Breathe RPG


Partagez | 
 

 A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mar 15 Mar - 20:49

La journée commençait sur les chapeaux de roue, Addison avait été de garde la nuit précédente et avait réussi à dormir dans la salle de repos pendant 5 petites heures avant de reprendre le travail. Heureusement qu'elle n'avait pas été bippée pendant son sommeil et avait bien pu récupérer.
Il ne lui fallait pas forcément dormir longtemps pour être de nouveau ressourcée mais avoir un très bon sommeil. Comme ça avait été le cas, c'était déjà ça de gagner. Il était déjà 7h du matin sur sa montre et elle venait tout juste de sauver la vie d'un bébé né prématurément.
C'est dans le beau pyjama bleu que les titulaires portaient que Addie descendit dans le hall pour aller prendre un café histoire de se redonner un peu du courage.
En ce jour pluvieux, les urgences n'arrêtaient pas, il y avait les ambulances qui retentissaient toutes les 10 minutes et la mine devait être chargée. Les médecins et infirmiers ne cessaient de circuler à grand pas dans tous les sens. ça en donnait presque le tournis.

La pause café ne dura pas pour la titulaire qui fut dérangée par la sonnerie de son bippeur. Elle y jeta un coup d'œil et visiblement, il ne fallait pas qu'elle tarde à remonter pour aller au bloc opératoire 2.
Une femme victime d'un accident était entre les mains d'un chirurgien spécialisé dans la traumato, cependant, il s'avérait qu'elle était également enceinte...
Jetant son café dans la poubelle alors qu'il était à moitié plein, Addison se précipita donc vers les marches car l'ascenseur serait certainement trop lent et surtout bondé.

Elle arriva enfin dans l'espèce de vestibule où elle se lava les mains ainsi que les avant-bras alors qu'elle avait encore son calot bleu sur la tête.
Elle entra dans le bloc. Ce n'était pas trop une boucherie bien heureusement, un médecin qu'elle n'avait encore jamais vu auparavant était en train de s'occuper de la patiente. Une assistante plaça un masque sur le visage de la rouquine pendant qu'une autre lui passa la blouse stérile et lui mettait des gants.

Entre-temps, la rouquine avait déjà demandé au médecin de faire une synthèse de la situation puis elle s'approcha de la patiente tout en se présentant à cette dernière et la rassurant.

- Elle est enceinte de 37 semaines .... et le bébé est toujours en vie...mais...


Annonça l'obstétricienne au médecin aux yeux bruns, après avoir brièvement fait un monitoring et une écho surtout Tout en auscultant la patiente, elle établissait à son tour la situation déclarant que

- ...Son rythme cardiaque est trop rapide, je pense que cette anomalie est du à un mauvais placement ou un manque d'oxygène qui y est lié...suite à l'accident. Il ne se présente pas bien, je vais devoir le tourner....

Certes il ne fallait pas faire paniquer les patients, mais Addison Forbes Montgomery était honnête et ne mentait pas quand il s'agissait de la santé de quelqu'un. Le patient avait le droit de savoir la vérité et le médecin devait lui expliquer ce qu'il était en train de faire....

- Vous allez ressentir une petite douleur dans un instant mais c'est normal...

Addison effectuait en effet quelques manipulations pour essayer de faire changer la position. L'autre médecin faisait ce qu'il avait à faire évidemment et Addison lui adressa enfin la parole tout en s'occupant de la patiente

- Vous n'auriez pas pu me bipper plus tôt ?

En effet, elle était légèrement énervée de part le fait que il semblerait qu'en étant bippé plusieurs minutes plus tôt ça aurait été moins compliqué et que il y aurait moins de risque. Le temps pressait mais elle ne faisait pas attention au fait que ce titulaire brun avait lui aussi eu des manip' à faire dans le domaine traumato qui étaient urgentes et à faire dans un premier temps sur la patiente puis il devait également la stabiliser....
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mar 15 Mar - 21:34

Lorenzo entamait son deuxième jour au SGH. Enfin, officiellement car le jeune homme n'avait pas pu dormir cette nuit-là en raison de nombreux accidents sur la route mais aussi son patient "aquarium" à suivre post-op' et dont il devait faire une analyse de sang toutes les heures. Il n'avait même pas eu le temps d'avaler quelques choses depuis qu'il avait revu Teddy Altman. Quant à Shenae Ewans, il ne l'avait aperçut qu'une ou deux fois et en coup de vent, toujours occupé l'un ou l'autre.

C'est pas une vie d'être chirurgien, pensait le californien alors qu'il sortait à peine du bloc après une intervention minime sur un adolescent de 17 ans.

Il allait sans doute pouvoir souffler un peu après cette intervention. Il ne rêvait que d'une chose à ce moment là, un lit en salle de détente suivi d'un expresso bien chaud. Pourtant, une infirmière mis vite fin à ses rêves de repos.

- Docteur Donovan ? On vous demande au bloc 2. Encore un accident de la route et on a besoin d'un chirurgien traumatologue.
- Vous ne pouvez pas bipper quelqu'un d'autre ? J'enchaîne opération sur opération depuis hier soir.

Lorenzo avait répondu assez sèchement. En effet, la fatigue commençait à le gagner et pour faire ses preuves, il les avait faites en enchaînant toutes ses opérations.

Je suis désolée docteur mais tous les autres traumatologues sont déjà occupés, vous êtes le seul de libre.

De rage, Lorenzo balança son masque d'un mouvement beaucoup trop brusque dans la corbeille. Après avoir baragouiner un merci à l'infimière, il reparti en direction du bloc 2, déjà habillé pour l'opération suivante.
Lorsqu'il arriva, il se lava les mains et les avant-bras avec soin pendant qu'un interne lui exposait la situation.

- Kelly Jordans, 25 ans, elle était côté passager du véhicule, elle a un torticoli et...
- Je ne m'occupe pas des torticolis ok ? Je suis chirurgien en traumatologie, venez-en directement à ce que je dois faire s'il vous plaît.


La mauvaise humeur et le ton brusque du chirurgien pris de court l'interne qui ne savait plus où il en était. Après quelques secondes d'hésitations, il finit enfin par expliquer à Lorenzo que la patiente, déjà endormie sur la table, avait un bout du pare-brise dans l'épaule droite ainsi qu'une barre en fer qui lui traversait le mollet gauche. Pendant l'exposé de l'interne, Lorenzo, aidé par deux assistantes, fini de se préparer et entra dans le bloc.

Mesdames messieurs, bonjour. Il est 7h10, il pleut encore dehors et c'est le moment d'oublier tous nos soucis personnels pour sauver une vie.

Le même discours que son mentor avant Altman. Lorenzo en rigola intérieurement. Lorsqu'il posa son regard sur la patiente, il compris cependant qu'il ne pourrait pas être le seul chirurgien dans ce bloc.

Mais elle est enceinte ! Pourquoi vous ne m'avez pas prévenu bon sang ?

Et oui, la fatigue plus la faim plus cette mauvaise surprise faisait que Lorenzo était à deux doigts de péter un plomb. Mais il devait se calmer, et vite. Cette jeune femme devait être opérer et le plus vite possible.
Vite fait mais bien fait, attention Lorenzo hein ? Je sais que tu a envie d'un lit mais pour le moment, tu dois encore jouer ton rôle de chirurgien.

- Est-ce que vous avez bippé un obstétricien ? demanda-t-il beaucoup plus calmement en s'approchant du haut du corps de la patiente afin de commencer par le morceau assez impressionant de parebrise enfoncé dans l'épaule de la future mère.
- Oui docteur Donovan, elle devrait arrivée d'ici peu.

Lorenzo commença à prendre un instrument pour essayer de dégager légèrement autour du bout de verre lorsqu'une femme entra en trombe dans le bloc. Il leva un peu le regard pour voir à qui il avait à faire lorsqu'il comprit qu'il s'agissait de l'obstétricienne bippée quelques secondes auparavant. Lorsqu'elle lui demanda une synthèse, il dit, en continuant de nettoyer correctement la plaie à l'épaule de la patiente :

Kelly Jordans, 25 ans, accident de la route. De mon côté, un morceau de verre d'environ 15 centimètres dans l'épaule et une barre de fer de 20 centimètres dans le mollet gauche. De votre côté, un bébé.

Bref et concis. Il était fatigué et voulait finir rapidement cette intervention pour aller se coucher. Mais en véritable professionnel, il prendrait tout le temps nécessaire pour que la patiente soit sur pied rapidement et avec des cicatrices le moins visibles possibles.

La femme aux yeux bleu-verts fit également sa synthèse après une examination rapide de la patiente avant de commencer à enguirlander Lorenzo.

Excusez moi docteur mais je viens juste d'arriver moi aussi et je sors du bloc 4 alors excusez moi si je me montre grossier ou vexant mais non, je n'aurais pas pu vous bipper plus tôt car j'ai actuellement la main sur un bout de verre de 15 centimètres et j'ai enchaîné les interventions depuis 21 heures hier soir. De plus je suis nouveau ici, c'est ma première garde et je ne sais même pas comment vous vous appelez.

Tout en parlant d'un ton assez brusque à la jeune femme qui lui faisait face pour examiner le bébé, Lorenzo finit de nettoyer la plaie et commencer à extraire petit à petit le bout de verre de l'épaule de la patiente.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mar 15 Mar - 23:02

Ce qu'elle apprécia immédiatement chez cet autre médecin était le fait qu'il ne tournait pas autour du pot. Quand elle lui demanda d'établir la situation, il en était venu à l'essentiel, sans perdre de temps.

Mais rapidement, au bout de quelques instants à peine après qu'elle soit arrivée, alors qu'elle adressait pour la première fois la parole à cet inconnu qu'il y avait déjà une espèce de tension qui se créer. Visiblement, il était autant à bout de nerf qu'elle ce qui n'était pas étonnant vu qu'il avait visiblement été lui aussi de garde, occupé à travailler non-stop quasiment depuis la veille.
Mais c'était comme ça, c'était l'une des conséquences qu'on acceptait à partir du moment où on devenait un médecin dans cet hôpital ça faisait partie des contraintes du métiers.

La rouquine avait un caractère bien trempé aussi, surtout quand il s'agissait de la vie d'une patiente ou celle d'un bébé qui était en jeu. D'ailleurs, l'attitude de son " collègue " lui déplu un peu du fait qu'il soit aussi susceptible. C'est vrai que ça arrivait quand on était fatigué mais généralement, face au docteur Montgomery, les autres "s'écrasaient". Hormis deux-trois médecins comme Derek ou Mark qui saavaient remettre Addison à sa place ou bien la raisonner ( et c'était bien sûr réciproque ), ce n'était jamais arrivé qu'un autre médecin réponde de façon " brusque " ainsi.

A vrai dire, Addie le trouva immédiatement prétentieux. Professionnel certes, mais prétentieux.
Ne répondant pas à sa question quant à son nom, la rouquine se contenta de lui rétorquer du tac au tac

- Ne croyez pas que vous êtes le seul à avoir travaillé d'arrache-pieds depuis hier, vous n'êtes pas le seul médecin de garde dans cet hôpital et...

Continuant d'effectuer la manipulation elle parvint à retourner le bébé cependant, la tension de la mère était soudainement en chute, elle cette dernière venait de perdre subitement connaissance. Les moniteurs sonnaient ce qui était signe que le temps était compté, il fallait rattraper cela et ne pas la laisser s'enfoncer, quitte à en venir aux palettes.

- ...je pense que le moment est très mal choisi pour être susceptible.

C'était sous la pression et l'urgence du moment que les deux médecins se trouvèrent dans l'obligation de sauver Kelly qui était entre la vie et la mort.

- ... Kelly restez avec nous, Kelly vous m'entendez...

Demanda Addison tout en s'agitant autour d'elle, avec les gestes appropriés et efficaces, il fallait en venir au palettes, c'était la seule solution possible, d'ailleurs, Alors que la rouquine s'apprêtait à les prendre sans pour autant annoncer son initiative, le médecin face à lui s'en était chargé. A croire qu'il y avait une connexion de pensée ou alors qu'il savait très bien que c'était ce qu'il fallait faire. Après qu'il soit parvenu à ôter le morceaux de verre, il s'occupait à présent des palettes et quand il dit de "dégager", Addie garda son regard planté dans celui du jeune homme avant de se focaliser de nouveau sur la patiente. C'était un échec, il fallait re-charger les palettes et retenter.
L'obstétricienne était entrain de songer à la patiente et au bébé et ne cessait de répéter " Allez...allez "... dans sa tête espérant un signe de vie de la part de Mademoiselle Jordans.
Finalement, en un rien de temps, cette dernière revint à elle, elle était de nouveau stable mais pour combien de temps ? C'était de justesse en tout cas.

Vérifiant de nouveau que le bébé allait toujours bien....elle put enfin le confirmer à son collaborateur "prétentieux" elle s'approcha de la jambe de la patiente pour nettoyer la plaie également alors que l'autre médecin s'occupait de l'épaule.

- Le plus dur est passé, ça va aller maintenant....

Dit Addie pour rassurer la patiente avant de regarder enfin Lorenzo dans les yeux comme pour chercher une confirmation de sa part et s'assurer que "tout était en ordre" ou du moins, sous contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 10:56

Alors qu'il venait d'achever sa phrase, la collègue de Lorenzo lui répondit du tac au tac qu'il n'était le seul à travailler ici. Au ton de la jeune femme, Lorenzo comprit qu'il était allé un peu trop loin et qu'il devait assumer maintenant. Et oui, la fatigue et le sang chaud des italiens rendait le jeune homme un peu agressif lorsque la fatigue ou la faim le gagnait. Pourtant, la femme aux yeux bleu-verts ne lui donna pas pour autant son nom, ce qui irrita un peu le traumatologue qui, d'un geste un peu trop brusque et sous les yeux médusés de l'interne qu'on lui avait attribué d'office, se coupa avec le morceau de parebrise.

- Dannatamente! Spazzatura pezzo di merda di vetro, vi sarà meno intelligente quando mi sarei tagliato in piccoli pezzi con un martello.

Et voilà, on y était. Lorenzo venait de s'énerver et donc commençait à parler italien. Sa mère, italienne de pur souche, leur avait appris à le parler, à ses soeurs et à lui, dès le plus jeune âge, ce qui leur permettait aujourd'hui d'être bilingue. Seulement, Lorenzo ne s'exprimait en italien que très rarement et souvent pour s'énerver contre quelque chose ou quelqu'un. Il vérifia rapidement si la patiente n'avait pas été touché par le brusque mouvement de verre. Elle n'avait rien apparament. Pourtant, les appareils commencèrent à sonner et la jeune femme venait de perdre connaissance.

- ...je pense que le moment est très mal choisi pour être susceptible.

En effet, Lorenzo devait d'abord penser à la patiente. Si elle y restait, l'obstétricienne n'aurait que quelques minutes pour tenter de sauver un bébé qui pouvait également y rester à cause de son état de prématuré. D'un geste assez vif mais précis afin d'éviter de créer de nouvelles lésions ou même de provoquer une hémoragie, le californien retira le morceau de verre de l'épaule de la patiente pendant que sa collègue essayait de réveiller la jeune femme avec des gestes précis et efficace. Pas le temps de cautériser la plaie à l'épaule, il fallait d'abord ramener la patiente et faire en sorte qu'elle reste stable. Il jeta aussitôt l'énorme morceau de verre dans la bassine sur sa droite, oublia sa blessure à la main, puis attrapa le matériel de réanimation alors que sa collègue esquissa le même mouvement. Obstétricienne certes mais chirurgienne avant tout, pensa Lorenzo. Elle connaissait les gestes qu'il fallait avoir, il n'y avait pas de doute. Plantant son regard noisette dans celui de sa collègue durant une demi-seconde, il s'arracha à ses pensées pour donner ses instructions.

- On lui passe zéro cinq d'adrénaline, ça devrait suffir, on ne l'a pas perdu depuis longtemps. Chargez à 200.
- Charger à 200.
- Dégagez,
dit-il en recroisant le regard de sa collègue.

Elle avait l'air calme et même si ce ne fut qu'un dixième de seconde, cet échange de regard permit aussi à Lorenzo de se calmer. Il choqua alors la patiente et attendit quelques secondes. Rien. Il fallait recommencer.

- On recharge à 250, passez la même dose d'adrénaline.
- Charger à 250.
- Dégagez.


Il rechoqua la patiente. Il savait que beaucoup de chirurgien aurait demander des charges plus fortes mais un choc trop important aurait pu être très risqué pour le bébé que la patiente portait. Surtout à 37 semaines de grossesse. Lorenzo savait qu'il n'avait pas une vie entre les mains mais celle d'une mère et de son enfant. Il fixa alors les moniteurs en se répétant des "allez" dans la tête. Aussitôt, le coeur se remit à battre de façon stable. La patiente repris conscience et la collègue du californien lui confirma le bon état de santé du bébé.

- Le plus dur est passé, ça va aller maintenant.... annonça l'obstétricienne à la patiente pour la rassurer.

Oui, le plus dur venait de passer. La patiente était de nouveau stable et le resterait sans doute jusqu'à la fin de l'opération s'il n'y avait pas de complications. Pourtant, lorsque Lorenzo croisa le regard bleu-vert de sa collègue, il put lire dans ses yeux qu'elle avait besoin qu'il le lui confirme.

- Oui, tout va bien. La blessure à l'épaule n'est pas trop grave et je vais m'occuper rapidement de celle à la jambe, dit-il d'une voix rassurante en se tournant vers la patiente.

Il n'avait pas touché de nerfs ou de veine trop importante en retirant le bout de verre. De même pour les muscles. Il pouvait donc commencer à cautériser la plaie avant de laisser le soin à l'interne derrière lui de refermer l'épaule.

- Bistouri, demanda-t-il en tendant la main droite pendant que la gauche essayait de rendre la plaie bien propre. Docteur l'interne derrière, excusez-moi de vous appeler comme ça, c'est involontaire mais nous n'avons pas eu le loisir de faire connaissance avant d'entrer dans ce bloc, est-ce que vous pourrez refermer cette plaie avec le fil le plus fin possible ? Si c'est oui, dites moi pourquoi je choisi d'utiliser un fil fin s'il vous plaît?

Il profitait du fait que la patiente soit de nouveau stable pour essayer de détendre l'atmosphère. S'il posait ainsi des questions à l'interne derrière lui, celui montrerait à la patiente que tout était sous contrôle et donc qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Alors qu'il commençait à cautériser la plaie à l'épaule avec le bistouri, il remarqua que l'obstétricienne commençait à nettoyer la plaie à la jambe. Il savait que beaucoup d'autre chirurgiens auraient envoyé promener sa collègue, pourtant, un seul mot franchis ses lèvres avant même que l'interne de lui réponde.

- Merci, dit-il en regardant de nouveau sa collègue.
- Docteur Carrel monsieur. L'utilisation d'un fil plus fin va allonger la durée de la cicatrication donc j'avoue ne pas comprendre votre choix monsieur.
- Appellez moi docteur Donovan docteur Carrel. Oui, cela allonge la durée de cicatrication mais cela permet surtout à la patiente d'avoir une cicatrice presque invisible et très légère. N'oubliez pas que notre patiente est une femme de 25 ans docteur Carrel. Elle est donc sans aucun doute coquette et une énorme cicatrice à l'épaule pourrait la complexer. On sauve une vie mais on doit aussi penser au patient docteur Carrel.


Lorenzo avait expliquer cela à son interne avec un calme qui semblait impressionné le jeune médecin derrière lui. Il venait juste de finir de cautériser l'épaule et laissa sa place au docteur Carrel pour s'occuper de la jambe.
Lorsqu'il arriva à côté de sa collègue, il remarqua que le travail qu'elle avait fait pour nettoyer la plaie était impeccable. On aurait pu croire qu'un traumatologue l'avait fait, et non une obstétricienne.

- Merci docteur, je peux prendre la relève maintenant si vous souhaitez vous occuper du bébé.

Le ton était beaucoup plus calme que quelques minutes auparavant. Lorenzo avait compris qu'il avait vexé le docteur en lui parlant aussi brusquement tout à l'heure et il ne voulait pas qu'une dispute éclate en plein bloc alors qu'une patiente était sur la table. Il examina rapidement la blessure à la jambe et compris qu'il avait bien fait de commence par celle à l'épaule. Cette maudite barre de fer allait lui donner beaucoup plus de fil à retord que le bout de verre.


Hors-jeu : Pour ceux qui ne comprennent pas l'italien et veulent savoir ce que racontre Lorenzo, je vous met la traduction Wink "Putain ! Saloperie de bout de verre de merde, tu feras moins le malin quand je t'aurais réduit en tout petits morceaux à coup de marteau." Oui, pas très correct comme langage je sais Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 13:48

Juste à l'instant où la pression montait, les médecins se devaient malgré le risque de perdre la patiente, se focaliser, rester professionnel et surtout garder son sang froid. La rapidité et l'efficacité étaient les maîtres mots.
La rouquine après avoir fait la remarque à son nouveau collègue remarqua qu'il s'était coupé avec le morceaux de verre qu'il était en train d'extraire de la patiente, avant que cette dernière ne s'enfonce, mais il n'eut évidemment pas le temps de s'occuper de sa propre blessure, Mlle Jordans passait avant tout. Le patient passait d'abord, toujours.

A plusieurs reprises, Addie avait constaté que le traumatologue avait les même pensées qu'elle quand il s'agissait de réagir face à une situation critique.
C'était bien, positif dirons nous car ça évitait de perdre du temps de demander à telle ou telle personne de faire quelque chose, et puis le moins de personne il y avait à être autour du patient quand la situation était critique, le mieux c'était car il y avait plus de place pour les gestes.
Une fois que la situation fut sous contrôle, du moins c'était ce qu'ils pensaient, dans le regard noisette du jeune homme, l'obstétricienne trouva finalement une approbation par rapport à ce qu'elle venait de dire à la patiente. Il était vrai que lorsque les médecins chirurgiens se mettait pour une fois d'accord et étaient plusieurs à affirmer à la patiente ou au patient que tous allait bien, c'était bien plus rassurant qu'un des chirurgiens contredisant l'autre.
Le patient conscient avait des oreilles et entendait les moindres remarques des médecins. Il fallait toujours essayer de le rassurer même si parfois la situation n'était pas si cadrée que cela, mais éviter toute panique ou stresse de la part de la personne passant au billard était bien plus facile pour l'attribution des soins nécessaire et leur efficacité.

D'ailleurs, alors que la situation avait retrouvé une certaine stabilité, l'ambiance était un peu plus calme, surtout les deux titulaires. Le Dr Donovan entrepris d'ailleurs d'enseigner quelque chose à l'interne qui se trouvait près de lui. Après tout, c'était le but de cet hôpital, de former, d'enseigner, d'apprendre...c'était ce que le Chef Weber avait toujours voulu de la part de ses titulaires, qu'ils ne " la jouent pas perso " et qu'ils descendent parfois du piédestal pour enseigner aux internes quelque chose, de façon continue.
Qu'est-ce qu'il était désagréable cet homme au regard de braise et pourtant, la rouquine ne pouvait pas nier qu'il était doué et que ce qu'il faisait là était bien. Mais elle n'écouta pas trop ce qu'il disait à ce certain Dr Carrel, s'occupant plutôt de la plaie à la jambe. Addison Montgomery gérait très bien en chirurgien bien que son secteur était l'obstétrique, après tout, ils apprennent tous le domaine de la chirurgie de façon globale, un domaine vaste avant de se spécialiser dans un secteur.
Très professionnelle, bien que ce collègue l'énervait dès le départ, il s'était un peu apaisé, tout comme elle. Il l'avait remercié, et par conséquent, sans même parler la première fois, son regard signifiait déjà beaucoup. Addison avait des yeux très expressifs, rien qu'à son regard, on pouvait savoir dans quel était d'esprit elle était.

Une fois que Lorenzo Donovan s'approcha donc de la jambe, elle lui adressa donc ce regard signifiant " de rien " en lui demandant toutefois

- Vous voulez être remplacé ?

Tout en baissant son regard vers la main blessée de ce dernier sur laquelle un assistant avait toutefois eu le temps de fixer une compresse pour arrêter le sang qui pouvait couler à travers le gant chirurgical.
Evidemment qu'il ne serait pas remplacé et qu'il irait au bout des choses, ça se sentait dès le départ mais Addison demandait cela par pure sympathie avant de s'occuper du bébé de la patiente.

Après un tel choc que Kelly Jordans avait subi, elle devait certainement accoucher dans les 2-3 semaines à venir, mais il était évident, suite à une courte auscultation renouvelée par l'obstétricienne, qu'un accouchement prématuré du bébé serait nécessaire. De suite car le bébé se présentait initialement en mauvaise position, mais bien que la chirurgienne était parvenue à le tourner, il y avait une souffrance fœtale importante qui s'était accentuée suite au bref coma de la jeune future mère.
D'ailleurs, Addison dit alors au Docteur Donovan qu'il serait nécessaire qu'elle fasse de une césarienne, ce qu'il ne pouvait pas contredire étant donné qu'il s'agissait de la seule chose à faire. Mais il devait donc terminer de s'occuper de la jambe avant qu'elle s'en charge. Bien évidemment, cela se ferait dans la plus grande attention possible à l'égard de la mère et du bébé. Et puis la cicatrice ne se verrait quasiment pas.
En bon médecin, la rouquine expliqua donc la situation à la mère du bébé, ajoutant aux faits qu'elle était également fatiguée d'où l'impossibilité d'accoucher naturellement, la césarienne étant l'unique recours possible.
Bien évidemment, Kelly Jordans accepta alors. Cela pris quelques instants avant que le traumatologue en finissent, ma enfin, ils en voyaient le bout de cette intervention !

Vint alors le moment pour Addison d'effectuer la césarienne. Elle était donc calme et faisait cela dans l'ordre des choses, avec une grande concentration sans pour autant perdre une minute. ça ne pris pas longtemps pour extraire le bébé, d'ailleurs, une fois le bébé prématuré ne pesant que près de 2kg dans les mains, la chirurgienne obstétricienne en pris de suite soin, laissant ainsi son collègue suturer de nouveau la patiente

Pendant se temps, Addison s'occupait de fournir de l'oxygène au bébé qui était soit dit en passant vivant et viable, du fait que sa capacité respiratoire était réduite suite à sa naissance prématurée, elle s'assurait également d'une régulation de la température et avec l'aide d'une assistante, attribua les derniers soins nécessaires au bébé avant d'annoncer à la patiente que son bébé s'en sortirait bien, tout comme elle.

Là venait s'achever le travail l'ex madame Shepherd qui voyait que l'autre titulaire venait lui aussi de terminer ce qu'il devait faire, laissant aux autres médecins présents " les finitions ", le plus dur ayant été fait et accompli avec succès, déclara donc à son collègue qu'elle venait tout juste de rencontrer

- Je crois qu'on en a terminé.....


Dans son regard bleu-verts laissait échapper cette expression de soulagement, et de satisfaction. Le stress venait de la quitter et elle pouvait enfin souffler.
La belle tourna donc les talons pour quitter le bloc une fois avoir jeté ses gants, son masque et sa blouse stérilisée dans la "poubelle" prévue à cet effet. Se retrouvant à présent dans la petite pièce où ils se lavaient les mains avant une opération, elle pouvait voir à travers la vitre la patiente.
Cependant, le travail accomplis, la rouquine se lava une fois de plus les mains et, étant donné qu'elle était suivie par le brun ténébreux, elle le regarda donc tout en se lava les mains puis lui sorti

- Il est temps de s'occuper de votre cas monsieur le ténébreux....

déclara t-elle un très léger sourire dessiné sur ses lèvres

Elle pouvait se montrer agréable c'est vrai, mais ils allaient devoirs s'habituer à ce que ce soit un peu comme ça entre eux...des moments d'accord absolu et d'autres faits de discordes...En tout cas, elle ne fit pas attention quand elle sorti le nom de " ténébreux ", elle l'imaginait dans le sens mystérieux, complexe... et puis, de part le caractère qu'elle avait pu observer, ça lui allait juste bien selon elle. Après elle n'y avait pas réfléchit plus que ça, le son était sorti de ses lèvres avant qu'elle n'y pense vraiment.
La rouquine ôta finalement son calot bleu fétiche pour laisser apparaître sa chevelure rousse, brillante.

L'œil vif, elle s'approchait du docteur Donovan, toujours s'en s'être présentée et elle avançait doucement ses mains vers celles du traumato sans encore les toucher, à lui de les tendres à Addie en guise d'acceptation de son aide

- Je peux ?

Demanda t-elle en plongeant son regard bleuté dans celui noisette du bel homme. Elle voulait juste se montrer utile en jetant un coup d'œil à sa blessure pour lui attribuer également quelques soins.
Certes l'entente n'était pas cordiale dès le début, mais elle n'était pas sauvage et insociable non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 15:34

Lorsque Lorenzo arriva en face de sa collègue dont il ne distinguait que les yeux, il n'eut pas à attendre de "de rien", les yeux de l'obstétricienne le disaient pour elle. Il sourit alors légèrement, sourire caché par le masque certes mais qui se devinait également à ses yeux. Il n'avait pas connu beaucoup de personne comme lui, des personnes qui ne pouvaient pas réellement cacher leusr sentiments à partir du moment où l'on savait lire dans leurs yeux.

- Vous voulez être remplacé ?

Il ne comprit pas tout de suite la question. Pourquoi serait-il remplacé ? Puis un léger picotement à la main lui rappela sa coupure. Une coupure contre une barre en fer dans la jambe ? Il aurait eu l'air ridicule. Surtout qu'il ne s'agissait que d'une blessure superficielle. Il répondit alors à la jeune femme face à lui d'un ton qui se voulait amical mais à la fois déterminé :

- Je ne vais pas me faire remplacer pour si peu. Ce n'est pas grand chose, je pense que la patiente a quelque chose de beaucoup plus grave que moi.

Il pointa discrètement du doigt la barre en fer pour montrer à sa collègue que cela devait faire beaucoup plus mal qu'une simple coupure.

- Mais merci quand même de vous inquiétez docteur.

Leur regard se croisa de nouveau. Mon dieu que cette chirurgienne avait un regard à rendre jaloux ceux qui n'étaient pas regardés de cette façon. Lorenzo se perdit d'ailleurs quelques secondes dans ces yeux bleu-verts avant de se rapeller qu'il avait une patiente sur la table. Il observa de nouveau la plaie et remarqua rapidement qu'il aurait besoin d'aide pour la sortir. L'obstétricienne était en train de s'occuper de la future mère mais le docteur Carrel avait l'air d'avoir fini de suturer la blessure à l'épaule.

- Docteur Carrel, si vous avez fini, rejoignez moi s'il vous plaît. Il va falloir être deux pour sortir ceci de la jambe.

L'interne s'exécuta aussitôt. Il regarda le docteur Donovan avec un regard rempli d'envie. On devinait facilement qu'il venait de commencer son internat. Il voulait voir des interventions spectaculaires, même si cela devait conduire à la mort du patient. Il se préoccupait plus de l'intervention que du patient. Mais Lorenzo ne pouvait pas lui en vouloir, lui aussi avait été comme ça à une époque. Ce n'est que plus tard que l'on commence à prendre en compte la vie du patient en premier. Le californien ne voulait pas inquiéter la patiente même si elle était en train de parler avec l'obstétricienne. Il regarda alors l'interne et lui expliqua la marche à suivre en chuchotant.

- Vous allez vous mettre de l'autre coté de la patiente. Normalement le docteur qui nous accompagne sur cette intervention à nettoyer la plaie de votre côté aussi. Est-ce que vous voyez ressortir la barre ? Non. Répondez en hochant la tête s'il vous plaît. Si la patiente entend ça, elle risque de paniquer et le stresse risque d'être très mauvais pour le bébé.

Le docteur Carrel hocha donc lentement la tête en gardant son regard planté dans celui de l'italo-américain.

Bien. Vous allez poussez délicatement la barre dans le même axe que celui qu'elle a suivit pour y entrer compris ? Très délicatement. On ne doit pas toucher l'os. Attendez que je vous fasse signe de pousser.

Il se tourna vers la patiente qui écoutait ce que sa collègue avait à lui dire. Une fois leur dialogue fini, Lorenzo s'adressa à la patiente d'une voix rassurante pour ne pas la faire paniquer.

- Kelly ? Vous êtes sous anésthésie locale, vous ne sentait donc pas la douleur mais vous risquez de ressentir une gêne au niveau de la jambe. C'est normal, ne paniquez pas s'il vous plaît, nous avons la situation en main et nous allons tout faire pour que vous soyez rapidement sur pied d'accord?

La jeune femme émis un faible son pour lui donner son accord. Lorenzo se tourna de nouveau vers son interne et lui fit un léger signe de tête pour lui indiquer qu'il pouvait commencer. Au bout d'une vingtaine de seconde, l'interne chuchota qu'il ne pouvait plus attendre la barre, ce à quoi le médecin lui demanda de commencer à cautériser la plaie à cinq centimètres maximum de profondeur dans la plaie puis de suturer avec le même fil qu'auparavant pour les mêmes raisons. Lorenzo préférait travailler comme ça. Ne pas cautériser trop profondément car cela était souvent inutile et provoquait des cicatrices importantes. Lui, au contraire, voulait éviter au maximum à ses patients d'avoir des cicatrices énormes ou flagrantes. Une opération était toujours lourde à supporter alors autant faire en sorte que le patient n'en garde pas la marque à vie.

L'obstétricienne lui indiqua qu'elle devait faire une césarienne pour sauver le bébé de la patiente. Lorenzo lui demanda quelques secondes, le temps qu'il enlève entièrement la barre. Il ne restait que quelques centimètres à retirer et une fois cela fait, il n'aurait plus qu'à cautériser et à suturer pendant que sa collègue pratiquerait la césarienne. Une fois la barre retirée, il croisa de nouveau le regard de sa collègue qui commença aussitôt sa partie du boulot. Lorsqu'il eut fini de suturer la jambe, la jeune femme avait déjà fini. Pensant qu'elle préfèrerait s'occuper du bébé prématuré, Lorenzo commença à suturer la jeune mère. Lorsqu'il eut fini, il se tourna pour voir où en était l'autre titulaire. Elle avait également fini.

- Je crois qu'on en a terminé.....

Il poussa un soupir de soulagement et laissa aux infirmières de bloc et à l'interne qui l'avait aidé le soin de finir les derniers détails. Il se dirigea vers la sortie du bloc, entra dans la petite pièce de préparation et jeta directement son masque, ses gants, la compresse qui était sur sa coupure et sa blouse dans les poubelles prévu à cet effet. Sa collègue l'avait déjà fait et se lavait les mains. Il voyait enfin autre chose que les yeux de la jeune femme. Il s'approcha des lavabos, juste à coté d'elle lorsqu'elle lui dit, en se tournant vers lui :

- Il est temps de s'occuper de votre cas monsieur le ténébreux....

Lorenzo esquissa un sourire.

- Je dois prendre ça comment ? demanda-t-il d'un air amuser alors qu'il commençait à se laver les mains pendant que la jeune femme enlevait son calot.

Il découvrit alors une chevelure rousse qui tomba en cascade sur les épaules de l'obstétricienne. Sans même lui répondre et toujours sans s'être présentée, elle s'avança vers Lorenzo qui finissait de se lavait les mains. Elle tendit alors les siennes vers le californien en demandant si elle pouvait.

- Si ça vous fait plaisir, répondit-il avec le sourire et en lui tendant sa main blessée.

La blessure était tout de même assez profonde mais pas très grande, deux centimètres à tout casser. Il avait dû se couper avec l'angle que formait le morceau de parebrise, rien de bien méchant sans doute.

- Et... Dois-je vous appellez docteur Rouquine ou bien aurais-je enfin l'honneur de savoir votre nom ? demanda-t-il toujours avec le même ton amusé alors qu'il sentit les mains de la rousse prendre la sienne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 21:10

En ayant précédemment proposé à son collègue de se faire remplacer, la rouquine nota qu'il avait toutefois un certain égo à ne pas laisser sa place. Il avait une certaine estime de lui et c'était flagrant dès le début. Mais quel grand chirurgien n'avait pas un égo développé ?
Le principal était qu'il faisait ce qu'il fallait en temps et en heure, le reste était mis de côté à partir du moment où l'intérêt de la patiente et du bébé passaient avant tout.

Après un long moment au bloc, les deux médecins se retrouvaient enfin dans la pièce d'à côté et étaient légèrement plus détendus du moins, le courant l'entente passait mieux.
Cet aspect un peu électrique de leur conversation précédente était entre autres du à leur caractère indépendant et fort.
Laissant ce différend de côté, Addie entrepris donc de s'occuper de la blessure de Lorenzo Donovan. D'ailleurs, quand il ne sut pas vraiment comment prendre le terme " ténébreux " qu'elle lui avait immédiatement attribué, elle lui rétorqua


- Et bien...normalement bien....mais c'est à vous de voir.

Il y avait différentes significations de ce terme en effet et il était libre à lui de croire ce qu'il voulait, mais étant donné que la rouquine avait un petit sourire en coin qui se dessinait sur son visage, il était évident qu'il en relevait plus de quelque chose de positif que d'autre chose.
Il finit cependant par lui tendre la main, et délicatement, Addie observait cette grande main de plus près afin de voir ce qu'il fallait faire pour la blessure qu'il s'était faite.

- Bon visiblement ce n'est rien, et vous l'avez bien fait comprendre, mais je vais quand même désinfecter ça et puis faire ce qu'il faut.


Il s'agissait en effet de très courts pansement similaires à du sparadrap dont le but était de remplacer tout point de suture lorsque ce n'était pas réellement nécessaire mais utile pour faciliter la cicatrisation d'une plaie en la maintenant fermer. Mais comme elle l'avait dit, ce n'était pas grand chose non plus....

- Suivez-moi....


Il n'y avait pas le matériel nécessaire ici donc le docteur Montgomery voulait entraîner l'autre titulaire dans la petite réserve qui était une pièce en retrait où étaient stockés les instruments médicaux, médicaments, désinfectants et produits en tout genre. La vrai caverne d'ali-baba du médecin en d'autre termes. Au moins il y aurait tout à portée de main. Puis après....la rouquine envisageait la possibilité de pouvoir prendre un bon café car elle n'avait pas eu le temps de terminer celui qu'elle avait commencé à boire avant d'aller au bloc. Un bon expresso ne lui ferait pas de mal mais la voix du grand brun la sortie de ses pensée alors qu'ils s'apprêtaient à quitter la pièce, en effet, elle se rendit compte que dans l'empressement, elle ne lui avait toujours pas dit comment elle s'appelait.

- Docteur Montgomery. Addison Montgomery.

Dit-elle avec légèrement de fierté bien qu'elle sourit au nom de " docteur rouquine " qui était fortement original pour elle, du moins ça changeait que d'entendre " Satan ". Mais le beau brun ne serait que satisfait de voir que cela amusait Addison qu'il l'appelle ainsi d'où le fait qu'elle ne répéta que son nom.

Toujours en se dirigeant dans les couloirs de l'hôpital d'un pas décidé, les deux médecins marchaient côte à côte pendant quelques instants avant d'arriver enfin devant la réserve pharmaceutique.
Une fois dans la pièce, Addie referma donc la porte derrière eux puis ils s'enfoncèrent dans le coin de la pièce où il y avait le nécessaire.
Bon ce n'était pas aussi pratique qu'une salle de consultation car il n'y avait pas de quoi s'asseoir mais ils n'allaient pas rester une éternité là-dedans. Les soins ne prendraient pas trop de temps.

Alors que Addison préparait à proximité tout ce don elle aurait besoin, au bout de deux minutes à peine, elle commença alors à désinfecter la plaît de la main du médecin tout en conversant machinalement

- C'est une manie chez vous de parler italiens à chaque fois que vous êtes énervé ?

La belle redressa un court moment son regard bleu-vert vers celui du titulaire qui était un peu plus grand qu'elle, puis juste avant qu'il ne réponde, elle ajouta en se concentrant de nouveau sur la coupure

- Enfin, je crois bien que c'était de l'italien, après, je n'ai pas compris grand chose mais je suppose qu'il ne vaut mieux pas savoir je me trompe ?

La coupure était désinfectée, il s'agissait maintenant de couper les sparadraps pour les appliquer sur la blessure afin de la maintenir fermer.
Avec ses gestes délicats et ses mains agiles, la rouquine gérait très bien ce qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 21:40

Le docteur Montgomery accepta enfin de se présenter alors qu'elle voulait l'entraîner dans la réserve pharmaceutique de l'hôpital. Le jeune homme ne put s'empêcher un sourire en coin lorsqu'il se rapella ce qui s'était passé la dernière fois qu'une femme lui avait dit de le suivre dans la réserve pharmaceutique.

Apparament, l'appelation de "Rouquine" amusait l'obstétricienne et il fallait être aveugle pour que Lorenzo ne le remarque pas. Les mains du docteur Montgomery semblait petites à côté de celle de Lorenzo. Il aurait aimé la prévenir qu'il avait les mains froides naturellement mais il n'eut que le temps d'ouvrir la bouche avant que les doigts de la rousse ne se ballade sur sa main. Une chose était sûre, cette femme devait avoir un sacré caractère, à n'en pas douter.

Une fois sortie du vestibule, ils se dirigèrent d'un même pas dans la réserve pharmaceutique, où la rouquine prit soin de fremer la porte avant de se glisser tant bien que mal entre Lorenzo et une étagère pour atteindre le fond de la réserve. Après qu'elle est pris tout le nécessaire et préparer le tout, elle repris la main de Lorenzo sans beaucoup de ménagement et commençait à désinfecter la plaie. N'osant rien dire, Lorenzo se laissa faire lorsque la jeune femme pris soudain la parole, les yeux toujours rivés sur la plaie du californien.

- C'est une manie chez vous de parler italiens à chaque fois que vous êtes énervé ?

Lorenzo, d'abord un peu surpris, esquissa rapidement un de ses éternels sourire en coin lorsqu'elle releva le regard vers lui. Cela ne dura qu'un court instant, mais encore une fois, leur regard se croisèrent et restèrent accrochés l'un à l'autre durant quelques secondes avant que le docteur Montgomery reporte son attention à la plaie en ajoutant :

- Enfin, je crois bien que c'était de l'italien, après, je n'ai pas compris grand chose mais je suppose qu'il ne vaut mieux pas savoir je me trompe ?

Lorenzo émit un petit rire face à cette remarque. Cette fois, c'était sûr, cette femme avait un fort caractère et devait être un sacré numéro. Le chirurgien n'avait pas vraiment l'habitude de parler de lui à une inconnue. Enfin, la rouquine n'était pas vraiment une inconnue vu qu'ils venaient de passer une demi-heure au bloc ensemble mais Lorenzo n'était pas vraiment du genre à étaler toute sa vie aussi facilement. Le regard posé sur la rousse, il répondit alors d'une voix assez chaleureuse, peut être même plus qu'il ne l'aurait souhaité :

- Oui, c'était de l'italien, oui je parle souvent italien lorsque je m'énerve et oui, il vaut mieux que vous n'ayez pas compris les menaces que j'ai fait à ce pauvre bout de verre.

Pendant qu'ils bavardaient ainsi, Addison paraissait maîtriser complètement le sujet des petits bobo du docteur Donovan avec ses gestes agiles et précis. Lorenzo ressentait cependant quelque chose de bizarre en sentant ces mains chaudes sur la sienne qui devait être glacé. Il avait toujours eu les mains froides en réalité, mais pour tous les autres personnes, le premier contact avec ses mains était généralement désagréable ou surprenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Mer 16 Mar - 22:05

C'était quand même étrange ce qui se passait avec ce titulaire qui était face à elle. Addison avait cette impression de le trouver trop sûr de lui, un peu arrogant ce qui avait lui déplaisait un peu et pourtant, il y avait un quelque chose d'inexplicable qui faisait qu'il la rendait un peu curieuse, et pas si mal à l'aise en sa compagnie, dans cette étroite réserve pharmaceutique.
D'ailleurs, c'est sans problème qu'elle commença à lui parler de la langue italienne alors que ça pouvait être plus ou moins privé pour certaines personnes. Elle ne le connaissait que depuis peu de temps et voila qu'elle posait des questions sur sa vie.

Un sourire s'esquissa sur sa frimousse parce qu'il s'était facilement énervé contre un simple morceau de verre, quoi que contre la rouquine aussi d'ailleurs, il n'était pas à prendre avec des pincettes, mais c'était probablement réciproque.

Mais cela était tellement inattendu qu'elle n'avait pas pu faire autrement, il fallait qu'elle demande. Et puis, elle avait toujours trouvé ça quelque peu attirant, ce langage. La rouquine n'était jamais allée en Italie mais en rêvait bien pourtant, c'était l'un de ses souhaits. Si jamais elle trouvait l'occasion d'aller en Europe, ce serait en France et en Italie.
Mais cela n'était pas près d'arriver, pas avec un emploi du temps aussi chargé et une demande de présence aussi importante.

Au contact de la main du Docteur Donovan, elle la trouva froide mais ça ne la choqua pas du fait que la rouquine avait souvent les mains chaudes.
En repensant à ce bout de discussion, elle s'apprêtait alors à lui demander s'il avait des origines italiennes pour parler aussi bien....peut-être que non mais il avait bien le physique qui pouvait s'y prêter. Main une fois de plus, cela faisait preuve d'une immense indiscrétion de sa part donc elle se tut pour se concentrer à placer les deux derniers "pansements"
tout en faisant cela, elle poursuivit toutefois la discussion

- Au moins, si jamais vous m'adressez la parole en italien, je saurais qu'il ne s'agira pas de compliments, c'est bon à savoir


C'est avec un peu d'ironie et un léger sourire qu'elle fini de s'occuper de la main du docteur Donovan, ajoutant un

- Finito !

Satisfait avant de ramasser les instruments dans la boîte où il y avait une trousse de secours et de la reposer sur l'étagère en frôlant une fois de plus le grand brun qui n'avait pas bougé, du fait de étroitesse du passage. D'ailleurs elle plaça un " désolé " un peu gênée d'être aussi près mais quand elle revint sur ses pas, elle nota qu'il la regardait alors elle lui demanda

- Qu'est-ce qu'il y a ?

Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Jeu 17 Mar - 18:26

- Au moins, si jamais vous m'adressez la parole en italien, je saurais qu'il ne s'agira pas de compliments, c'est bon à savoir.

Lorenzo rigola légèrement à cette remarque. C'est vrai qu'il parlait peu italien à une personne directement si ce n'était pas pour dire du mal de lui. Bien sûr, chez ses parents, et surtout lorsque sa famille du côté maternelle venait, il parlait souvent italien avec sa mère, ses soeurs ou sa grand-mère, mais en général, lorsque Lorenzo vous parlait italien, c'était soit parce qu'il s'énervait sur vous en vous disant du mal soit parce que vous étiez sa petite amie et qu'il voulait vous dire un mot doux sans trop de gêne.

