Breathe RPG


Partagez | 
 

 Vieux dossiers, entraînements sur des morts et nouvelle rencontre | Feat Stephen Mathesson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Vieux dossiers, entraînements sur des morts et nouvelle rencontre | Feat Stephen Mathesson    Mar 21 Juin - 20:39

Vieux dossiers, entraînements sur des morts et nouvelle rencontre

featuring Stephen Mathesson and Peyton Rayend

    Cela faisait une semaine que j'avais aménagé à Seattle. J'avais trouvé un joli petit appartement près de mon lieu de travail, et il me convenait parfaitement : il était éclairé, meublé, dans un très bonne état, et sa superficie convenait parfaitement pour une personne, c'était l'appartement idéal malgré le loyer plutôt élevé, mais je ne me souciais pas trop de l'argent, mes parents m'avaient donnés une assez grosse somme d'argent pour que je puisse vivre sans manquer de rien jusqu'au 5 prochaines années. J'étais tout simplement heureuse car enfin j'avais réussi à prendre mon indépendance et à quitté le cocon familial pour vivre ma vie de jeune adulte. Mais si je venais vivre à Seattle ce n'était pas parce que c'était une ville magnifique bien qu'elle le soit réellement, non, c'était pour faire mon internat au Seattle Grace Hospital, un des hôpitaux les plus renommés du pays.

    Il était six heures et demi du matin quand je me décida enfin à ouvrir les yeux. Le soleil radieux et les quelques rayons de soleil qui réussissaient à entrer dans ma chambre spacieuse m'éblouissaient et éclairaient ma chambre propre. Par réflexe, je ferma les yeux et poussa un long soupir, j'étais encore fatiguée, même si j'avais plutôt bien dormi, je ne pouvais m'empêcher de ressentir quelques coups de fatigue, même le matin. En m'étirant, je tourna la tête vers ma table de chevet et regarda l'heure digitale qu'affichait mon réveil. Tout en me "boostant", je sortis de mon lit et alla prendre une douche qui j'espérais allait me réveiller. Après avoir bien profité de ma douche tiède, je m'habilla et me prépara. Après avoir rangé un petit peu mon chez-moi et avoir pris mon sac, je sortis de la maison. Aujourd'hui, j'avais décidé que j'allais profiter de mon temps libre pour visiter un peu Seattle qui m'était encore inconnu. Après avoir marché pendant près de vingt minutes et avoir visité toutes sortes de magasins en tout genre, je décida de m'arrêter dans un petit café pour me reposer. Je commanda un muffin avec une tasse de café, je régla en liquide la jeune caissière et parti m’asseoir à une table mon plateau à la main...

    Une fois mon petit-déjeuner terminé, je regarda l'heure sur mon portable et vis qu'il était déjà sept heures cinquante et que je devais me rendre à l'hôpital. Après avoir débarrassé mon plateau, je reparti en direction de l'hôpital cette fois-ci. Le trajet fut plus long que le précédent et j'arriva à l'hôpital avec cinq minutes de retard ce dont j'avais horreur. Après avoir salué les quelques personnes que je connaissais, je me dirigea jusqu'au vestiaire pour enfiler ma tenue, je mis à peine cinq minutes pour enfiler ma blouse et mettre mes chaussures. Après cela je me mis à courir jusqu'à l'endroit où se trouvait mon encadrant. Après avoir attendu pendant presque cent ans l'ascenseur et avoir traversé à peu près tous les étages de l'hôpital, je finis par le trouvé. Il était au beau milieu d'un service, entouré d'une dizaine d'internes. Je ralentis alors mon pas, et essaya de me faufiler discrètement entre les internes, mais malheureusement ma ruse n'avait pas fonctionné, et j'avais été prise en flagrant délit, après m'avoir sermonné et m'avoir répéter plus de deux fois l’intérêt d'être en avance. L'homme me dit que ma seul tâche pour la journée était de classer des dossiers, et que cela m'aiderait peut-être la prochaine fois à arriver à l'heure : "Et si un de vos patients était mort parce que vous êtes arrivée en retard, vous y avez pensé !".

    Dégoûtée, je partis les pas lourds, vers la salle où était placés tous les vieux dossiers à classer. Une fois arrivée la bas, j'ouvris la porte lourde à l'aide de mon épaule et soupira. J'étais vraiment déçu de ne pas pouvoir participer à plusieurs cas avec les autres internes, mais peut-être avait-il raison ? Peut-être que classer les dossiers toute la journée m'apprendra à faire plus attention à l'heure. Je soupira une seconde fois et me dirigea vers une des différentes tables de la salle plutôt spacieuse. Dessus y était posé plutôt en vrac des tas de dossiers, je décida de m'installer et commença à tout trillé. Quand soudain, une jeune homme apparu devant moi intrigué.

    Oh excuse , tu étais là , j'ai ...j'ai cru qu'il n'y avait personne enfin, je vais aller à une autre table dis-je en désignant de la main , la table d'à côté.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Stephen Mathesson




✱ ©crédit : by me.
✱ Nombre de messages : 138

Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 28 ans
♦ Service: Interne en chirurgie

MessageSujet: Re: Vieux dossiers, entraînements sur des morts et nouvelle rencontre | Feat Stephen Mathesson    Mar 21 Juin - 22:08

Je ne vois aucune raison qui me pousse à devenir chirurgien. Mais j’en vois des milliers qui me poussent à abandonner.



- Quant à toi Mathesson, tu iras t'occuper des urgences, avec en premier cas monsieur...O'Connel ! Et son problème de vessie. Une incontinence ou une rétention, certainement. Voire même une cystite... Quelque chose dû à la vieillesse, en tout cas. Ça m'étonnerait qu'il s'agisse de quelque chose de plus grave, mais sa femme tient beaucoup à prendre toutes les précautions nécessaires.

Stephen dévisagea le résident qui lui avait été assigné comme s'il avait perdu l'esprit. Un vieux n'arrivait plus à pisser droit et c'était à lui que revenait la charge de trouver ce dont il était atteint ! C'était une blague ? Mais le jeune homme choisit de tenir sa langue, ne désirant pas s'attirer les foudres de son supérieur hiérarchique. Il allait tourner les talons, maudissant intérieurement son résident, quand celui-ci le rappela à l'ordre :
- Oh, et, j'allais oublier, un café ne serait pas de refus. Bien serré et sans sucre.

L'envie de se retourner et de balancer son poing dans la figure de l'homme traversa brièvement l'esprit de Stephen, mais il prit sur lui pour conserver son calme, et lança à son interlocuteur d'une voix d'où transparaissait l'agacement :
- La machine à café ? Elle est juste au bout du couloir ! Et merci beaucoup pour votre aimable proposition au sujet de ce, j'en suis certain, tout à fait charmant retraité, mais je ne me suis pas lancé dans des études de médecine pour travailler dans un hospice ! Aussi, je suis certain que, parmi toute cette bande de fidèles internes, l'un d'eux voudra très certainement se charger de ce cas.
Le jeune homme se tut, reprenant sa respiration. Il n'était pas un larbin et avait su le faire comprendre -ou, du moins, il l'espérait. Constatant les mines effarées des autres internes, et le regard sévère de son résident, il réalisa qu'il avait été un peu trop loin dans ses propos. Bien décidé à calmer le jeu, mais sans pour autant s'avouer vaincu, il reprit d'une ton plus respectueux :
- C'est juste que...hum, je pense que ce genre de...euh, "tâche", devrait plutôt être assigné à quelqu'un d'autre. Je pense être assez qualifié pour me voir attribuer une autre occupation, comme...une chirurgie, ou un poste à la mine. Enfin, vous voyez, ce genre de trucs... Une tâche à ma hauteur.

- Ah oui, tu crois ? Releva le résident, jusque là demeuré silencieux, haussant un sourcil, un air mi-dubitatif, mi-ironique peint sur son visage. Voilà ce que je pense, moi : tu n'es qu'un prétentieux, de ceux qui se croient plus capables que les autres ! Dois-je te rappeler que tu n'es qu'un interne ? Autrement dit : le bas de la chaîne alimentaire, tout juste bon à obéir aux ordres et à la fermer ! Tu veux une tâche "à ta hauteur" ? Eh bien en voilà une : tu passera le reste de la journée dans l'ancien bloc ! A classer anciens dossiers et à trier toute la paperasse inutile de cet hôpital ! Et cela jusqu'à ce que mort s'en suive ! Maintenant, disparais !
L'homme énervé avait haussé le ton, et sa voix se répercuta dans tout l'étage, résonnant sur les murs. Gêné, Stephen constata une foule de regards braqués sur eux, ceux des patients comme des autres médecins. Ne tenant pas plus que ça à perdre son emploi seulement deux semaines après son arrivée, le jeune homme abdiqua, tournant les talons en direction de l'escalier menant aux étages inférieurs. Obéir n'avait jamais été son fort, mais être interdit de chirurgie jusqu'à la fin de son internat ne le tentait pas plus que ça.

Se dirigeant à contrecœur vers la pièce qui serait sa prison pour le reste de la journée, après avoir traversé la moitié du bâtiment, Stephen poussa rageusement la porte, une haine formidable éclatant dans tout son être. A peine eut-il pénétré dans l'ancien bloc, consumé par la colère, qu'il s'avança en direction d'une table et envoya valdinguer la pile de dossiers y étant entreposée, et une chaise par la même occasion, le tout dans un vacarme assourdissant. Il était ainsi : impulsif comme pas deux.

Le jeune homme contempla les dégâts, dépité. Super ! Trois fois plus de travail à effectuer à cause de son mauvais caractère ! Grommelant dans sa barbe, il remit en vrac et sans minutie la paperasse sur le bureau et redressa la chaise, avant de se diriger vers les étagères au fond de la pièce, une petite pile de feuilles à la main. Effectuant sans grand enthousiasme le travail dont on l'avait chargé, il revint ensuite en direction de l'entrée, pour récupérer une nouvelle tournée de feuilles. Mais, apparemment, quelqu'un l'avait devancé : une jeune femme -fort jolie, c'était un fait indéniable- avait pris la liberté de s'installer à la table où étaient amassés les dossiers dévastés, et commençait à trier ces derniers, imperturbable. Au vu de son jeune âge, il ne pouvait s'agir que d'une interne, tout comme lui. Que fabriquait-elle ici ? Elle finit néanmoins pas relever la tête, dévisageant le nouveau venu, avant de lui présenter ces excuses, signalant qu'elle allait se trouver une autre table.

Stephen lui répliqua avec un petit sourire malicieux :
- Oh, tu peux continuer à ranger mes dossiers, tu sais. Vas-y, ne te gêne surtout pas.
Puis, laissant passer un silence :
- Alors, qu'est-ce que tu as fait, toi, pour être condamnée aux travaux forcés ? C'est sûr qu'il faut pas trop les chercher, ces bestiaux ! Il ont la fâcheuse tendance de s'énerver très facilement.
Devant le regard interrogateur de la jeune femme, il expliqua :
- Je veux dire, les résidents. Ils nous rendent la vie dure intentionnellement.
Il adressa un clin d'oeil à sa compagne d'infortune, attrapant un paquet de listes répertoriant les différent décès datant d'il y avait environ un an. Sa seule consolation était qu'au moins, il ne se retrouverait pas tout seul pour effectuer sa pénible besogne...
Revenir en haut Aller en bas
 

Vieux dossiers, entraînements sur des morts et nouvelle rencontre | Feat Stephen Mathesson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG ::  :: 
LES RECOINS DE L'HÔPITAL
 :: Morgue
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit