la voir, ça aurait été pour lui demander de se faire transférer dans un autre hôpital. Mais, visiblement, c'est pas la peine que je me donne ce mal. Si tu me dis qu'elle en a plus pour longtemps, on en sera bientôt débarrassés...
Il avait lâché ces mots d'un ton sec, n'admettant aucune réplique. Evidemment, Lucy était probablement choquée d'entendre de tels propos, mais il n'avait pas pour habitude de faire dans la dentelle. Il avait dit cela parce qu'il le pensait et que, de toute manière, il préférait être franc avec la jeune femme.

Il poussa un bref soupir, se passant une main sur le visage. Cette situation, pourtant toute récente, commençait à lui taper sur les nerfs. Alors, oui, il se moquait totalement de l'état de sa mère et, oui, le fait qu'elle meure l'importait peu. Mais la possibilité qu'il la croise dans cet hôpital, les autres médecins qui n'allaient pas tarder à apprendre le lien l'unissant à la patiente de la chambre 104, les questions et les problèmes qui s'ensuivraient... Tout cela le préoccupait au plus haut point.

Il sentit soudainement la main de sa petite amie se poser sur la sienne, et le jeune homme lui adressa un sourire reconnaissant. Heureusement, qu'elle était là pour lui, à le soutenir... Cette dernière finit d'ailleurs par reprendre la parole, brisant le silence s'étant installé entre les deux internes :
- Elle a peur Stephen, elle est seule et elle est terrifiée... L'hôpital lui a demandé si elle avait de la famille, ils essaieront probablement de te contacter...

L’intéressé se mordit la lèvre : la jeune femme venait de confirmer ses craintes, lui annonçant que l'hôpital risquait de faire appel à lui, sachant qu'il représentait désormais la seule famille d'Elen Williams-Mathesson.

- J'en ai tellement marre, Lucy. De tout ce bordel... Je veux pas que les autres sachent qu'elle est ma mère. Je veux pas que...qu'ils me demandent de prendre une décision à son sujet, ou qu'ils me parlent de ces conneries de greffe de foie, ni...de..d'organiser ses funérailles, si jamais elle... Parce qu'ils vont bien finir par s'en rendre compte. Et il est hors-de-question que je m'en occupe, de tout ça ! Parce que... Parce que c'est plus mon rôle, maintenant. Je veux juste qu'elle me foute la paix, qu'elle sorte de ma vie. Et je me fous de ce que tout le monde peut penser, mais je n'irai pas la voir, je ne lui donnerai pas de mon putain de foie, je ne m'occuperais pas d'elle, et... Et je sais pas quoi faire. Si seulement elle n'était pas revenue...
Le jeune homme regarda Lucy, se demandant ce qu'elle pouvait bien penser de tout ça, de ses incertitudes, qu'il venait de lui confier. Il aurait tellement voulu qu'elle lui donne des réponses, qu'elle l'aide à décider quoi faire... Mais ça n'était pas son rôle, après tout...

- Enfin... Non, c'est pas grave, oublie. On aurait pas du parler de ça... Finit-il par murmurer.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Lun 4 Juil - 20:39

    Stephen ne parut pas le moins du monde attristé par cette annonce, au contraire, il lui annonca que la seule raison pour laquelle il aurait pu aller la voir aurait été pour lui demander de se faire transférer dans un autre hôpital. Lucy laissa échapper un petit soupir. Elle espérait seulement que Stephen ne regretterait pas plus tard de ne pas être allé la voir. La jeune femme essayait de se mettre à la place de Stephen mais réalisa qu'elle n'avait pas le droit de faire ça et que même si elle le pouvait, elle n'y arriverait pas. Stephen avait du beaucoup souffrir dans son enfance. La jeune interne songea aux autres internes, lorsqu'ils apprendraient que la mère de Stephen était là, parce qu'ils l'apprendraient, elle le savait et lui aussi, et ils savaient aussi tous les deux que les internes, les infirmiers et tout le personnel de l'hôpital adoraient les ragots. La jeune interne savait que Stephen ne serait pas épargné par les autres et elle voulait tellement le protéger de tout ça. Il avait déjà trop souffert à cause de sa mère... Alors, elle essaya de le persuader de ne pas lui tourner le dos...

    Stephen, ta mère est un monstre, ok. Mais toi, tu n'en es pas un, montre lui que malgré tout le mal qu'elle t'a fait, tu es quelqu'un de bien... Ils le sauront tous que c'est ta mère, ils le sauront à un moment ou à un autre, alors montre-leur que tu es différent d'elle, que toi, tu es une personne bien et que ton passé est derrière toi. Si tu lui tournes le dos aujourd'hui, ils vont tous penser que tu es comme elle... Considère là comme une simple patiente, une patiente qui a besoin d'être accompagnée dans ces derniers jours...

    Lucy conserva sa main sur celle de Stephen. La jeune femme était partagée, elle comprenait la position de Stephen, sa mère lui avait pourrit toute son enfance, il avait réussi à s'en sortir seul mais voilà que de nombreuses années plus tard, alors qu'il commençait son internat, elle réapparaissait dans sa vie, le renvoyait dans son passé et le confrontait à de terribles décisions. Comme-ci le destin était contre lui, le téléphone portable de Stephen sonna et à la mine déconfite qu'il fit, elle se douta que c'était le fameux coup de fil de l'hôpital. Lucy se demanda si sa mère était au courant que son fils travaillait ici ou si ce n'était que pure coïncidence. Mais les coïncidences existent-elles vraiment ? Lucy secoua légèrement la tête. Non, ce n'était qu'une coïncidence, sa mère ne pouvait pas avoir manigancer tout ça et puis, à aucun moment elle n'avait parlé de son fils...

    Dans quelques années, quand tes enfants te demanderont qui était leur grand-mère, que leur préféreras-tu leur dire ? Qu'elle t'a battu et que tu ne l'as plus jamais revu ? Ou qu'elle était une mauvaise mère mais que toi, tu as trouvé la force de l'accompagner jusqu'à son dernier souffle... ?

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mar 5 Juil - 1:00

Lucy l'écouta sans broncher, attentive à ses propos. Lorsqu'elle reprit la parole, ce fut pour tenter à nouveau de convaincre Stephen de rendre visite à sa mère. Visiblement, elle campait sur ses positions, avec toujours cette même idée en tête...

Le jeune homme soupira, excédé d'entendre ce qu'il prenait pour des reproches dans les arguments de sa petite amie. Comment pouvait-elle prendre le parti de sa mère ? Comment pouvait-elle la défendre, et sans arrêt chercher à lui trouver des excuses ?

- Mais comment veux-tu que je la considère comme une simple patiente, Lucy ?! Après tout ce qu'elle m'a fait, tu penses sincèrement que vais aller frapper à sa porte avec un grand sourire et un bouquet de fleurs ? "Salut, maman ! Ça faisait longtemps, tu m'as manqué. Comment tu te sens aujourd'hui ?" Non, mais, sérieusement ! Ça fait treize ans qu'on ne s'est pas vu, et les derniers contacts que je garde d'elle ne sont pas vraiment ceux qu'on classerait dans la partie "souvenirs heureux"... Je t'ai déjà dis que je ne voulais pas la voir, et encore moins lui parler, point ! On peut changer de sujet, maintenant ?

Mais la jeune femme n'eut pas le temps de répliquer que la sonnerie du portable de Stephen s'éleva soudain de la poche de ce dernier. S'emparant de son téléphone, celui-ci se sentit défaillir quand il vit la mention "hôpital" clignotant au milieu de l'écran. L'appel tant redouté... A présent, nul doute que dans quelques heures, la totalité du personnel médical du Seattle Grace serait au courant du lien unissant le jeune homme à la patiente de la chambre 104.

La voix de Lucy le tira de sa contemplation de l'écran lumineux :
- Dans quelques années, quand tes enfants te demanderont qui était leur grand-mère, que préféreras-tu leur dire ? Qu'elle t'a battu et que tu ne l'as plus jamais revue ? Ou qu'elle était une mauvaise mère mais que toi, tu as trouvé la force de l'accompagner jusqu'à son dernier souffle...?

Stephen secoua la tête, le regard lourd de reproches de voir la jeune femme faire preuve d'autant d'insistance alors qu'elle ne connaissait rien de sa mère, ni des traitements qu'elle avait pu lui faire subir par le passé.
- Tu n'es même pas capable de te réconcilier avec ta famille, alors je ne pense pas que tu sois la mieux placée pour me donner des conseils à ce sujet !
Il avait lâché ces mots d'un ton sec, ne songeant pas sur le moment qu'ils puissent blesser Lucy. Il regretta aussitôt amèrement ses paroles, mais il était trop tard. Énervé envers sa petite amie, mais également contre lui-même de s'être ainsi laissé emporter, il éteignit son portable d'un geste rageur, ignorant l'appel, et quitta la table sans plus de façons. Il passa les portes de la cafétéria sans un regard en arrière, s'engageant dans le couloir. Nul doute qu'il avait fait de la peine à Lucy en évoquant sa famille, et il s'en voulait pour cela. La sonnerie de son portable retentit à nouveau, et il dut se contrôler afin de ne pas balancer l'appareil contre le sol. Il s'appuya contre le mur, contemplant l'écran en silence, tout d'abord hésitant : devait-il répondre ? De toute façon, il y serait bien obligé, à un moment ou à un autre... Il ne pourrait pas fuir en permanence, c'était évident. Tôt ou tard, il lui faudrait décrocher ce téléphone et s'efforcer de régler cette histoire une bonne fois pour toutes. Finalement, le jeune homme ne répondit pas, patientant jusqu'à ce que la sonnerie prenne fin. Las, il rangea le portable dans sa poche. Les heures suivantes allaient être suffisamment pénibles pour qu'il se permette de s'accorder un court instant de repos...
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mar 5 Juil - 19:20

    Lucy encaissa les paroles de Stephen. La jeune interne se tut alors, il disait vrai, elle n'était même pas capable de se réconcilier avec sa famille, alors elle n'avait pas à lui donner de conseils... Pourtant, si elle le pourrait, elle le ferait sans hésiter, sa famille lui manquait tellement... Les paroles de Stephen l'avaient blessées. Elle retira sa main. Il quitta brusquement la table, s'attirant le regard des autres personnes autour de lui. La jeune femme sursauta mais ne dit rien, ne cherchant pas à le retenir. Lucy passa une main sur sa nuque, gênée et intimidée. Elle sentit une boule se former dans sa gorge comme à chaque fois qu'elle songeait à sa famille. La jeune femme finit par se lever à son tour et jeta son plateau sans y avoir touché, de toute manière, elle n'avait plus faim. Elle quitta la cafétéria sans se retourner. Lucy finit par reprendre son service un peu plus tôt. Elle s'occupa de la mère de Stephen, puis d'un cas un peu particulier. Un prisonnier avait été transféré à l'hôpital à cause d'une blessure au couteau. Lucy s'y vit affectée avec son résident. La jeune interne était fatiguée, elle s'était occupée toute la journée de la mère de Stephen ce qui n'avait pas été chose aisée puisqu'elle connaissait son passé et savait également son avenir : elle allait probablement mourir. Elle n'arrivait pas à se faire une opinion sur elle. D'après Stephen, c'était un monstre, mais pour l'instant, elle ne voyait qu'une femme terrifiée par l'idée de mourir et qui, du coup, se montrait très désagréable... Lucy avait la tête qui tournait et elle se souvint qu'elle n'avait rien mangé à midi et que c'était probablement dû à ça. En se rendant dans la salle où était le prisonnier, elle s'arrêta pour manger une barre énergétique à un distributeur. Là, deux infirmières discutaient du prisonnier. Apparemment, il était connu pour être assez violent et criminel. On l'avait condamné à être enfermé à perpétuité. La jeune femme eut encore plus envie d'en finir avec cette journée. Elle rêva du moment où elle s'allongerait dans son lit pour une bonne nuit de sommeil. Arrivée devant la porte, elle montra son badge et le policier la laissa rentrer. Elle poussa la porte et entra dans la chambre. Son résident était déjà là. Un homme d'une trentaine d'années était allongé sur un lit, menotté. Il semblait dormir, probablement sous l'effet des calmants. Le résident lui expliqua qu'il allait devoir recoudre la plaie ici, ce n'était pas très profond et ne nécessitait finalement pas de chirurgie. Il laissa Lucy commencer le travail sous sa supervision. Elle s'assit face au patient et commença à le recoudre. Soudain, tout se passa très vite, le patient ouvrit les yeux et malgré les menottes qui le reliaient au lit, il réussit à attraper le poignet de Lucy et le serra violemment pour le tordre ensuite. La jeune interne se recula vivement mais il conserva son poignet et serra davantage. Lucy poussa un cri et aussitôt, le policier posté à l'entrée pénétra dans la pièce. Il s'apprêta à frapper le patient avec sa matraque mais le résident l'en empêcha. Il administra un calmant au patient en plantant une aiguille dans sa cuisse et celui-ci relâcha progressivement la pression sur le poignet de la jeune interne. Lucy put enfin retirer son poignet. Il était violacé et douloureux. La jeune interne se fit examiner par le résident. Elle avait un bel étirement des ligaments. Il lui banda le poignet. Bientôt, l'accident avait fait le tour de l'hôpital. Lucy s'en tirait avec une belle frayeur, mais elle avait eu son lot d'événements pour la journée. Elle n'avait toujours pas revu Stephen mais ne se sentait pas d'affronter son regard et ses reproches maintenant.

    Lucy se retrouva assise dans le vestiaire, une bande enroulée autour de son poignet. Il n'était plus douloureux mais elle ne pourrait pas s'en servir pendant quelques jours. Une journée pourrie finissait pourrie. Avec un long soupir, elle se rhabilla. Lucy passa une petite robe noire, toute simple. La journée était enfin finie et elle n'avait qu'une hâte, rentrer chez elle, retrouver sa petite fille que Lorenzo avait du récupérer à la crèche dans l'après-midi et se coucher ! Alors qu'elle bataillait avec sa fermeture éclair pour la remonter dans son dos, la jeune interne entendit la porte des vestiaires s'ouvrir.

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Mer 6 Juil - 18:19

Après de longues minutes à tourner dans les couloirs de l'hôpital comme un ours en cage, à tenter de trouver une solution qui ne venait pas, Stephen se décida enfin à se rendre au bureau d'administration, où on l'informa que sa mère, atteinte d'une cirrhose du foie, se trouvait au Seattle Grace. Il reçut cette information avec une surprise feinte, même s'il était déjà au courant de la situation. On lui annonça ensuite que le chef du service de chirurgie allait lui expliquer plus en détails de quoi et il retournait.

Ce dernier lui tint un long discours, lui expliquant avec minutie l'urgence de la situation : Madame Williams-Mathesson avait besoin d'une greffe, et cela, le plus rapidement possible. Dans le cas contraire, nul doute qu'elle y resterait. Quand enfin le moment tant redouté arriva, celui où le médecin lui demanda s'il était prêt à faire don d'une petite partie de son foie afin de sauver la vie de sa mère, Stephen secoua résolument la tête, ne comptant pas revenir sur sa décision. Il expliqua à son supérieur hiérarchique que, pour des raisons personnelles, il ne désirait pas prendre soin de sa génitrice dans ses derniers jours. Le chef du service de chirurgie le regarda avec une certaine surprise, n'approuvant visiblement pas le choix de son interne. Mais ne pouvant forcer quelqu'un à devenir un donneur potentiel, il le laissa partir, non sans lui rappeler qu'il devrait revenir signer quelque paperasse, le priant de réfléchir au sujet de sa mère.

Finalement, l'entretien ne s'était pas si mal passé, hormis le fait que son supérieur le prenait désormais certainement pour un monstre. Mais cette longue conversation dans le bureau du Docteur Webber avait duré plus longtemps que prévu, et Stephen se rendit compte avec stupeur que la journée était sur le point de s'achever pour la plupart du personnel de l'hôpital, et que la soirée était déjà bien entamée.

Songeant avec tristesse que Lucy ne tenait sûrement pas à le voir après la manière dont il lui avait parlé un peu plus tôt dans la journée, le jeune homme décida sans grand enthousiasme de rentrer chez lui, le moral au plus bas suite à cette journée des plus déprimantes. Après un rapide passage dans les vestiaires déserts, il parcourut l'hôpital en sens inverse, sans se presser. Alors qu'il traversait le hall d'entrée du Seattle Grace, il aperçut un petit attroupement autour du bureau d'accueil, composé d'infirmières comme d'internes, certainement en train de se raconter les derniers ragots les plus croustillants. Il allait passer son chemin, quand une partie de la discussion retint son attention :
- Oui, il parait que si quelqu'un n'était pas intervenu à temps, cela aurait pu très mal se terminer.
- Décidément, elle n'a vraiment pas de chance : il y avait déjà eu cette histoire avec le mec drogué.
- Elle s'était prise une balle, d'ailleurs, non ?

Interpellé par la tournure que prenait la conversation, Stephen s'arrêta à distance respectable, histoire de prêter une oreille attentive aux propos du personnel soignant.
- Mais qu'est-ce qu'il s'est passé, finalement, tout à l'heure ? J'ai entendu dire que quelqu'un s'était fait agresser...? Intervint une infirmière, venant tout juste de s'immiscer dans la discussion.
- Oui, par un tueur en série blessé au couteau.
- Pas un tueur en série ! Et puis quoi, encore ? C'était un dealer, il me semble. Enfin, c'est ce que m'a dit Tyler...
- Mais qui ?
- Une interne. La petite soeur du Docteur Shepherd.
- Et c'est grave ?
- Pas trop... Enfin, je n'en suis pas sûre. Mais, quoi qu'il en soit, elle...

Stephen en avait assez entendu. A la mention du nom de sa petite amie, il avait cru que son coeur allait s'arrêter de battre. Sans attendre d'avantage, il fit demi-tour, se précipitant en direction de l'escalier menant aux étages supérieurs. Il ignorait si cette énième rumeur courant dans l'hôpital s'avérait exacte, mais il tenait à le vérifier. Rongé par l'inquiétude, il questionna plusieurs médecins errant dans les couloirs, mais aucun ne semblait au courant d'où pouvait bien se trouver Lucy. Le portable de cette dernière ne répondant pas, et personne n'étant en mesure de le renseigner, le jeune homme décida d'aller faire un tour aux vestiaires, au cas où.

Anxieux, il ouvrit la porte à la volée, pour finalement apercevoir avec un intense soulagement la jeune femme. Cette dernière, debout près de son casier, terminait de s'habiller, visiblement pressée d'en finir au plus vite avec cette journée. Stephen sentit une boule se former dans sa gorge, tandis qu'il se rapprochait de sa petite amie. Celle-ci se tourna face à lui, s'étant aperçue de sa présence. Le teint pâle et le visage angoissé, elle semblait encore sous le choc de son agression.

Voyant qu'elle s'en était tirée sans trop de mal, et infiniment heureux qu'il ne lui soit rien arrivé de grave, Stephen ne put s'empêcher de la prendre dans ses bras, lui murmurant à l'oreille :
- J'étais tellement inquiet ! J'ai entendu dire ce qu'il s'était passé... J'ai eu si peur pour toi ! Ça va ? Tu vas bien ? Comment tu te sens ?
Il laissa passer quelques secondes, la serrant contre lui, et l'embrassa sur le front.
- Je...je suis désolé pour tout à l'heure, à la cafétéria... Pardon de t'avoir dit ça, de t'avoir parlé de cette façon. Je ne le pensais pas, je suis désolé. Je suis tellement, tellement désolé.
Il caressa ses cheveux, s’imprégnant de leur parfum.
- Excuse-moi. Je suis désolé... Répéta-t-il encore.

Passé un tel moment d'angoisse, le jeune homme se rendit alors compte à quel point il tenait à Lucy. Il s'en voulait tellement de lui avoir fait du mal, un peu plus tôt, dans la journée. Sentant le corps de sa petite amie ainsi blotti contre lui, il se jura que cela n'arriverait plus. Il avait tellement de sentiments à son égard...
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   Jeu 21 Juil - 21:16

    Lorsqu'elle se retourna pour voir qui été entré dans la salle des internes, la jeune femme se rendit compte que c'était Stephen. Elle ne savait pas s'il était au courant de ce qui lui était arrivé dans l'après-midi, mais il semblait inquiet. Lucy ne dit rien lorsque Stephen l'attira à lui, elle enfouit son visage contre l'épaule de Stephen. Cette journée avait été horrible, elle avait hâte qu'elle se finisse et que tout soit oublié. Elle sentit les lèvres de Stephen contre son front et redressa la tête pour plonger son regard dans le sien. Il lui dit qu'il avait eu tort de lui parler de cette façon, qu'il était désolée. Lucy secoua la tête négativement et murmura :

    Non, c'est moi qui ait eu tort de te dire ce que tu dois faire, tu as raison, je ne suis pas un bon exemple avec ma famille donc je n'avais pas le droit de te donner de conseil.

    Lucy était sincère. Il l'avait lui même bien dit : elle avait une vie de famille pour le moins inexistante, donc elle n'avait pas le droit de donner des conseils alors qu'elle même ne savait pas gérer la sienne. Lucy posa ses mains autour du coup de Stephen et murmura :

    On oublie tout ça ?

    La jeune maman était fatiguée de tout ça, elle ne voulait plus y songer. Son agression avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. La jeune femme finit par se tourner vers lui et déclara d'un ton faussement sérieux :

    Dans tout malheur, il y a un peu de positif non ? Avec ça Lucy montra son poignet Je suis arrêtée pour une semaine, j'ai donc droit en quelque sorte à une petite semaine de congé... Et donc en tant que grande malade, j'ai droit à toutes les exigences inimaginables, non ? Alors... Lucy fit mine de réfléchir quelques secondes. Là, tout de suite, j'ai envie d'un bon bain chaud, d'un massage, d'un verre de champagne et d'un bon lit pour dormir !

    La jeune femme laissa échapper un petit rire malicieux, exigeante madame ? Oui, un petit peu... ^^ La jeune femme attrapa la main de Stephen, et se hissa sur la pointe des pieds pour l'embrasser. Elle passa une main dans les cheveux du jeune homme et colla son corps frêle contre lui. Mine de rien, sa dispute avec Stephen lui avait fait mal et elle était soulagée qu'ils se soient réconciliés... La jeune interne entendit la porte s'ouvrir et vit une des autres internes entrer. Elle se tourna vers Stephen et lui murmra :

    On rentre ?

    Rentrer, chez lui ou chez Lorenzo ? Lucy savait pertinamment qu'elle ne pouvait pas ramener le jeune homme chez son colocataire, donc elle espérait qu'il lui proposerait de rentrer chez lui et qu'il ne poserait pas de question sur son domicile...



_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)   

Revenir en haut Aller en bas
 

J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner (Lucy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG ::  :: 
NIVEAU 3 ▬ LES DIFFERENTS SERVICES
 :: Autres services
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com