- En effet, ça sera sans doute pour ça... Rossa, lâcha-t-il avec un sourire.

A peine avait-il fini sa phrase que la rousse s'exclama en italien qu'elle avait finit. Lorenzo sourit de nouveau alors qu'elle commençait à ranger le matériel qu'elle avait utilisé.

- Vous parlez italien ou bien c'est juste un coup de chance que vous avez tenté ?

La jeune femme était trop occupée pour lui répondre apparament et lorsqu'elle essaya de passer de nouveau entre Lorenzo et l'étagère pour finir de ranger, leur regard se rencontra de nouveau alors qu'elle s'excusait d'être aussi près de lui. Sans savoir pourquoi, Lorenzo ne put détacher son regard de la rousse qui se dirigea vers le fond de la pièce avant de revenir sur ses pas. Elle s'arrêta devant lui, ayant immédiatement repéré le regard du jeune homme.

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Vos yeux. Je ne sais pas pourquoi mais je crois que j'en suis tombé amoureux.

Les mots avaient franchi les lèvres de Lorenzo sans même qu'il ait réfléchit. mais pourquoi avait-il dit ça ? Est-ce qu'il avait perdu la tête ? A croire que oui car il se retrouvait dans une réserve pharmaceutique assez étroite à draguer une de ses collègues. Involontairement il est vrai mais lorsqu'il s'entendit dire ça, il ne put s'empecher d'afficher un air étonné.

- Excusez-moi, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai parlé sans réfléchir, dit-il en s'arrachant le regard de celui de la rousse et de s'intéresser aussitôt à la porte.

C'est sûr il y avait sans doute plus intéressant que la porte mais au moins il ne voyait pas le docteur Montgomery qui était à l'opposé de la porte. Elle ne le verrait donc pas s'insulter lui-même de sa crétinerie.
T'as vraiment pas assuré là Lorenzo. T'es pire qu'un idiot.

_________________


Dernière édition par Lorenzo W. Donovan le Ven 29 Avr - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Jeu 17 Mar - 19:22

Alors que la rouquine venait d'employer un mot en Italien, elle fut amusée de voir que ce Lorenzo Donovan lui demande si elle parlait couramment la langue ou si c'était un "coup de bol". Très amusée et voulant le faire un instant flipper pour qu'il pense qu'elle comprenait absolument tout alors qu'il n'en était rien, la belle dit alors d'un air sérieux pour augmenter sa crédibilité

- Et oui, je parle italien alors attention à ce que vous dites....

Mais elle ne pu garder son sérieux bien longtemps car en voyant le visage un peu surpris du jeune homme, elle ne put attendre plus longtemps que deux secondes pour lui avouer

- ...non je ne parle pas italien, je connais quelques mots mais mes capacités à parler ce langage sont limitées.

Souriant alors quelque peu satisfaite de " son coup ", la rouquine une fois avoir remis les affaires en place et arrêtée par ce regarde pesant du bel homme resta surprise à son tour, de ce qu'il lui avoua quand elle se questionna sur la raison pour laquelle il restait la fixer ainsi. Initialement elle était presque bouche bée puis sourit en baissant le regard une fois qu'il présenta subitement des excuses pour avoir dit cela. Évidemment, c'était fortement inattendu et surtout très flatteur.
D'ailleurs, elle ne put s'empêcher de sourire car il était vrai que plus d'un homme avait été "envoûté" par son regard unique qui était bleu-vert. Elle repensa alors à une remarque qu'un homme lui avait faite qui était vraiment, vraiment ridicule....il était tellement maladroit pour la complimenté qu'il lui avait dit quelque chose comme " Vos yeux sont magnifique....ne perdez pas cela ..." oui, c'était ridicule à ce point là. Quoi, quelqu'un aurait pu les voler ?
Mais Addison avait rit alors bien qu'elle tentait de se retenir mais c'était tellement....drôle. Visiblement ça avait mis l'homme encore plus mal à l'aise.

Ce qui se passait à cet instant précis en revanche était différent. C'est....hormis Pete avec qui elle était avant de quitter Los Angeles, Lorenzo Donovan était le premier homme à lui sortir cela mais il avait l'air de vraiment le penser et Addison apprécia d'une certaine façon ce compliment de sa part. Parce qu'il aimait au moins ça chez elle, la rouquine en fut...sincèrement flattée. C'était même elle qui était gênée à ce moment là, un peu comme le titulaire, elle ne savait que lui répondre sur le coup mais lui offrit un sourire s'accompagnant d'un " merci ".
Quand elle le regardait, malgré le fait qu'il l'irritait elle aurait très bien pu lui en sortir un, de compliment, c'est vrai il avait une voix particulière et dès qu'il parlait italien, c'était irrésistible presque. Et puis c'était un tout, une attitude qu'il avait qui ne laissait pas indifférent mais Addison savait qu'il aurait été bien trop fière qu'elle "cède" en disant quoi que ce soit d'autre similaire à un compliment....
Il y avait une sorte de volonté de ne pas lui avouer une attirance, pourtant elle existait déjà, rien qu'en se regardant et se trouvant en face, l'un de l'autre dans ce passage étroit. Tous deux le savaient finalement....

Mais la " Rossa " changea de sujet et se montra une fois de plus " sympathique " bien qu'il ne fallait pas que ça devienne une habitude

- J'étais en train de prendre un café avant d'être bippée pour l'opération et je n'ai pas eu le temps de le boire...vous....

Se raclant la gorge pensant qu'il prendrait ça pour quelque chose de signifiant alors que...ce n'était pas vraiment le cas bien que c'était une preuve qu'elle acceptait ou plutôt souhaitait prolonger cet instant en compagnie du docteur Donovan, Addie repris alors

- ...en voulez un ? Je comptais aller en prendre un autre ...
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Jeu 17 Mar - 21:03

Lorenzo ne savait plus trop où se mettre. Cela faisait bien trois ans qu'il n'avait pas complimenté une femme sur ses yeux. Mais il fallait quand même avouer que ceus de la rouquine avait quelques choses d'envoutant. D'après le silence qui avait suivit sa soudaine déclaration, Lorenzo en déduisit que le docteur Montgomery était aussi surprise que lui. Elle murmura un petit merci qui pourtant montrait bien qu'elle avait apprécié le compliment soudain de l'italien.

Osant enfin tourner la tête vers la jeune femme, Lorenzo remarqua le regard assez soutenu que lui adressait l'obstétricienne. Il n'y avait pas à dire, les réserves étaient vraiment faite exprès pour rapprocher les gens. En même temps, comment ne pas se rapprocher de quelqu'un lorsqu'on se retrouvait dans un endroit aussi étroit ? Surtout lorsqu'on se retrouvait dans une réserve avec une femme au regard charmeur, au caractère bien trempé et, il fallait le dire, séduisante. La tension entre les deux titulaires étaient palpables. Enfin, une tension. Une attirance plutôt. Même si cela avait plutôt mal commencé entre eux deux, nier l'évident était inutile. Lorenzo semblait attiré la jeune femme et inversement. Au bout de quelques secondes de silence où ils s'observèrent de nouveau, la rouquine prit enfin la parole.

- J'étais en train de prendre un café avant d'être bippée pour l'opération et je n'ai pas eu le temps de le boire...vous....en voulez un ? Je comptais aller en prendre un autre ...

Malgré le raclement de gorge qu'elle avait eu pour essayer de montrer qu'elle ne le faisait que par politesse, ses yeux ne trompèrent pas Lorenzo. En effet, leur regard s'était de nouveau croiser, semblant hypnotiser les deux titulaires, et le californien pouvait facilement lire l'envie de la rouquine de prolonger un peu le temps passé en sa compagnie.

Sans qu'il ne comprenne pourquoi, le naturel de Lorenzo revint immédiatement au galop. Certes, en tenue de chirurgien, lorsqu'il était au bloc avec un scalpel entre les mains, Lorenzo se sentait invulnérable mais là, il n'était qu'un homme banal, comme tous les autres. Et comme à chaque fois qu'il quittait son "rôle" de chirurgien, il perdait tous ses moyens devant une femme. Et bien sûr, la règle l'oblige, plus la femme lui plaisait, plus il perdait ses moyens.

- Euh.... Je... Et bien...

Et c'était parti pour ses bégayements. Comme à chaque fois qu'une femme lui proposait quelques choses, Lorenzo se mit à paniquer un peu, sans raison qui plus est mais que voulez-vous ? La facilité de drague des italiens n'est qu'un stéréotype qui ne touchait pas Lorenzo à son plus grand regret.

- Euh... Oui.... Pourquoi pas ?... Je.... euh... Après tout, après une nuit blanche on peut bien.... euh.... prendre un café.

Qu'il se sentait ridicule à ce moment-là. Encore plus qu'après la soudaine déclaration qu'il avait fait à la rouquine qui semblait bien amusée de la situation du californien. Il commença alors à se diriger vers la porte pour ne pas forcer un nouveau contact entre lui et le docteur Montgomery puis sortit de la réserve en tenant la porte ouverte à la rouquine. Un vieux réflexe de petit macho italien, il faut le dire. Une fois l'obstétricienne sortit de la réserve, il ferma la porte et la suivit dans le couloir. Ce n'était que la deuxième fois qu'il se rendait à la cafétéria et ne connaissait pas encore vraiment le chemin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Ven 18 Mar - 22:33

Ce qui était surprenant était ce changement radical. En l'espace d'une brève discussion, cela avait suffit pour voir un autre aspect du Docteur Donovan. Il ne fallait pas être psy ou diplomé pour le savoir, juste une femme avec du caractère et une femme qui plaît. C'était flagrant que finalement, le fort et prétentieux Lorenzo qui montait sur ses grands chevaux lorsqu'il était dans le feu de l'action un scalpel à la main ou non redevenait comme "humain" lorsque la situation était différente et sortait légèrement du contexte médical si l'on peut dire.
Dans cette réserve, c'était un peu ça, ils en oubliaient presque qu'ils se trouvaient à l'hôpital.
Addison Forbes Montgomery le lisait dans ses yeux et l'entendait surtout dans sa façon de parler, il bégayait légèrement pour ne pas dire beaucoup et surtout, ne trouvait pas ses mots.

Peut-être que cette proposition de boire un café l'avait déstabilisé...mais cela amusa Addison qui avait l'impression d'avoir un atout. De connaître ce côté vulnérable du médecin. Pour l'instant, elle au contraire n'avait pas montré " de faille ", comme si elle contrôlait parfaitement la situation et c'était d'ailleurs ce qu'elle avait généralement besoin de faire. Contrôler. Prévoir.
Mais il connaîtrait tôt ou tard sa faiblesse en faisant plus ample connaissance avec elle.

C'est donc d'un pas décidé que les deux médecins quittèrent la réserve pour se retrouver en deux temps trois mouvements dans la cafétéria.
Ils prirent tous les deux un café et se retrouvèrent quelques instants après assit l'un face à l'autre à une table du self.

- Je peux vous poser une question ?
Et après une confirmation du jeune homme elle poursuivit .....Pourquoi vous êtes comme ça ?

Demanda subitement Addison. Voyant l'air interrogateur du titulaire du au fait qu'elle disait ça sortant de nul part, elle précisa sa pensée

- Pourquoi vous êtes si différent d'un instant à l'autre ? Je veux dire, tout à l'heure au bloc vous étiez d'une arrogance pas possible et puis là...vous paraissez presque inoffensif.


Elle venait de s'engager sur un terrain glissant en disant cela sans réfléchir. Mais c'était la curiosité qui l'avait menée à dire cela. Ou peut-être une envie inconsciente de le comprendre, de cerner son caractère.
Mais cela pourrait finalement mener plus à une querelle qu'autre chose et c'était probablement sorti d'une façon différente dont celle qu'elle imaginait.
Il était pourtant vrai qu'il avait un sale caractère c'était ce qu'elle pensait. Un caractère fort et déterminé qui l'avait plutôt elle, fait sortir de ses habitudes, là elle n'était plus la seule à tout contrôler. C'était comme si elle avait trouvé une force équivalente mais chez un homme. Et puis d'un autre côté, il était presque doux comme un agneau quand ils étaient hors du bloc, elle tenait presque les rennes en main. C'est pourquoi elle voulait comprendre.

Cette réflexion à voix haute ne l'empêcha pas pour autant de boire une gorgée du café qu'elle venait de prendre. Elle n'avait pas pensée sur ce coup là au répondant qu'il avait et la façon dont il pourrait prendre les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Ven 18 Mar - 22:55

Après quelques minutes de marches silencieuse, les deux titulaires arrivèrent à la cafétéria où ils prirent un café avant de s'installer à une table de deux, l'un en face de l'autre. Lorenzo but une longue gorgée pour essayer de repousser encore un peu les effets de la fatigue lorsque le docteur Montgomery lui posa une question qui le laissait perplexe. Devant son air interrogateur, la rousse se décida enfin à expliquer ce qu'elle voulait dire.

La première réaction de Lorenzo fut d'émettre un petit rire sincère. Il but une gorgée de café pour faire disparaître ces picotements dans la nuque puis tourna enfin le regard vers l'obstétricienne.

- Parce que vous étiez d'une grande modestie tout à l'heure peut-être ?

Devant l'expression de la jeune femme, Lorenzo sut qu'il venait de marquer un point et émit le même rire que quelques secondes avant. Il savait qu'elle ne l'avouerais sans doute jamais mais il n'avait pas été le seul arrogant dans ce bloc. C'est sûr, le ton était monté entre eux deux mais quelle idée aussi de mettre deux forts caractères sur la même opération. Du peu qu'il avait vu de la rouquine, le californien avait senti ce caractère bien trempé chez elle. Lorsque Addison Montgomery voulait quelque chose, elle l'obtenait sans doute sans grande difficulté. Il n'y avait qu'à voir comment elle lui avit parlé au bloc. Mais bon, Lorenzo devait admettre qu'il n'avait pas non plus un caractère de bisounours et ne cédait pas si facilement. Après une autre gorgée de café, il regarda de nouveau la rouquine pour essayer de mieux s'expliquer lui aussi.

- Je crois simplement que je suis atteint de la maladie des chirurgiens docteur Montgomery. Donnez moi un scalpel et je me sens invinsible. Reprenez le moi et je redeviens Lorenzo William Donovan, l'homme ordinaire de tous les jours.

Il savait qu'il avait montré une de ses faiblesses dans la réserve, cependant, il comptait bien reprendre le dessus ou du moins se reprendre en main. Pour le moment, la rousse n'avait montré aucune faiblesse. A part peut-être le fait qu'elle aimait bien les compliments, mais, comme toutes les femmes me direz-vous. Lorenzo se décida alors à lui montrer qu'il savait tout de même tenir tête à quelqu'un sans lui bégayer à la figure et planta son regard noisette dans celui de sa collègue. Cependant, quelque chose avait changé dans son regard. Presque comme s'il essayait de montrer à la jeune femme que lui aussi pouvait pousser à des confidences inattendu seulement grâce à son regard. Il savait que beaucoup de femmes avaient craqué sous ce regard-là, mais il voulait simplement voir la réaction de la rouquine. Un peu comme pour se venger des bégayements qu'elle avait provoqué chez lui. C'était sûr maintenant, ils se testaient l'un l'autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Ven 18 Mar - 23:57

Suite à une telle remarque qu'elle lui avait fait, Addison remarqua que le beau brun ne se démontait pas. Disons que l'espèce de " défaut " ou plutôt le fait d'évoquer le sale caractère qu'il avait était selon lui, un trait qu'ils avaient tous les deux.
Addison le savait très bien mais il y avait quelque chose qui s'était installé entre eux, ce besoin de savoir qui a raison. La jeune femme née une cuillère en argent dans la bouche n'aimait pas avoir tort. Jusqu'à présent, rares furent les fois où ça lui était arrivé et la personne qui pensait différemment devait savoir tenir tête et dire ce qu'elle pense parce que l'aspect confiant de la rouquine intimidait parfois et là, elle nota que ce n'était pas toujours le cas.
Lorenzo Donovan lui répondait sans hésiter. C'était d'ailleurs attractif il fallait l'avouer, d'une certaine façon. En tout cas, ça atteignait un peu l'obstétricienne qui tentait toutefois de le cacher.

- Je n'ai jamais dis ça mais je vous signale que si jamais j'avais parue un peu directe ou sûre, c'est parce que je ne me laisse pas marcher sur les pieds. Et puis je vous rappelle que c'est vous qui aviez commencer dans un premier temps à être rude. Pas moi.

Puis là, il venait de donner une explication plus ou moins rationnelle sur la personne qu'il était. Addison pensait qu'il s'emporterait un peu mais non, ça réponse la cloua sur place du fait qu'elle se visualisa à travers les propos qu'il venait d'employer. C'était elle qu'elle revoyait, elle était exactement pareil, forte et professionnelle et sachant prendre les bonnes décisions, agir au bon moment quand portait le pyjama de chirurgien ou la blouse, et lorsqu'elle n'était plus le docteur Forbes montgomery, elle n'était plus que Addison. La Addison qui avait tellement merdé dans sa vie personnelle, ses relations sentimentale, celle vulnérable et blessée. Fragile aussi et sensible.
Finalement en déclarant qu'elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, elle manqua de peu d'avouer que c'était sa carapace. Voila sa faiblesse, elle avait besoin de paraître comme " la déesse de la chirurgie " car elle était doué dans ça, c'est ce qu'elle faisait de mieux et elle contrôlait parfaitement la chose. Mais c'était l'opposé dans sa vie privée....elle ne la contrôlait pas, c'était l'inverse.
C'est pourquoi une telle réponse de ce Lorenzo William Donovan la laissa sans voix. Littéralement.

Elle resta le fixer, ses yeux noisettes l'hypnotisaient presque. Bien qu'elle était partie sur sa lancée, ses paroles furent totalement différentes, elle le cherchait quelque part et puis quand il calmait les choses, elle le suivait sans " sur-enchérir ". Et c'était un certain pouvoir qu'il exerçait...
Alors après avoir eu la gorge soudainement un peu plus serrée repensant à sa propre vie en quelque secondes

- Vous pensez que ça se soigne ou on doit faire avec éternellement ?
demanda t-elle au sujet de la " maladie du chirurgien "



Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Sam 19 Mar - 0:24

- Je n'ai jamais dis ça mais je vous signale que si jamais j'avais parue un peu directe ou sûre, c'est parce que je ne me laisse pas marcher sur les pieds. Et puis je vous rappelle que c'est vous qui aviez commencer dans un premier temps à être rude. Pas moi.

A cette réflexion, Lorenzo eut un de ses éternels sourires en coin. Lui qui avait commencé ? Il aurait bien voulu la remettre à sa place en lui disant qu'au contraire, c'était elle qui avait commencé à l'enguirlander en arrivant au bloc mais il se retint. Il voulait lui laissait croire qu'elle maîtrisait la situation, voir jusqu'à quel point il pouvait lui laissait croire qu'elle maîtrisait la situation alors qu'elle patinait, un peu comme lui il faut l'avouer. Elle aimait avoir raison, cela se voyait immédiatement. Il se contenta donc de lui sourire sans la quitter du regard.

Pourtant, lorsqu'il lui expliqua la maladie du chirurgien, il décela rapidement dans son regard qu'elle se reconnaissait elle aussi dans cette définition que Lorenzo donnait de lui-même. Après tout, ce qu'il avait dit était parfaitement vrai. Au bloc, comme beaucoup de chirurgiens, la rouquine dans le lot, il en était sûr, il savait parfaitement ce qu'il avait à faire. Une complication ? Pas de problème, on panique l'espace d'une demi-seconde et on reprend le travail en effectuant les gestes que l'on a appris pendant les 7 années d'internats. Mais une fois qu'on raccroche la blouse dans son casier, ce sentiment de maîtrise disparait. On enchaine galère sur galère dans la vie personnelle. Quand on pense s'en sortir, on s'en rend compte qu'en réalité tout va mal. La seule solution que Lorenzo avait connu pour le moment était de tenter une relation avec un autre chirurgien. Au moins, il comprenait ce qu'on vivait et ressentait quand on est de garde ou qu'on en sors à peine. Pas de dispute parce qu'on doit rester 48h à l'hôpital, il connaît, il a les même horaires. Ca aide un peu, c'est vrai... Mais cela n'empeche pas un couple de merder.

Le regard de la rouquine semblait ne plus pouvoir se décoller de celui de Lorenzo. Celui-ci eut alors un autre petit sourire en coin en voyant qu'il avait enfin trouver une faiblesse au docteur Montgomery. Finalement, cette femme n'avait pas l'air si différente de lui. Elle avait besoin d'une carapace pour sembler forte et invulnérable, et cette carapace, c'était son pyjama bleu foncé de titulaire et sa blouse blanche. Il s'attendait à ce qu'elle tente de reprendre la situation en main et de la tournée à son avantage et Lorenzo fut un peu surpris lorsqu'elle lui demanda avec une voix un peu étranglée si la maladie du chirurgien se soignait. Il reprit pourtant rapidement son petit sourire amusé et après un léger petit rire, il but une autre gorgée avant de lâcher :

- J'opterais pour la deuxième solution. Regardez, moi par exemple. Cela va faire sept ans que j'essaye de guérir de cette maladie et de me reprendre en main au point de vue personnel mais la seule réussite que j'ai eu n'a duré que quelques mois il y a trois ans.

Oui, il se laissait un peu aller aux confidences. Mais après tout, quel mal y avait-il à dire à cette rouquine que côté coeur, ce n'était pas ça du tout depuis sept ans en dehors de la parenthèse Teddy Altman ? En plus, il n'entrait pas dans les détails, il survolait juste le sujet. Il n'en était pas non plus à raconter précisément comment son ex-femme lui avait annoncé en trois minutes chrono qu'elle demandait le divorce parce qu'elle était enceinte.

Son regard n'avait pas quitté celui de l'obstétricienne depuis tout à l'heure et il fallait avouer que cela amuser un peu Lorenzo. Apparament, il n'était pas le seul à être hypnotisé par le regard du titulaire en face de lui. La rouquine semblait elle aussi apprécier le regard noisette du californien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Addison Montgomery




✱ ©crédit : Barda & fuckyeahkatewalsh
✱ Nombre de messages : 428

Date d'inscription : 15/02/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 38 Ans
♦ Service: Gynéco- Obstétrie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Sam 19 Mar - 10:10

Alors qu'ils étaient partis un peu pour se crêper le chignon une fois de plus, la situation avait finalement été différente dans le sens où, après qu'il lui déclare cette façon d'être propre aux chirurgiens, Addison se reconnu à travers lui. Et puis, là, ce sentiment s'accentua lorsqu'il avoua que sur le plan personnel et plus précisément relationnel, ce n'était pas brillant. Et là, Addison ne pouvait rien dire pour tourner comme elle le faisait si bien, la situation à son avantage parce que pour elle, c'était réellement la même chose. Ils avaient finalement beaucoup plus de points communs qu'ils ne le pensaient, sans doute subi beaucoup de souffrance dans leur passé et elle le comprenait très bien.
C'était étrange d'ailleurs car ni l'un, ni l'autre ne valait mieux que l'autre à cet instant précis.

- Je pense qu'en plus que ce soit une difficulté d'être dans ce domaine de la médecine, qui empêche bien souvent d'avoir le même rythme qu'une autre personne travaillant dans quelque chose de totalement différent, et nous retenant d'être sur la même longueur d'onde, le destin n'arrange pas les choses à ce que je vois.

Pas qu'elle allait le plaindre ou alors montrer son extrême compassion mais elle était évidemment touchée par ses propos. D'ailleurs, en partant dans ce sens là, elle aussi s'apprêtait, sans pour autant révéler la totalité de sa vie à cet inconnu du bloc, dire certaines choses sur sa vie personnelle, lui dire que ça vie personnelle n'était finalement pas réjouissante, à croire qu'après avoir le cœur brisé, la seule satisfaction qu'on trouve était dans le travail, l'accomplissement de soi dans le domaine professionnel. Cependant la pression monte ainsi et on devient trop exigeant. La barre est mise haut et puis le rythme est dur à tenir.

- Je vous comprends tout à fait, moi aussi j'ai eu une période à Los Angeles où...



Alors qu'elle allait continuer sa phrase, son bippeur retentit. Elle avait une patiente à aller voir urgemment alors sur un ton plus rapide, elle planta son regard dans celui noisette du titulaire en lui disant

- Je dois y aller...excusez-moi.

Puis se levant, elle saisit son gobelet de café qu'elle n'avait pas terminé et avant de tourner les talons dit alors à Lorenzo en ne poursuivant pas pour autant sur sa lancée

- La roue va tournée. Je le sens, il faut juste continuer à essayer, essayer de profiter, de vivre quelque soit ce qu'on endure sur le plan personnel. On encaisse et on se relève. C'est ce que fait tout bon chirurgien, il ne baisse jamais les bras et continue encore et encore jusqu'à ce que ça marche.

Voila un conseil qu'elle disait en pensant à ce qu'elle faisait tant bien que mal, mais c'était visiblement aussi applicable pour lui. Espérant quelque part, de façon inattendue d'ailleurs, de croiser son chemin, elle lui esquissa un très léger sourire en coin avant de le laisser seul.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   Sam 19 Mar - 10:34

C'est drôle comme les choses peuvent évoluer vite et de façon innatendu. Alors qu'ils se sautaient à la gorge l'un l'autre quelques minutes auparavant, les deux titulaires étaient maintenant tranquillement assis à la cafétéria, en tête à tête à discuter de leurs problèmes personnels. A croire aussi que leur regard étaient aimantés l'un à l'autre, aucun des deux n'arrivaient à quitter l'autre des yeux. Plus la discution avançait plus la tension entre les deux chirurgiens changeaient de nature. Lorenzo aurait eu sans doute du mal à mettre un nom sur cette nouvelle tension entre lui et la rouquine mais elle n'était plus tout à fait la même que celle qu'ils avaient connu au bloc.

Le docteur Montgomery se laissait aussi aller à quelques confidences. Le californien fut d'ailleurs surpris d'apprendre qu'elle avait vécut à Los Angeles durant un temps et cela devait se voir dans son regard. En même temps, tout se voyait dans son regard lorsqu'on savait le lire. Cependant, l'obstétricienne ne put pas aller plus loin car son bippeur retentit, la demandant sans aucun doute quelque part au près d'un patient. D'ailleurs, c'est ce qu'elle lui annonça d'un ton rapide en replongeant son regard bleu-vert dans celui de Lorenzo. Décidément, il semblait que le ciel avait décidé qu'elle ne finirait pas son café aujourd'hui. Elle se leva, on gobelet à la main, et commença à s'éloigner avant de faire volte face. Le conseil qu'elle donna avait l'air de s'appliquer au deux titulaires sans doute et Lorenzo le pris bien en note. Il avait déjà essayé plusieurs fois de se relever mais maintenant, il savait qu'il pouvait y arriver ici, au Seattle Grace.

Elle esquissa un dernier petit sourire en coin que Lorenzo interpréta de façon inattendu. A croire que cette femme avec qui il ne s'était pas du tout entendu au premier abord ne dirait pas non à une nouvelle rencontre entre eux deux. Chose d'autant plus étonnante que Lorenzo la comprenait et éprouvait la même chose. Malgré leur petit différent, il sentait que, ayant finalement pas mal de point commun, ils finiraient par bien s'entendre. Il répondit donc au sourire de la rousse par son éternel sourire en coin puis, la voyant tourner des talons et s'en aller, il haussa un peu la voix pour qu'elle puisse l'entendre.

- Au plaisir de vous revoir, docteur Rouquine.

Il ne put pourtant s'empêcher de quitter la silhouette d'Addison avant qu'elle ne disparaisse totalement de sa vue en prenant un virage. Il vida alors son gobelet et se leva pour le mettre à la poubelle. Un coup d'oeil à sa montre, il était 8h30, il pleuvait encore dehors et il éprouvait de nouveau cette fatigue insoutenable. Il décida alors de s'accorder la pause qu'il n'avait pas pu prendre depuis la veille et se dirigea en salle de détente avec la ferme intention de pouvoir enfin dormir un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )   

Revenir en haut Aller en bas
 

A qui aura le dernier mot ( Pv Lorenzo Donovan )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG ::  :: 
NIVEAU 4 ▬ OPERATIONS ET STERILISATIONS
 :: Blocs opératoires
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit