Breathe RPG


Partagez | 
 

 Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Dim 27 Mar - 19:05

L'ascenseur lui avait toujours parut d'une lenteur inconsidérable, sauf les rares fois ou elle y croisait Logan, là, le temps ne semblait pu être arrêté, il filait à vitesse grand V, tout comme chaque moment qu'elle passé avec lui. Le docteur avait toujours ce regard tendre envers elle ; appuyé contre la paroi, il se rendait au même étage aujourd'hui, chose qui n'arrivait jamais et fort heureusement ; le regard d'Emma pourrait la trahir aux yeux des autres. Son regard expressif, si elle croisait Logan, elle le dévorerait des yeux, elle ne le faisait pas exprès, non, mais il avait comme éveillé quelque chose de profond qui dormait en elle depuis des années maintenant.
Comme la majeur partie du personnel de l'hôpital, que se soit chirurgien, internes, infirmiers, ils arboraient tous cette blouse blanche, ce qui permettait aux patients et leurs familles de différencier les médecins des visiteurs.
Sirotant un café tout en papotant avec le docteur Carlson de quelques malades, Emma avait prit l'habitude de le vouvoyer dans l'enceinte du Seattle Grace Hopital, ce qui leur permettait jusqu'à aujourd'hui de ne pas faire partit de diverses rumeurs. Elles connaissaient la gente féminine et surtout en milieu hospitalier, toutes adoraient parler et se raconter les derniers ragots. Emma n'était pas friande de tout ca, mais dernièrement, elle y prêtait l'oreille au cas ou son prénom serait cité et surtout pour savoir si rien ne se racontait sur le docteur Carlson. C'etait une sorte d'espionnage, elle ne devrait d'ailleurs ne pas s'intéresser à ce genre de conversation, mais c'etait plus fort qu'elle.
L'ascenseur s'arrêtait aux différents étages, le personnel entrait et sortait, certains se saluaient, d'autres s'ignoraient, Emma n'était pas avare dans ses bonjours, un signe de tête, un sourire ne coutait rien et elle avait été élevé de la sorte, la politesse faisait partie d'elle.
Plusieurs personnes étaient présentes, deux jeunes femmes qu'elle n'avait pas souvenance d'avoir croisé, un infirmier avec qui elle avait déjà fait des gardes et deux autres personnes en civile ; certains buvaient un café, étaient au téléphone, avaient l'air songeur, tout ce petit monde se croisait, et tous avaient leur probleme, leur vie, leur doute, leur joie....



Dernière édition par Emma Williams le Sam 2 Avr - 6:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Dim 27 Mar - 19:30

Lorenzo arriva à l'hôpital accompagné de Lucy, son interne durant la plupart de leur garde commune mais aussi, et depuis quelques jours, sa colocataire. Bien évidemment, ils étaient en retard en partie à cause de Nohélia qui n'avait visiblement pas eu l'envie de quitter l'appartement qu'ils partageaient, puis d'un des voisins de Lorenzo qui les avaient saluer en les pensant marier et au final par Lucy qui était allée poser sa fille à la crèche au rez-de-chausée de l'hôpital en demandant au titulaire de l'attendre. Bien évidemment, Lorenzo avait écouté la jeune fille et l'avait attendu, ne se rendant compte qu'après coup que pour lancer des rumeurs, c'était la meilleure chose à faire. Préférant oublier ce détail, il appella finalement l'ascenseur lorsque la brune le rejoignit enfin et en profita pour signaler à la jeune femme que sa clé serait prête le soir même en la tutoyant. Et encore une erreur de la part de l'italien. Levant les yeux au ciel lorsqu'il s'en rendit compte, il monta dans l'ascenseur en s'excusant. Se rendant compte qu'ils étaient les deux seuls encore en civil. Au premier étage, un patient monta ainsi qu'un infirmier et deux jeunes femmes dont une que Lorenzo reconnut comme sa collègue et lui adressa un sourire.

- Docteur Ewans.

En général, le californien se contentait d'un hochement de tête ou d'un rapide sourire en guise de salut mais lorsqu'il saluer une connaissance, il préférait le faire de vive voix. Cela faisait longtemps d'ailleurs qu'il n'avait pas eu l'occassion de parler à la chirurgienne, étant sans cesse occupé l'un et l'autre. Cela faisait maintenant près de trois semaines que Lorenzo était à Seattle mais ils n'avaient fait que se croiser rapidement dans les couloirs de leur service depuis près de deux semaines. Se rappelant alors qu'il était de garde jusqu'à 15h le lendemain, il se tourna vers Lucy et essaya de lui dire discrètement :

- Je ne rentre pas ce soir, je suis de garde cette nuit mais je finis à 15 heures demain donc si tu veux, je peux récupérer Nohélia à la crèche pour la ramener à l'appart' .

Il espèrait simplement que les autres personnes dans l'ascenseur ne l'avaient pas entendu parler ainsi à son interne car il se doutait bien que, si c'était le cas, l'hôpital entier les penserait en couple d'ici quelques heures à peine. Etant dans le fond de l'ascenseur, il essaya de deviner les réactions des autres personnes pour savoir s'ils avaient entendu mais de dos, cela était beaucoup plus compliqué. Il reprit alors dans un murmure à la jeune mère :

- Et encore désolé de vous avoir tutoyer accidentellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Dim 27 Mar - 19:53

    Lucy avait essayé de faire se dépêcher Nohélia ce matin-là mais la petite fille n'avait nullement envie de prendre son biberon ou de s'habiller. Le temps défilait à une vitesse incroyable et bientôt, elle constata qu'ils allaient être en retard.. La jeune interne finit par attraper sa fille sous le bras, lui mit son petit ensemble et mit le biberon dans son sac, elle le boirait dans la voiture. La jeune interne finit de se préparer et monta dans la voiture de Lorenzo. Lucy voyait bien que les voisins devaient les penser marier ou parents tous les deux, mais elle ne prêtait pas attention à ce genre de détails ou de rumeurs. Lorenzo et elle étaient claires sur ce point-là et ça lui suffisait amplement, après, que les gens pensent ce qu'ils veulent si ça leur faisait plaisir ! Les rumeurs allaient vite mais ils se rendraient bien compte qu'elles n'étaient pas fondées. La jeune interne déposa sa fille à la crèche, attrapa deux cafés et rejoignit le titulaire à l'ascenseur. Elle lui tendit un des deux cafés. Lorenzo lui dit que ses clés seraient prêtes ce soir, Lucy acquiesça, elle ne l'embêterait plus avec ça au moins. Dans l'ascenseur, Lucy ne connaissait personne, ou du moins, elle les connaissait de vue seulement. Elle les salua donc poliment. Ils se mirent au fond de l'ascenseur.
    Lucy appuya sa tête contre la paroi de l'ascenseur. Elle était fatiguée, sa fille avait pleuré une bonne partie de la nuit et du coup, elle n'avait dormit que 3 petites heures. Nohélia ferait la sieste à la crèche bien sûre mais pour Lucy, hors de question de dormir avant une bonne dizaine d'heures. Elle espérait d'ailleurs que les pleurs de sa fille n'avait pas dérangé Lorenzo et qu'il avait le sommeil lourd ! Mais elle n'avait rien entendu de la nuit et donc avait conclut que les murs de l'appartement devaient être bien épais ET qu'il devait avoir le sommeil lourd... Lucy trempa ses lèvres dans le café. Une bonne dose de caféine, rien de tel pour bien commencer la journée. Il la tira de ses pensées en lui disant qu'il finissait à 15h demain et donc qu'il pouvait récupérer Nohélia. Lucy eut un petit sourire et répondit :


    C'est gentil, merci, ça fera plaisir à Nohélia ! Mais demain je finis à 20h, ce qui implique que vous serez seul avec Nohélia jusqu'à 20h... ça ira ?

    Lucy savait que le docteur Donovan s'en sortait très bien avec sa petite fille et elle ne se faisait aucun soucis la dessus, mais elle ne tenait pas à la lui imposer sur une aussi longue durée. Après tout, il était déjà bien gentil de les héberger sans pour autant devoir faire la nounou, mais puisque c'était lui qui proposait... Et puis, Nohélia n'avait pas l'air de se plaire à la crèche alors elle serait mieux à l'appartement..
    Il se repencha vers elle et s'excusa de l'avoir vouvoyer. La jeune interne haussa les épaules et murmura :


    Pas de soucis !

    C'était difficile comme situation, autant à l'appartement, le tutoiement était toléré puisqu'ils n'étaient pas au travail, autant, à l'hopital, ils ne devaient pas oublier qu'elle était interne et lui titulaire, elle devait donc le vouvoyer. La jeune femme s'y ferait vite, mais les erreurs de ce genre étaient encore monnaie courante..

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Logan Carlson




✱ ©crédit : Lily R
✱ Nombre de messages : 36

Date d'inscription : 24/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge::
♦ Service: Cardiologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Dim 27 Mar - 20:04

L'ascenseur était de façon générale de taille plutôt grande mais lorsqu'il se remplissait vite, cela donnait l'impression d'être coincé et de ne pas pouvoir faire un mouvement. Logan qui était en train de discuter avec Emma ne cessait de la regarder d'une certaine façon, mais lorsque d'autres personnes entrèrent dans l'ascenseur, cela cessa immédiatement. Plus l'habitacle se remplissait, plus Logan se retrouvait près de Emma étant donné qu'ils étaient les premiers arrivés dans l'ascenseur.
D'ailleurs, cela ne le dérangeait pas pour autant mais il espérait juste qu'une autre infirmière qui était au téléphone et tenant un café brûlant à la main ne le lui renverse dessus tellement elle ne faisait pas attention aux gestes qu'elle avait en parlant.
Puis d'autres personnes sortirent enfin de l'ascenseur pour en laisser entrer d'autres. Un gars brun accompagné d'une fille plus jeune... vêtus en civil. Logan qui ne les avait jamais vu auparavant se dit qu'il ne s'agissait ni plus ni moins d'un couple mais il ne prêta pas plus attention que cela car ce qui le préoccupait plus était Emma avec qui il continuait de converser à voix basse.
C'est alors que le brun vêtu en civil adressa la parole à une femme médecin venant d'entrer dans l'ascenseur.
Ce nom Ewans lui disait quelque chose.. mais il y en avait pleins des personnes de ce nom aux Etats Unis. Mais en regardant plus attentivement la femme médecin, il reconnu Shenae. Shenae, la femme de Spencer Ewans...enfin la veuve à présent. Il ne l'avait pas vu depuis l'enterrement de Spencer à New York , autrement dit cela faisait un moment mais il était bien plus proche de Spencer et connaissait peu Shenae qu'il n'avait rencontré qu'à deux-trois occasions. Comme il était au fond de l'ascenseur, elle ne l'avait certainement pas remarqué et Logan se voyait mal se faire remarquer par tout le monde en appelant Shenae qui était de l'autre côté de l'ascenseur.

Alors que l'ascenseur poursuivait son ascension, un homme portant une veste et ayant gardé la capuche entra dans l'habitacle. Il tourna de suite le dos aux personnes présentes. Les mains dans les poches, il était un peu nerveux et ne cessait d'agiter sa jambe droite....
Logan fit remarquer le garçon à Emma. Juste par un regard qu'il échangea avec cette dernière, il lui indiquait qu'il trouvait l'homme à la veste un peu étrange. Mais après tout, n'importe qui pouvait être nerveux, surtout dans un hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Lun 28 Mar - 14:41

L'habitacle de l'ascenseur se vida un peu, ce qui permit à Emma de se reculer legerement de Logan, non pas que cette proximité la dérangeait, non loin de là, le parfum du médecin lui était toujours agréable, mais souciante des personnes présentes, elle ne voulait rien laisser paraitre.
Il ne restait plus qu'un couple, un homme brun, une jolie demoiselle brune, docteur Ewans d'après ce qu'elle entendit, cette infirmière qui était au téléphone, s'égosillant sans réellement prendre garde qu'elle criait presque dans son combiné et un jeune homme, les mains enfoncés dans sa veste. suivant le regard de Logan, elle comprit que ce dernier était stressé, énervé vu la façon qu'il avait de ne pas tenir en place et de marmonner entre ses dents.
Toutes sortes d'émotions se croisaient dans l'enceinte de cette hôpital ; la joie d'une opération qui s'était bien déroulée, la peur, certains patients venant chercher des résultats d'examens, d'autres qui venaient rendre visite à leur proche hospitalisé, blessé, sur un mort ou sur la voie de la guérison, tout ce petit monde se croisaient donc dans les couloirs et ascenseur.
Emma haussa les épaules au regard de Logan, et là tout se passa rapidement, l'infirmière s'énerva de plus belle sur son interlocuteur au bout du fil, ne prenant pas garde à ses gestes, le contenu de son café éclaboussa la jolie brune (lucy) qui saisit par la liquide brulant eut un mouvement de recul vers le gars à capuche.
Celui ci se retourna vers cette dernière, l'air mauvais, le regard sombre, ses yeux étaient cernés par des ombres, il avait la peau sur les os, les traits tirés, il était pourtant jeune, 25 ans tout au plus. C'est avec de grand yeux qu'Emma suivit la scène et la réaction de l'infirmière qui bredouilla des excuses en fermant enfin le clapet de son téléphone et surtout le sien.
Le jeune n'avait pas l'air dans son assiette, comme tiraillé entre deux sentiments, un agacement total, prés à péter les plombs et celui de la peur.
La tension était comme palpable dans ce petit ascenseur, l'homme à la capuche piétinée toujours, regardant chacune des personnes tour à tour en murmurant.
Ca va pas, ca va pas...ca va pas du tout, ca va pas du tout...sa voix augmentait au fur et mesure ou les mots s'échappaient d'entre ses lèvres, il enroula ses bras autour de son corps, se serrant fort lui même et là la lumière de l'ascenseur s'éteignit, et un bruit sourd résonna dans leur prison, juste éclairait par une lumière de secours.
Il manquait plus que ca ! railla Emma, une fois l'ascenseur stabilisé. Les pannes étaient rares dans un hôpital, mais quand elles arrivaient les générateurs se mettaient en route rapidement, non ?!
L'homme à la capuche se mit à tambouriner du pied les portes inoffensives en métal.
Faut que je sorte, ca va pas du tout, faut que je sorte, faut que je sorte...
L''infirmière ne trouva rien de mieux à dire.
Calmez vous, on veut tous sortir d'ici, on a tous nos problèmes ! dit elle en appuyant plusieurs fois sur le boutons rouge pour prévenir de la présence de plusieurs personnes dans ce maudit ascenseur.
Emma était spectatrice de ce qui se déroulait sous ses yeux, mais pourquoi n'avait elle pas pris les escaliers ?
Mais tu vas la fermer, j'me fous de tes problèmes moi ! gronda le mec à la capuche, en sortant un flingue de sa ceinture et lui pointant sous le menton.
Les mains crispés sur la barre d'appui, Emma retient son souffle, prise de peur, ne pouvant détacher ses yeux de ce qu'elle avait face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Lun 28 Mar - 17:28

Lorenzo se contenta de sourire à Lucy en réponse. S'il avait proposé de récupérer la fillette, cela ne le dérangeait pas de devoir la garder jusqu'au soir, surtout qu'il s'entendait plutôt bien avec le bout de chou. L'italien venait de remarquer le comportement nerveux d'un homme ayant gardé sa capuche. Il devait sans doute avoir quelqu'un de proche ici ou bien il était là pour des examens et craignait un peu les résultats. Après tout, c'était assez courant de croiser des personnes nerveuses dans un hôpital. L'infirmière en revanche commençait vraiment à taper sur les nerfs du titulaire. Il préférait cependant ne rien dire et ronger son frein même s'il semblait que l'infirmière pensait avoir acheter l'ascenseur. Ce fut à ce moment là qu'elle renversa son café sur Lucy qui recula sous la surprise provoquée par le liquide qui devait encore être assez chaud à la tête de l'interne. Dans son mouvement elle avait fait tomber la capuche de l'homme qui ne semblait pas apprécier ce geste accidentel. La maigreur de cet homme de 25 ans tout au plus frappa Lorenzo. Il fut vite ramener à la réalité par Lucy qui, dans son mouvement de recul, lui marcha sur le pied et l'infirmière qui la ferma enfin après avoir bredouillé quelques excuses.

Le jeune en sweet ne semblait pas très très stable psycologiquement remarqua alors Lorenzo. Il semblait totalement terrifié mais aussi sur le point d'exploser. Lorsqu'il posa son regard sur Lorenzo, l'italien le regarda droit dans les yeux sans paraître agressif. Il valait mieux éviter d'augmenter encore un peu la tension qui était déjà palpable dans le petit habitacle. Alors qu'il commençait à se comporter bizarrement, l'ascenseur se bloqua et toutes les lumières s'éteignirent en dehors de celles de secours. Lorenzo entendit distinctement la jeune femme qui était dans l'autre coin de l'ascenseur raler contre l'ascenseur. Il ne pouvait pas lui en vouloir, il la comprenait très bien et elle venait d'exprimer tout haut ce qu'il pensait. L'homme se mit à frapper les portes métalliques du pied en réclamant qu'on le laisse sortir. Lorenzo voulait lui dire de se calmer, que l'ascenseur allait bientôt repartir mais l'infirmière fit de nouveau entendre le son de sa voix. C'est alors que le jeune homme choisit l'option "pétage de plomb" et sortit de sa ceinture un revolver qu'il pointa aussitôt sur l'infirmière. Lorenzo se sentit d'un coup soulager de ne pas avoir eu le temps d'ouvrir la bouche, cela venait de lui éviter un flingue pointé sur lui. Par réflexe cependant, il attrapa le bras de Lucy et la força discrètement à se mettre derrière lui. Ne quittant pas le jeune homme des yeux, il sentit son rythme cardiaque et sa respiration s'accélérer sous le coup de la peur ainsi que tous ses muscles se tendre, près à n'importe quel intervention. Il essaya alors prendre une voix légèrement rassurante, il pris le risque de prendre la parole et s'adressa à l'homme à mi-voix. De toute façon, le silence venait de tomber dans l'ascenseur, il était donc sûr que l'homme l'entendrait.

- Calmez vous. Rangez-ça, ce n'est pas la meilleure solution. L'ascenseur va vite repartir, calmez-vous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Lun 28 Mar - 18:38

    Lucy n'était pas du genre à remarquer un comportement étrange dans un ascenseur. Elle était plutôt du genre à penser que tout le monde était bon et ne voyait le mal nulle part. Elle n'était pas naive, juste insouciante. La jeune interne songea à sa petite fille et croisa les doigts pour qu'elle passe enfin une bonne journée à la crèche. Elle était soulagée que Lorenzo puisse la récupérer tôt demain, au moins, la petite fille aurait une après-midi de repos. Depuis quelques minutes, une infirmière était plongée dans une conversation au téléphone. Lucy n'y prêta pas plus attention. Elle avait l'habitude, certaines personnes ne se gênaient pas pour faire partager toute leur conversation au reste du monde.
    L'infirmière, toujours plongée dans sa grande discussion, ne fit pas attention à ce qu'elle fit et dans un mouvement d'agacement, leva le bras et renversa une partie de son café sur Lucy. Elle se prit le liquide brulant sur la main et, de surprise, recula, bousculant un homme. Celui-ci se retourna vers elle et Lucy faillit lâcher un petit cri de frayeur. Son regard venait de croiser le regard noir rempli de haine du jeune homme. Il était d'une maigreur à faire peur, pâle, les yeux rougis et avait les traits tirés. La jeune interne fut alors tirée de sa surprise par l'infirmière qui lui présentait des excuses. Lucy leva un bras en l'air, ça arrivait à tout le monde. Pourtant, elle sentait le regard du jeune homme dans son dos et un petit frisson de malaise lui passa dans le dos. Elle avait un mauvais pressentiment et n'avait qu'une envie : sortir de cet ascenseur. Elle sortit un mouchoir de son sac et essuya le café que sa main. Celle-ci était toute rougie à cause du liquide brulant.
    Soudain, l'ascenseur s'arrêta et les lumières s'éteignirent. La jeune femme ferma les yeux, il ne manquait plus que ça. Le jeune homme s'énerva alors, pestant contre l'ascenseur et disant qu'il devait sortir. Tout se déroula très vite, l'infirmière qui commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs s'énerva contre le jeune homme et celui-ci braqua une arme sur elle. Lucy eut un petit mouvement de recul et sentit Lorenzo lui prendre le bras pour la mettre derrière lui. Lorenzo lui dit de se calmer et que l'ascenseur allez vite repartir. Elle murmura elle aussi avec une voix étrangement calme et rassurante :


    Le docteur Donovan a raison, dans quelques minutes l'ascenseur repartira et on sortira tous d'ici...

    Lucy se surprenait elle même de parvenir à garder ses esprits et à ne pas paniquer. Cet homme était en manque, voilà ce qui l'avait frappé lorsqu'elle avait croisé son regard mais qu'elle n'avait pas décelé plus tôt. Les yeux rougis, la maigreur, les traits tirés, et cette façon de ne pas tenir en place ou de s'emballer à la moindre provocation étaient les signes d'un manque. Lucy ressentit alors de la peur car elle savait à quel point un homme en manque pouvait être dangereux et instable. Il ne contrôlait plus rien et souffrait beaucoup, une douleur à la fois physique et psychologique.

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/

avatar
Logan Carlson




✱ ©crédit : Lily R
✱ Nombre de messages : 36

Date d'inscription : 24/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge::
♦ Service: Cardiologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 30 Mar - 16:18

Il ne fallut qu'un bref instant pour que la situation dégénère. L'inconnu à la capuche qui lui paraissait bien nerveux avait réellement un problème. Et qui plus est, il était armé. Le regard perçant de Logan fixa alors le flingue qui était pointé sur une infirmière.
Le chirurgien qui était près de Emma remarqua que cette dernière se crispait, d'ailleurs, ses mains s'accrochèrent à la bar d'appui qui occupait un des côtés intérieur de l'ascenseur.

Logan le sentait mal dès le début, en remarquant la gestuelle que l'inconnu avait avec sa jambe, il fallait peu pour le pousser à bout et il semblait réellement capable de tout. Son air était des plus sérieux et sa voix des plus menaçante.
La lumière se coupa soudainement, la dernière image que le chirurgien cardiologue avait était celle de l'homme à capuche avec son flingue pointé sur quelqu'un. Comment se faisait-il qu'il était entré dans l'enceinte de l'hôpital armé ? Personne n'avait remarqué pas même la sécurité. C'était un réel problème qui se passait là. D'ailleurs, le blondinet eu l'idée qu'il devrait parler à Richard Weber du manque de sécurité dans le Seattle Grace... du moins s'il sortait d'ici vivant. Qui sait si l'homme menaçant allait tirer ou pas.
Ne voyant pas ce qui se passait comme chaque personne ici, Logan eut ce réflexe, par crainte pour Emma et ressentant la peur qu'elle avait, de poser sa main sur celle de la jeune femme qui était toujours agrippée à la barre. juste un court instant, comme pour lui dire que ça irait alors qu'il n'en avait pas la moindre idée, simple réflexe pour qu'elle sache qu'elle n'était pas seule et qu'il était tout à côté. A ce moment là, une voix masculine rompu le silence, suivit d'une voix d'une jeune femme répétant ce que disait l'homme juste avant.

La main de Logan s'ôta de celle de la brunette dès que la lumière réapparut enfin. L'ascenseur sembla prêt à redémarrer cependant ce n'était pas le cas. Une fausse alerte, il sembla monter légèrement mais ce n'était qu'une impression, il était toujours bloqué. Appeler au secours ne semblait pas la meilleure chose à faire étant donné qu'un homme instable était présent dans l'habitacle.

L'homme a capuche rouspétait toujours un peu avec sa nervosité qu'il avait au départ en continuant de dire ça n'allait pas. Logan Carlson entreprit de lui dire d'un ton des plus calme et rassurant


- Ecoutez, dès que l'ascenseur redémarrera, nous pourrons tous sortir, sain et sauf et je vous promet qu'on pourra vous aider ... nous sommes médecins... ça va aller....

Voila qu'il voulait juste lui dire que si des soins étaient à faire, il pourrait peut-être l'aider avec d'autres membres du personnel hospitalier. L'homme répondant au nom de Donovan était donc médecin comme la jeune fille habillée en civil venait de le répéter...Logan lui portait déjà sa blouse de médecin ce qui attira l'oeil du "malade" qui poursuivit en pointant cette fois-ci son flingue en direction du chirurgien

Bah voyons vous croyez peut-être que vous pouvez m'aider mais vous n'en savez rien.


Logan se sentit nerveux de voir ce flingue pointé en sa direction. Il tenta de garder son calme et de regarder de façon " non menaçante " le taré armé qui continuait son speech alors qu'il était énervé


Vous ne me comprenez pas, vous comprenez rien et vous croyez tout savoir mais vous n'avez pas ce mal être que je connais alors ne me dites pas que ça va aller ! ça ne va pas !
Les gars dans votre genre j'en ai vu plein et figurez vous que je suis là, depuis 7 heures ce matin, cet hosto l est bourré de gars en blouse blanche comme vous mais aucun ne m'a écouté ou accordé une minute quand j'ai tenté de demander quelque chose ....


Le chirurgien ne savait pas dans quel pétrin il s'était mit

- Nous sommes tous débordés et bien souvent le nombre de patients dépasse l'effectif de médecins mais maintenant on est là, on peut vous aider...

Ah ouai ? Vraiment ? Parce que c'est un peu trop tard vous ne croyez pas ? Il faut pointer un flingue sur vous pour vous faire agir ? Qu'est-ce qu'est devenu la médecine hein ?!

Continuant de s'énerver, l'homme à capuche pointa son flingue cette fois-ci sur Emma qui portait une tenue d'infirmière

Je croyais que le patient était roi ? Mais vous vous en fichez hein, vous pensez qu'à votre gueule et vos histoires personnelles dont on a rien a foutre !

En disant cela, il changea de cible et pointa alors son arme sur l'infirmière qui était au téléphone quelques minutes auparavant

Je souffre, je ne vais pas bien mais ça personne le voyait ce matin !

Alors que Shenae était près de l'homme, il la regarda alors avec son regard intimidant. Il semblerait qu'il en voulait à la terre entière et qu'il était indéniablement un toxico en manque.

Le titulaire avala sa salive en regardant Emma avant de regarder de nouveau les autres personnes de l'ascenseur. Il s'inquiéta à son tour pour Shenae qu'il avait reconnu
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Jeu 31 Mar - 19:44

La tension ne parut quitter l’ascenseur, même les diverses paroles du médecin qui était en civil, ainsi que la jeune femme n’était pas ce qui aurait pu calmer ce jeune homme mais il fallait faire quelque chose, le rassurer. Tout comme ce que fit Logan en posant sa main sur la sienne, elle ne fut que quelque peu apaisé par ce geste, mais le fait de ne pas avoir de luminosité était tout aussi troublant, donnant un effet de mauvais film d’horreur, elle s’imaginait déjà le pire à venir.
Mais la lumière éclaira de nouveau leur petite prison, elle soupira légèrement mais le spectacle qu’elle avait sous les yeux ne fit que l’affoler intérieurement. Voyant le revolver pointé sur Logan, elle reteint sa respiration, les yeux grands ouverts sur le visage de l’homme. Celui-ci était haineux, sombre, mais tiré par la souffrance, ce regard, elle le connaissait que trop bien, ce comportement incontrôlable, désordonné elle l’avait vu mais aussi vécu elle-même, sans arme bien sur mais surement parce qu’elle n’en a jamais eu entre les mains lors de ses manques. Elle comprenait la douleur que ressentait ce toxicomane, le manque, le rêve était finit, il reprenait pied dans le monde réel il était confrontait à la vie et il flippait, son corps le contrôlait et non plus son cerveau.
Prise de nausée, elle avait comme un manque, une douleur en elle qui se réveillait, pas aussi intense qu’elle avait jadis vécu, mais elle voyait de ses propres yeux, de femme désintoxiquée, ce à quoi pouvait ressemblait une personne en manque. Elle n’entendait plus les mots qui défilaient dans l’ascenseur, un léger bourdonnement, peut être Logan même, elle ne réagissait pas, jusqu’à ce qu’elle baissa les yeux vers le flingue braqué sur elle. Ses jambes étaient en coton, elle se demandait même comment elle faisait pour tenir debout, figé face à cet homme qui n’attendait qu’une seule chose.
Impossible de détourner le regard, elle était en manque d’air, touché, troublé, dérouté brouillé, elle finit par reprendre une goulée d’air, essoufflée comme si elle avait été en apnée pendant plusieurs minutes. Elle ne savait que faire.
Un bruit sourd résonna et l’ascenseur trembla avant de reprendre sa course .
On va te trouver ce que tu as besoin pour tenir. Se surprit elle à dire d’une voix tremblante. Les pharmacies sont bourrées de médicaments on y a tous accès, on te donnera ce que tu veux !
Oui, ils avaient tous accès aux fameuses pièces ou les stocks étaient entreposés, mais ce genre de substituts , elle n’y avait pas accès elle. C’etait l’une des règles qu’elle avait du accepter pour avoir ce poste au Seattle Grace Hopital.
La porte s'ouvrit et l'homme à la capuche perdit l'equilibre, se rattrapant de justesse, mais un cri resonna ainsi qu'une detonnation dans l’habitacle mais aussi dans le couloir, la veste de la brune prenait rapidement cette couleur rouge, il parut tout aussi étonné que les autres personnes présentes, mais ca ne dura qu'une fraction de seconde, car un sourire se dessinait deja sur ses levres.
La vue du sang était quelque chose d’habituelle, de quotidien pour le personnel de l’hopital, mais là, il y avait une toute autre teinte, une toute autre notion.
J’espere que tu souffre autant que moi maintenant ! Lacha cruellement l’homme, avec un sourire satisfait sur le visage.
Il ne desserra pas son bras, elle était à sa merci maintenant. D’un mouvement du bras ou il tenait son flingue, il fit signe à tous les occupants de sortir de là, maintenant, Emma savait qu’il pourrait aller loin s’il n’avait pas ce qu’il voulait.
Entrez lad’dans ! cria-t-il.
Ils sortirent tous les un après les autres, pour rejoindre la première porte face, à l’ascenseur, un chambre de patient. Emma espérait qu’elle soit inoccupée.
Elle a besoin de soins, lâcha Emma, ils vont la soigner ! Murmura-t-elle en passant devant lui, entrant dans la chambre avant lui. celle-ci était occupe par un malade sur le lit et deux médecins. Ça commençait à faire du monde en danger, elle ne savait même pas combien de balles pouvait contenir un flingue ; 5, 6,8 peut être…
Elle avait toujours refoulé son passé depuis qu’elle s’était ’sortit d’affaire’, comme quelque chose qu’elle était incapable de parler, elle ne voulait même pas se souvenir, peur que la douleur ou même le manque la reprenne. S’en était d’ailleurs ridicule mais ça la faisait flipper.
Prise de courage, prise de conscience, ou simplement prise d'inconscience, elle s’approcha de l’homme, lui tenant tête, le scrutant au plus profond de son regard sombre, comme si elle voulait entrer en lui et lui retirer son mal être.
Lentement, elle posa sa main sur le bras ou il tenait la jeune femme, elle sentait derrière elle, Logan ou l’autre médecin près à récupérer la blessée.
C’est machinalement qu’elle plaça sa main sur le ventre du tox. Ne le lâchant pas des yeux, geste qu'on lui avait jadis fait plusieurs fois, pour la calmer.
Je sais…je sais ce qu’il se passe…laisse l’un d’entre eux aller chercher les narcotiques. Tout ira pour le mieux ensuite.
T’as l’impression d’etre vide, mais ce vide est douloureux, t’as l’impression de mourir, mais tu ne meurs pas. Ton corps en réclame et il te le fait comprendre.
L’homme ne quittait pas le regard d’Emma, elle espérait simplement gagner du temps, que quelque un s’occupe de la blessé, que personne ne l’interrompt, car il ne serait plus concentrait Il fallait qu'il se focalise sur sa voix et non pas ce qu'il se passait dans son dos.
Apres 5 ans de cure, elle savait ce qu’il fallait faire, elle avait été dépendante et elle savait qu’il ne fallait pas grand-chose pour qu’il ne soit plus attentive.
Regarde ! Cracha-t-elle avec hargne, elle ne montrait jamais ce tatouage, ne l’expliquait jamais si quelque un l’apercevait à son insu. Elle écarta sa blouse d’une main et souleva son haut jusqu’à la couture de son sous vêtement ou était tatoué une toute petite seringue.
Maintenant, l'infirmière va aller chercher ce qu’il te faut, et toi tu vas te calmer si tu veux quelque chose.
Emma laissa tomber, son haut sur sa taille, retenant toujours son regard sur cet homme ou elle avait perçu une étincelle de curiosité à la vue du tattoo et un certain intéressement lorsqu’elle évoqua qu’on allait lui ramener ses narcotiques.
Elle n’avait pas le temps d’avoir honte de sa révélation, toutes les personnes l’avaient entendus, son secret était dévoilé et Logan était au courant maintenant. Elle aurait le temps d’y penser plus tard, pour le moment, elle avait à faire, et elle ferait son possible pour avoir l'attention du gars.
Tu me ramènes ce que t’as de plus fort et plusieurs boites ! Railla-t-il à l' infirmière, sinon tu auras sa mort sur la conscience ! Rajouta-t-il en pointant son flingue sur Emma une nouvelle fois et laissant sortir l'infirmière.
Emma se demandait comment ca se passerait, si elle irait chercher ce qu'il fallait ou si elle alerterait tout le monde et si elle ne revenait pas...
Sa peur ne l'avait pas quitté, mais elle devait se montrer forte, qu'elle ne faille pas devant ce mec en manque.
Elle entendait les personnes s’agitaient derrière elle, soigner la jeune fille, elle espérait vraiment qu’elle s’en sortirait.
Emma pria pour que l’infirmiere fasse vite, rapidement, le chantage serait la prochaine carte pour calmer le tox. Elle n’osait se retourner, voir ce qu’il se passait dans son dos, l'ampleur du désastre, le visage de Logan, elle ne voulait pas croiser ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Jeu 31 Mar - 22:40

    Lucy essayait de garder son calme. Dans quelques minutes, les portes de l'ascenseur s'ouvriraient et l'homme armé sortirait. Il y aurait plus de peur que de mal et il serait rapidement maitrisé par les vigiles par la suite. Oui, c'est ainsi que ça se passerait et de toute manière, ça ne pouvait se passer autrement. Lucy se répétait ça. Elle n'avait jamais connu de situation aussi angoissante. La peur lui serrait le ventre. La jeune femme tentait de maitriser sa respiration, comme avant une opération importante, il ne fallait pas laisser la peur ou le stress vous gagnait. Non, il fallait être plus fort. La lumière revint enfin et elle laissa échapper un petit soupir de soulagement silencieux.
    Les portes s'ouvrirent, Lucy vit le toxico qui était appuyée contre celle-ci, basculer en arrière et un coup partit. La jeune femme ne ressentit pas tout de suite la douleur, mais elle vit tous les regards se tourner vers elle. Elle posa les mains sur son ventre puis les leva devant son visage. Elles étaient pleines de sang. La douleur la foudroya alors et elle faillit s'effondrer. Le toxico la rattrapant avant qu'elle ne touche terre et la maintint serrer contre lui, menaçant les autres occupants de l'ascenseur de son arme. Tout s'était passé si vite, quelques secondes à peine et la situation avait complètement dégénéré. Lucy sentit son haleine fétide contre son visage quand il lui dit qu'il espérait qu'elle était en train de souffrir autant que lui. Lucy vit également son sourire mauvais et elle sut à ce moment-là que cette vision la hanterait jusqu'à la fin de sa vie.. Il leur fit signe de se diriger dans une chambre et la jeune femme suivit, plus en étant trainer qu'en marchant réellement. Dans les yeux de Lucy, on pouvait lire toute la douleur et toute l'horreur qu'elle pouvait ressentir à ce moment-là. Ses jambes ne la soutenaient plus et elle se sentait nauséeuse. Ses mains étaient accrochées au bras du toxico qui la tenait fermement, tentant vainement de lui faire lâcher prise. Une jeune femme parla alors au toxico, essayant de le calmer, mais à chaque fois qu'il s'énervait un peu plus, elle sentait les secousses de sa colère et en souffrait deux fois plus. La douleur était intense. Lucy n'était pas en état de comprendre ce qu'elle lui disait, elle voulait seulement qu'il la lâche, qu'il écarte cette arme qu'il braquait sans cesse vers son visage. Soudain grâce aux paroles de la jeune femme, l'emprise de son bras se desserra et elle sentit qu'on l'attrapait puis qu'on l'allongea au sol. Lucy tremblait mais elle ne savait pas si c'était dû à la peur ou à la balle. Les visages autour d'elle étaient flous et elle ne distinguait personne, elle fut même incapable de reconnaitre chacun des occupants de l'ascenseur. Il lui sembla pourtant qu'il y avait deux personnes de plus. Lucy ne s'était jamais sentie aussi soulagée. Soulagée qu'il l'est lâché. Tout naturellement, la jeune interne murmura alors :


    C'est rien.. J'ai connu pire..

    Il n'y avait que des hommes, et eux, ils n'avaient pas connu un accouchement. Oui, pour le moment, à côté, ça passait pour une partie de plaisir. Mais rapidement, la situation s'empira. La douleur se fit plus forte. Lucy sentit alors qu'on lui appuyait fortement sur l'abdomen, surement pour arrêter l'hémorragie, elle fit une grimace de douleur et sentit aussitôt un réflexe nauséeux lui arriver. Toute couleur avait disparu de son visage et elle tremblait toujours. Sa vision revint partiellement.
    Lorsqu'elle vit le docteur tenter de dissimuler, pour ne pas l'affoler, le drap complètement imprégné de sang qu'il venait de se servir quelques secondes plus tôt pour comprimer sa blessure. Lucy reposa la tête et souffla. Elle se vidait de son sang. Lucy ne connaissait que trop bien les conséquences liées à ce genre de blessure, elle l'avait étudié en traumato et, en d'autres circonstances bien entendu, aurait pu donner son propre diagnostique. La balle était logée à l'intérieur de son abdomen ayant probablement provoqué des dégâts, ils n'étaient pas en salle d'opération mais dans une simple chambre... Ses pensées allèrent aussitôt à sa petite fille, sans sa maman, elle n'avait personne. Lucy chercha du regard Lorenzo et sentit le contact de sa main dans la sienne. La jeune interne murmura, les larmes au bord des yeux :


    Promets moi que tu t'occuperas d'elle s'il te plait.. Promets-le moi !

    Lucy ne voulait pas partir sans être sûre que sa petite fille ne resterait pas seule... Le docteur Donovan était une des seules personnes à connaitre sa petite fille et elle savait qu'il s'en occupait très bien... La jeune interne ne put rien dire d'autre. Elle n'entendit bientôt plus qu'un bourdonnement lointain, insensible à ce qui pouvait se dire autour d'elle, les yeux ouverts, elle semblait regarder le vide. Lucy se sentit partir très loin...

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...


Dernière édition par Lucy Shepherd Heaven le Mer 13 Avr - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/
Big Sloan or Mc. Steamy

avatar
Mark Sloan


Big Sloan or Mc. Steamy


✱ ©crédit : Ava @ Moi:D - Icone @ Fanpop
✱ Nombre de messages : 997

Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 40 ans
♦ Service: Chirurgie Plastique & ENT

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Ven 1 Avr - 12:13

    Son énième suture de la journée. Et elle n’était pas encore finie. Aujourd’hui était sensé être un jour tranquille, pas de grosses opérations, pas de gros dossiers à s’occuper. Alors pas mal de monde profitait de lui lors des sutures. Parce que oui il était le meilleur quand il s’agit de faire des cicatrices qui ne se verront pratiquement pas. Le docteur Karev l’avait bipé pour un patient qui avait fait une chute et qui avait été admis en neurologie.

    « Voilà j’ai terminé…»

    Le patient avait soufflé un merci, sa minerve l’empêchant de bouger les lèvres et d’hocher la tête. Il s'apprêtait à parler à Karev... Puis… Tout c’était passé très vite. Il s’était juste retourné quand le bruit de la porte qui s’ouvre le fit entendre et un groupe de personne entra dans la pièce. Un gars tenait un flingue et comme tout médecin, il pouvait sentir le sang. Il jeta un coup d’œil à Alex. Il remarqua que le preneur d‘otages était en manque, la jeune fille blessée était au sol. Une femme tenta de le calmer, sa main sur son ventre, le regard fixe dans le sien.
    Soudain, il sentit son patient lui tirer la manche de sa blouse, Mark se retourna légèrement et vit l’homme lui faire signe, mimant d’appuyer sur le bouton pour appeler une infirmière.
    Bonne ou mauvaise idée ? Il fallait réfléchir vite. Appuyer ne ramènerait qu’une infirmière et il y avait 90% de chance qu’elle se fasse prendre en otage aussi, ou qu’il lui tire dessus et qu’il finisse par tirer sur tout le monde sous le poids du manque et de la colère.
    Mark fit non de la tête et il ne regretta pas voyant une des infirmières partir pour chercher les narcotiques. Si elle était assez intelligente elle irait les chercher, et préviendrait quelqu’un au plus vite.
    Il était figé. Qui savait ce qui pourrait se passer si l’un deux bougeait, tentait quelque chose pour arrêter ce malade…

    Trop de choses se passaient dans sa tête. Son corps ne voulait pas bouger, sa première intuition était de se précipiter vers la jeune femme blessée et le médecin pour l’aider… et puis… son instinct était de ne pas mourir. Parce que maintenant il avait une raison de vivre.
    C’est égoïste n’est-ce pas ? Mais dans cette situation. On pense tous un peu à soi-même. Il attrapa le lit de son patient et le bougea d’un mètre. Il se figeait bien si le gars lui parlait, il ne l’entendait pas, l’ignorait. Il contourna un lit inoccupé et s’agenouilla près du médecin.


    « On va la déplacer. 1. 2. 3. »

_________________
A very long Journey to Denver ♥

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Ven 1 Avr - 16:21

Karev avait eu besoin de l'aide du Docteur Sloan pour une petite suture. Non pas qu'Alex ne soit pas capable de le faire bien au contraire, mais bon pour les points Mark était le meilleur. Et puis en même temps ça permettait à Alex de se reposer un peu. Ouais il était debout depuis maintenant près de quarante huit heures et ça commençait lourdement à se faire sentir aussi bien sur son visage que dans ses gestes.

Merci Doc pour votre aide !

Le docteur Karev allait sortir de la chambre quand un homme armé y entra avec d'autres blouses blanches. Sur le coup Alex ne comprit pas trop seulement l'homme était très menaçant, il s'exécuta donc sans poser trop de questions. En le regardant bien le résident comprit rapidement que l'individu était littéralement en manque. En gros ce mec était une vraie menace pour lui mais surtout pour toutes personnes qu'il rencontrerait. Alex s'asseya au fond de la chambre sans broncher et examina le moindre faits et gestes de l'homme armé. Sans vous mentir Alex était juste terrifié et personne ne pouvait les aider lui et ses collègues, sans mettre en péril leur vie. Après un petit instant sans bouger ni parler Alex fini par se ressaisir. Il se releva donc et avança de deux pas vers le drogué en manque.Avant de dire quoique se soit il réfléchi un peu et lâcha un flot de parole.

Ecoutez, prenez votre drogue et allez-vous en ! A quoi cela vous avancerait de nous garder avec vous.

Seulement l'individu n'avait pas du tout l'air d'accord avec le docteur Karev. Il se retourna vers lui et braqua son arme proche de son torse, à ce moment précis Alex était totalement tétanisé, c'était la première fois qu'un homme pointait son arme sur lui et durant leurs études les médecins n'apprenaient pas à faire face à ce genre de situation. Le jeune médecin n'attendait qu'une chose c'est que l'infirmière revienne avec la dose que l'homme avait demandé et qu'il reparte rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Ven 1 Avr - 17:41

La tension montait de plus en plus dans l'habitacle étroit de l'ascenseur. Tout le monde était terrifié, et le toxico aussi sans aucun doute mais il ne pouvait pas s'arrêter comme ça. Le ton aussi montait et Lorenzo craignait un peu ça. Un seul mot trop haut que l'autre pouvait tous les condamner, ce serait un massacre. Lorenzo s'était toujours dit que dans une situation comme ça, il saurait gérer sa peur et arriverait certainement à désarmer l'homme mais entre les mots et les gestes, il y avait parfois un véritable fossé. Que pouvait bien faire dix ans de pratique de sports de combats contre un pistolet ? Le temps qu'il fasse le montre geste et il serait immédiamtement arrêter par une balle. L'ascenseur se remit en marche et l'italien se prit à espérer. Une fois que les portes seraient ouvertes, tout serait fini. Et pourtant, cela ne faisait que commencer...

Lorsque les portes s'ouvrièrent, Lorenzo vit l'homme basculait en arrière, le doigt sur la gachette et le coup parti. Après un rapide réflexe de défense, il se tourna vers Lucy pour voir si elle n'avait rien et son regard fut aussitôt attiré par sa veste qui prenait une teinte rouge.

- Lucy.

Encore sous le choc, elle ne semblait pas ressentir la douleur pour le moment mais, comme tout le monde dans ce foutu ascenseur, de la surprise. Lorenzo commença à esquisser un pas vers elle pour la rattraper dans sa chute mais l'homme était plus près d'elle et fut plus rapide que lui. L'italien se stoppa alors net, ne voulant pas que l'homme, prit de panique, tire dans le tas. Combien de balles avait-il pris ? Aucune idée mais chaque balle chargée dans ce revolver était une balle de trop. Le jeune homme força tout le petit monde à entrer dans une chambre en tenant toujours Lucy par le bras et la menaçant de son revolver. Une jeune femme essaya de calmer le toxico mais Lorenzo n'écoutait pas ce qui se disait dans la pièce qui contenait deux autres médecins et un patient, son regard et ses pensées étaient entièrement tournés vers Lucy. Elle venait de se prendre une balle dans l'abdomen, elle avait besoin de soin, il était chirurgien en traumatologie, s'était sa spécialité mais il ne pouvait rien faire à cause du malade qui lui avait tiré dessus. Sa respiration et son rythme cardiaque augmentaient, il serrait et désserrait machinalement les poings. Le sang chaud des italiens commençait à monter en lui et il n'avait qu'une envie, mettre son poing droit dans la figure de ce toxico. Commençant à perdre son sang froid et basculant peu à peu dans l'insconscience, Lorenzo commença alors à faire un pas vers l'homme, puis deux. Au troisième, il lâcha Lucy et oubliant toute la rage qui l'avait envahit en quelques secondes, Lorenzo se précipita pour rattraper la jeune femme. Il l'éloigna un peu de l'homme qui était instable psychologiquement et allongea l'interne sur le sol. Il attrapa machinalement le premier drap qui lui tomba sous la main et l'appuya immédiatement sur la blessure de la brune, il devait absolument arrêter l'hémorragie. Alors qu'il appuyait toujours, l'un des médecins présent dans la chambre avant leur arrivée se dirigea vers lui et lui fit cmprendre qu'il voulait déplacer Lucy sur le lit inoccupé de la chambre. Il fit un décompte et à 3, ils la soulevèrent à deux pour la poser sur le lit.
L'instinct de chirurgien fit immédiatement son apparition et oubliant jusqu'à la présence de l'homme armé dans la salle, Lorenzo écarta le drap pour essayer de voir les dégâts provoqués par la balle.

- Elle saigne beaucoup trop, il nous faut des culots de sang sinon elle va se vider sous nos yeux.... La balle a passé le grand droit et elle n'est pas resortie...

Il cherchait désespéremment des instruments qu'il pourrait utiliser pour soigner la jeune femme, ou au moins stopper l'hémorragie. Lorsque son regard se posa sur une paire de ciseaux, il les attrapa d'un geste rapide et commença à couper le haut de la brune dans l'espoir de mieux voir la blessure quand il vit que Lucy le cherchait du regard. Elle commençait sans doute à faiblir, en manque de sang, mais l'italien attrapa sa main pour la rassurer avant qu'elle ne parle de sa fille et lui demande de s'en occuper.

- Non. Non je te promettrais pas ça parce que j'aurais pas à m'occuper d'elle. Tu seras là pour t'occuper d'elle ok ? Accroche toi Lucy.

Il ne pouvait pas la laisser dans cet état, son instinct de chirurgien lui interdissait de la laisser mourrir, aussi bien que celui d'ami. Il leva alors enfin la tête pour voir ce qu'il se passait dans la pièce et regarda l'homme qui l'avait aider à déplacer Lucy.

- Je suis chirurgien en traumato, je sais parfaitement retirer une balle, je peux la soigner. Mais il faut que vous me trouviez de quoi le faire et que vous m'aidiez pour ça. Hors du bloc, je suis incapable de stopper l'hémorragie, retirer cette satanée balle et la recoudre en la gardant stable sans aide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Big Sloan or Mc. Steamy

avatar
Mark Sloan


Big Sloan or Mc. Steamy


✱ ©crédit : Ava @ Moi:D - Icone @ Fanpop
✱ Nombre de messages : 997

Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 40 ans
♦ Service: Chirurgie Plastique & ENT

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Sam 2 Avr - 2:28

    Ils avaient déposé la jeune femme sur le lit. Mark regarda le visage de la jeune femme, la jeune femme semblait apeurée, elle tremblait… Malgré cela son visage lui semblait familier. Le médecin en face de lui signala qu’il leur fallait des culots de sang. Mais à moins que quelqu’un n’assomme le preneur d’otages, personne ne pourrait sortir de la chambre sans prendre le risque d’être touché. Le médecin était chirurgien en trauma, il lui demanda de trouver de quoi opérer. Mark ouvrit les tiroirs du chariot qui se trouvait à côté mais à part des seringues, une dose de morphine pour les sutures, des gants… il n’y avait pas grand chose. Il attrapa une seringue et l’implanta dans le flacon de morphine. Cela soulagera partiellement la jeune femme. Il fit cela discrètement, le dos tourné, à l’insu du fou en manque. Elle en avait besoin plus que lui.
    Quand il revint près du lit, il prit son bras et trouva une veine pour y injecter le produit, puis son regard se posa de nouveau sur son visage.
    Comment le médecin l’avait appelée ? Lucy… Ce visage et ce nom. Lucy Sheperd. Oui, il s’agissait bien de Lucy Sheperd, la sœur de son meilleur ami, la petite dernière toujours prête à faire quelques bêtises par ci par là. Il ne l’avait pas vu depuis un certain temps, mais l’appelait une fois dans l’an… Cette année il n’avait pas appelé…
    Mark leva les yeux vers son patient qui tendait la main difficilement pour tirer la sonnette d’urgence.

    « Ne faites rien. Ne touchez pas à cette sonnette. Ca ne fera qu’empirer la situation. »
    « Mais… »
    « J’ai dit ne faite rien. »

    Mark jeta un coup d’œil à l’homme qui pointait maintenant le flingue en direction de Karev. Leurs regards se croisèrent. Puis le malade détourna le regard fixant de nouveau Karev.

    « Elle doit être opérée. Il nous faut du matériel. N’aggravez pas votre cas. Laissez nous l’emmener en salle d’op pour la sauver. L’infirmière va revenir avec vos doses, si il lui arrive quelque chose vous finirez en prison et il n’y aura pas de drogue là bas. »

    L’homme tremblant avec une poignée de fer, il ne le regardait pas, ses yeux rougis, sa peau presque translucide, la sueur coulant de son front… l’entendait-il au moins ?

    « Laissez le sortir avec elle et l’emmener en salle d’op. Personne d’autre ne sortira à part eux, tant que l’infirmière ne sera pas revenue. »

    Maintenant il espérait qu’elle revienne et au plus vite, il détournera son attention et ils pourront peut-être le neutraliser. Et il espérait qu’il est assez d’esprit encore pour laisser sortir le chirurgien et Lucy…


_________________
A very long Journey to Denver ♥

Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Sam 2 Avr - 12:41

    Lorenzo lui répondit qu'il ne lui promettrait rien parce qu'elle allait s'en sortir. Lucy acquiesça difficilement :

    Ok ok, je suis entre de bonnes mains de toute manière hein ?

    Lucy fit un petit sourire aussitôt déformé par la douleur. La jeune interne revint sur ce qu'elle avait pensé quelques minutes plus tôt, la douleur était la pire qu'elle ait pu connu jusque là. Lorenzo s'adressa à un autre médecin. Il lui répondit et il lui sembla reconnaitre sa voix. D'une voix faible, elle murmura :

    Mark ?

    Lucy tourna son regard vers lui. Elle le voyait mais n'était plus très sûre qu'il soit vraiment là ou si c'était un tour de son imagination dû à son état faible. Ils ne s'étaient pas vus depuis pas mal d'années mais il l'appelait environ une fois par ans pour s'assurer que tout allait bien. Il était la seule personne qui avait eu de ses nouvelles ces dernières années. Cette année, elle aurait eu beaucoup de choses à lui raconter : la naissance de sa fille, son internat qui commençait, mais il n'avait pas appelé et elle n'avait pas osé le déranger. Lucy perdait beaucoup de sang et se sentait incapable de bouger le moindre petit doigt. Elle sentit la piqure de morphine dans son bras et sentit aussitôt la douleur diminuer. Lucy respirait de plus en plus mal. La jeune interne ferma quelques minutes les yeux, fatiguée. Elle entendit Mark autour d'elle s'adresser au toxicomane en lui demandant de la laisser sortir.
    A ce moment-là, elle entendit une nouvelle détonation. Elle rouvrit les yeux et vit le toxicomane, la main levé en l'air. Il venait de tirer dans le plafond, en signe d'avertissement et cria :


    Personne ne bougera d'ici tant que l'infirmière ne sera pas revenue !

    Face à cette nouvelle détonation, tout le monde s'était baissé à terre, par mesure de prudence. Il ne manquerait plus que le toxicomane soit pris d'une nouvelle crise de panique et tire dans le tas. Lucy sentit une nausée arriver et ils eurent juste le temps de la tourner, elle vomit du sang. A ce moment-là, elle n'eut plus assez de force pour respirer seule. L'air lui manquait. Sa tête se mit à tourner et quelques secondes plus tard, elle perdit connaissance.

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Sam 2 Avr - 18:46

Une détonation se fit entendre au début Alex pensait que l'homme avait tiré sur l'un des médecins qui étaient dans la salle, mais lorsqu'il releva la tête il vit que l'homme avait le bras levé. Il venait de tirer dans le plafond. Ce mec était totalement en manque et il pétait une durite. Le docteur Karev se dirigea lentement vers le patient qui était dans son lit. Il n'arrêtait pas de vouloir appuyer sur le bouton d'appel.

Arrêtez tout de suite, vous voulez vous faire tirer dessus ?
Non je veux sortir d'ici, je ne resterais pas avec ce malade.

A ce moment Karev n'avait qu'une envie coller son poing sur le visage de son patient, mais il ne le fit pas par question de principe. Alex était terrifié mais la jeune femme qui était allongée perdait beaucoup trop de sang et elle devait être opérée au plus vite. Pour ne pas perdre de temps il débrancha le bouton d'appel du lit et fouilla dans les tiroir pour trouver une compresse ou quelque chose qui stopperait l'hémorragie. Il ne trouva qu'un long bandage et de l'alcool à quatre-vingt dix degré. Certes la petite interne allait douillé mais il fallait absolument qu'elle soit soignée et au plus vite. Le docteur Karev rejoignit les deux titulaires et posa ce qu'il venait de prendre par terre. Il ne savait plus du tout si ça leur servirait ou pas. Pour tout vous dire Karev perdait son sang froid, il était paniqué. Et cette infirmière qui ne revenait pas. C'était sûr personne n'allait revenir, elle était tout simplement allée prévenir le directeur de l'hôpital. Maintenant la jeune femme commençait à perdre le fil, elle était complètement pale et elle ne tiendrait pas si l'homme qui les prenait en otage ne laissait pas le docteur Sloan l'opérer.

Monsieur, cette femme a besoin de soins, elle va mourir si elle ne se fait pas opérer maintenant. Je vais aller vous chercher votre connerie !
Toi, fermes là ou je te tires dessus.

L'homme avait de la sueur sur le front, il n'allait pas les laisser sortir comme ça, si Alex s'en souvenait bien, la situation risquait d'empirer car plus l'homme attendrait plus il deviendra violent. Karev tremblait de peur. L'homme armé tira une nouvelle fois mais sur le sol cette fois ci. Alex s'asseye par terre et épongea son front avec la manche de sa blouse. Les quatre médecins était enfermé avec un malade et personne ne viendrait les sauver. C'était clair et net leur vie allait se finir dans cette chambre d'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Sam 2 Avr - 19:31

- Ouais. Ouais, t'es entre de bonnes mains.

Lorenzo se sentait complètement impuissant devant l'interne qui perdait de plus en plus de sang et cela s'entendait dans sa voix. Il savait très bien que personne ne pourrait lui donner de culots tant que le toxico n'aurait pas eu sa dose mais cela en revenait à condamner Lucy. Et cette foutue infirmière qui ne revenait pas. Malgré l'aide du docteur face à lui, ils n'avaient pas de quoi soigné la jeune femme et l'italien commençait à perdre son assurance et à paniquer. Lorsqu'il vit son collègue essayait d'administrer discrètement de la morphine à Lucy, Lorenzo se décala légèrement et de manière discrète pour cacher au maximum la manipulation du docteur au toxico. Au moins, elle souffrirait un peu moins grâce au produit. La main de Lorenzo n'avait toujours pas laché celle de Lucy même s'il sentait bien que la poigne de l'interne devenait de moins en moins ferme, à mesurre que son visage pâlissait. Le docteur Sloan demanda à l'homme de laisser sortir Lucy pour qu'elle aille au bloc mais il affirma son refus par un coup de feu en l'air puis quelques minutes plus tard au sol. Le résident qui était dans la chambre avant l'arrivée des otages apporta une longue bande et de l'alcool aux deux titulaires. Il y avait aussi du matériel de suture et des gants mais ils ne pouvaient pas aller bien loin avec ça. Comme pour lui-même, Lorenzo commença alors à dire à voix basse et assez précipité aux deux autres hommes :

- Ok.... Alors euh... On peut pas faire ça dans les règles de l'art alors.... Je.... Il faut extraire la balle... Je pense pas qu'elle ai touché d'organes vitaux, elle doit être dans le muscle. Je.... Je pourrais essayer de la sortir au toucher... Introduire les ciseaux serait trop dangereux alors je dois y aller avec la main. Mais vu la taille de la blessure, je ne vais pouvoir passer qu'un doigt.

C'était risqué. Extrêment risqué même mais dans une telle situation, Lorenzo ne voyait pas ce qu'il pouvait faire d'autre. Une fois la balle retirait, il suffirait d'arrêter définitivement l'hémorragie et de la suturer. Mais même cette solution ne convenait pas entièrement à l'italien. La balle pouvait très bien avoir touché un organe quelconque ou bien il pouvait enfoncer encore plus la balle et provoquer plus de dégâts qu'initialement. Mais que pouvait-il faire d'autre ? Le stress et la panique provoqués par cette situation commençait véritablement à le ronger de l'intérieur et il sentait parfaitement la sueur sur son front. Décidant alors de tenter le tout pour le tout, il se tourna pour la première fois depuis qu'ils étaient dans cette chambre vers le toxico et, les mains couvertes du sang de Lucy, lui fit face en se tenant bien droit.

- Elle s'appelle Lucy. Lucy Heaven. Elle a trois soeurs et un frère et surtout, elle est mère. Elle a une petite fille de 11 mois qui s'appelle Nohélia et qui l'attend à la garderie parce que, comme tous les matins, elle l'a posé à la garderie de l'hôpital avant de commencer sa garde. Elle a commencé sa première année d'internat il n'y a pas longtemps et... Et... Vous pouvez pas la laisser comme ça. Si vous ne la laissez pas sortir pour qu'elle puisse se faire soigner, vous l'aurez tué. Et je sais que, non, je pense que vous êtes quelqu'un de bien au fond et que vous ne voulez pas avoir la mort d'une jeune femme sur la conscience. Juste pour une dose... Juste pour une dose, vous ne pouvez pas prendre une vie....

Il n'avait aucune idée de la réaction que pourrait avoir l'homme. Il pouvait tout aussi bien le laisser sortir avec Lucy comme l'abattre. Le tout pour le tout, il n'y avait plus que ça à faire Maintenant, Lucy était une personne pour le toxico, et non plus une inconnue comme ils l'étaient tous dans cette satanée chambre d'hôpital. Et ce petit détail pouvait très vbien faire toute la différence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Big Sloan or Mc. Steamy

avatar
Mark Sloan


Big Sloan or Mc. Steamy


✱ ©crédit : Ava @ Moi:D - Icone @ Fanpop
✱ Nombre de messages : 997

Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 40 ans
♦ Service: Chirurgie Plastique & ENT

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Sam 2 Avr - 20:40

    Le toxicomane lui répondit en tirant un coup une balle au plafond. Il mentirait s’il n’avouait pas avoir eu peur. En réalité, la nervosité commençait à laisser place à l’inquiétude et à la peur. Peur de ne pas sortir de cette chambre. Peur qu’il fasse un massacre, qu’il blesse les gens qu’il aimait, ses collègues… Le coup de feu avait dû alerter les gens dans le couloir, quelqu’un avait certainement dû entendre. Mark essaya de concentrer de nouveau sur Lucy. La jeune femme venait de perdre conscience. Le médecin en face de lui suggérait de retirer la balle avec les doigts puis il s’était retourné vers le toxico, lui présentant Lucy, peut-être espérait-il le faire changer d’avis, et qu’il accepterait de la laisser sortir pour être soignée. Mark n’entendait que des bribes tentant de trouver quelque chose pour retirer la balle. Il fouilla dans le kit de suture qu’il avait utilisé pour son patient. Le kit était ouvert et il avait utilisé tous les instruments. Il attrapa le forceps et le flacon d’alcool à 90 que Karev avait trouvé. Il nettoya le forceps à l’alcool et se tourna vers le chirurgien.

    « Eh ! Je vais avoir besoin de vous là. Ignorez-le, on ne sortira pas. Je peux sortir la balle délicatement avec la pince mais faudra que vous vous dépêchiez d’arrêter l’hémorragie. »

    - Je ne veux pas être ignoré ! Avait hurlé le drogué. Je veux la drogue. Et Maintenant. Il secouait violement son flingue de droite à gauche, il tremblait. Avec la faiblesse qu’il présentait il pourrait tirer sur n’importe qui s’en même s’en rendre compte. Mark attendait de voir la réaction du chirurgien avant de se concentrer de nouveau sur Lucy. Il devait encore tenter. Ils devaient tous essayer.

    « Vous croyez vraiment que l’infirmière va revenir ? Vous lui avez foutu la trouille, comme vous êtes entrain de le faire avec tout le monde. Elle ne reviendra pas. Elle est certainement déjà allée prévenir les flics et ils ne tarderont pas à débarquer. Tout ce que vous allez gagner c’est de tuer des gens et de mourir. Laissez l’un d’entre nous sortir avec la blessée et on ira vous les chercher vos drogues. Vous feriez mieux d’écouter l’un d’entre nous si vous voulez avoir une chance de vous en sortir. »

    La peur, l’adrénaline, la colère et d’autres sentiments lui montaient à la tête. Il espérait se rêver et que tout ca ne soit qu’un cauchemar. Il aurait tout donné pour ne pas être dans cette pièce. Il s’arma de la petite pince nettoyée sauvagement à l’alcool et se tourna vers le médecin.

    « Vous êtes prêt ? »

_________________
A very long Journey to Denver ♥

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mar 5 Avr - 19:42

Tout ne se passait pas comme Emma l'avait voulu ; forcement tout le monde était effrayé et elle ne comprenait parfaitement. Elle avait à peine réussit à retenir l'attention de l'homme, mais celui ci fut rattrapé par la réalité du manque, par les sons, les paroles qui lui provenaient. Il était normal pour lui de réagir de cette façon, tentant le tout pour le tout juste une petite dose, un bout de rêve, de s'échapper de la réalité, mais cet état n'était pas des plus normal pour des personnes qui ne connaissait pas ce manque, cet appel du manque qui arrive à tellement faire souffrir, que l'on peut parfois, même très souvent avoir envie de mourir juste pour que cette douleur s'arrête. Elle l'avait bien connu et plus d'une fois.
Sa technique ne l'avait que quelque peu retenue l'attention et elle se retrouva projeté contre le mur et un nouveau coup de feu retentit, le temps qu'elle reprenne ses esprits, son regard s'était rivé sur Lucy ou le lit était immaculé de sang et ce liquide rouge goutait sur le sol.
Cette scène était des plus désastreuses à yeux, un cauchemar éveillé.
L'infirmière ne revenait toujours pas, que pouvait elle faire ? Était elle enfermé dans les toilettes, effrayée n'osant plus en sortir, ou avait il déjà la police dans l'enceinte de l'hôpital, prête à intervenir ? Il était risqué pour toutes les personnes présentes que les forces de l'ordre pénétrer maintenant dans cette maudite chambre, des balles pourraient se perdre et tuer quelqu'un.
Elle fusilla le dénommé Karev, il ne devait pas en avoir beaucoup dans la cervelle celui là What a Face , encore un remarque sibylline et il serait le prochain sur la liste. D'ailleurs lors de la seconde balle tirée dans le vide, Emma cru bien que le toxico cherchait à le toucher, mais heureusement pour lui, il eut surement la frousse de sa vie et la balle se logea dans le mur. Elle le regarda s'effondrait sur le sol en espérant que la peur lui clouait le bec.
Elle chercha le regard de Logan, effrayé également, ne sachant pas comment réagir face à cette situation, elle avait comme un bourdonnement dans la tête, incessant, ne lui permettant pas d'entendre ce qu'il se passait autour d'elle. Les yeux dans le vide, assise au sol, les genoux repliés sur sa poitrine, ses bras enroulés autour de ses jambes, elle se balançait doucement d'avant en arrière, histoire de se reprendre, position qu'elle avait apprise lors de cure pour se calmer, se reprendre, faire le vide. Elle ne savait pas combien de temps elle resta ainsi, mais son ouïe se reconnecta au monde ou elle se trouvait, réveillé par un seul mot, celui qu'elle avait tant prononcé, celui qu'elle avait tant aimé, tant hait, tant espérer, tant maudit, tant vénéré. C'etait un comble pour elle de réagir de cette façon à un simple mot :'drogue'.
Des murmures se fient entendre au dessus du lit de Lucy, la pauvre, elle devait souffrir le martyr et aucun calmant pour elle.
Je vais y aller ! se surprit elle à souffler doucement. Je vais y aller, l'infirmière ne reviendra pas, elle doit être tapit dans une chambre, apeurée.
Elle releva les yeux vers le toxico en se redressant. Laisse moi y aller, je te promets...de te ramener tout ce que je peux ! Crois moi, tu peux me faire confiance. Dit elle toujours sur le ton calme, posé comme un souffle léger.
Toi tu bouges pas de là ! J'te fais pas confiance avec des grands airs d'ancienne Junk, tu vas te barrer avec les medocs et t'en fourrer plein la gueule ! Dit il sur un ton autoritaire et ironique comme pour la provoquer.
Emma secoua la tête de gauche à droite nonchalamment.
Non, je ne retoucherais pas à ca, je ne veux plus souffrir de ce manque, ce même manque qui te ronge et te rend fou.
Laisse moi y aller, s'il te plait ! Lui supplia t elle en affrontant son regard avec le plus de douceur possible.
Elle se retrouva une nouvelle fois plaqué au mur, mais cette fois ci avec le revolver sous le menton. C'est avec le souffle court, les larmes aux yeux, qu'elle se força à garder les yeux rivés dans les siens, murmurant à peine.
Tu as ma parole...
Les yeux du Tox. allaient et venaient sur Emma et la chambre, il surveillait toujours les autres personnes prisonnières.
Si t'es pas la dans 10 minutes, j'en bute un ! dit il avec son sourire cynique en pointant Logan du revolver.
Tu..je..serais là, il me faut moins de temps, fais moi confiance. dit elle en se décollant du mur lentement, le bras se tendant vers la poignet pour sortir, tout aussi lentement, elle réussit à sortir de la chambre en ouvrant à peine la porte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Logan Carlson




✱ ©crédit : Lily R
✱ Nombre de messages : 36

Date d'inscription : 24/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge::
♦ Service: Cardiologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mar 5 Avr - 20:35

Logan avait du mal à réaliser tout ce qui se passait. Depuis l'ascenseur jusqu'au moment où il se trouva là. Les coups partirent, une interne fut blessée, le toxico s'énervait, tira un coup en l'air pour effrayer tout le monde et les médecins présents tentaient tous tant bien que mal de gérer la situation.
D'ailleurs, Deux titulaires et un interne s'occupaient de Lucy pour tenter, avec les moyens du bord, de lui sauver la vie, Logan lui était scotché lorsqu'il avait entendu Emma qui, d'origine était discrète et calme, s'exprimer auprès du toxico en lui disant qu'elle le comprenait, elle décrivait avec perfection les ressentiments d'un drogué d'ailleurs, elle était passée par là, il venait tout juste de l'apprendre. Ce n'était pas rien, pas quelque chose qui se disait facilement et puis, il aurait pu l'apprendre dans d'autres circonstances mais là, c'était sorti comme un besoin de montrer qu'elle comprenait l'homme armé. Il fallait qu'il sache qu'elle pouvait savoir ce qu'il endurait car elle avait connu exactement ces sensations qui le mettaient sans dessus dessous.

Tout le monde s'agitait, Logan avait proposé son aide en tant que chirurgien cardio pour aider Lucy mais ils étaient déjà bien trop autour d'elle... mais si jamais il le devait bien évidemment qu'il interviendrait s'il le pouvait. Tant qu'ils s'occupaient de la fille gravement blessé, Logan lui ne cessait de regarder le toxico et réfléchissait à un moyen de le calmer. Emma n'allait pas bien, trop de souvenirs, trop de douleurs passées qui refaisaient surface, le moment n'était pas idéal pour lui parler de sa révélation mais si jamais ils s'en sortaient, il le ferait certainement, quand il le pourrait. En attendant, la voyant s'asseoir sur le sol et se recourber, il s'accroupit près d'elle en lui posant amicalement une main sur son épaule lui répétant que ça allait bien se terminer, que tout finirait bien d'une façon ou une autre. C'est alors que subitement, il nota un regard changé chez elle, une détermination claire et nette, puis elle s'adressa au toxico.

Le titulaire cardio fut surpris, se relevant également il eut ses yeux qui exprimèrent un grand étonnement et une peur soudaine, une peur pour la jeune femme qui se portait volontaire pour aller chercher au toxico ce qu'il voulait étant donné que l'infirmière qui s'était portée volontaire n'était jamais revenue.


- Emma...

Puis quand il vit le toxico la plaquer contre le mur, il voulu d'un premier instinct le frapper par derrière et le faire lâcher la jeune femme cependant, en réfléchissant un peu, ce n'était pas intelligent et c'était le moyen idéal pour se faire tirer dessus. Heureusement que l'homme en manque la lâcha rapidement la croyant alors. Mais il ne tarda pas à pointer son arme sur Logan lui disant que si elle ne revenait pas, un autre "otage" passerait à la casserole. En l'espèce il s'agissait de Logan, d'ailleurs, il regarda tout à tour l'homme puis Emma, le regard plein de crainte non pas pour lui, mais pour elle.

- Emma Williams ... faites attention

lui redit-il expressant dans son regard une demande, il voulait qu'elle fasse attention... et il espérait qu'elle n'allait pas jouer de la confiance du toxico qui passerait sans aucun mal à l'acte.
Il la regarda alors s'éclipser de la pièce, alors que le toxico continuait encore de le pointer, à croire que la vie de logan dépendrait de l'agissement de l'infirmière.

- Vous ne devriez pas viser qui que ce soit avec votre arme.... baissez là avant de blesser une autre personne, regardez autour de vous ! La jeune femme grièvement blessé vous ne croyez pas que vous avez fait assez de dégâts comme ça ?!


Mais cela n'était évidemment pas convainquant pour l'homme armé

Toi le blond tu descends d'un ton ! C'est moi ici qui décide que faire et à qui ! Et quand j'ai pas ce que je veux, je ne suis pas content tu vois, et quand je ne suis pas content, voila ce qui arrive !

S'écria t-il en montrant Lucy Heaven


Alors j'espère bien que l'ex junkie va me ramener ma dose sinon je sens que je vais m'énerver et je crois bien que t'es le prochain sur ma liste alors n'essayes pas de faire le malin !


Dit-il pointant toujours le titulaire. Il avait envie de lui faire ravaler ses paroles mais une fois de plus, il n'était pas en position de force. Il regarda les autres médecins qui continuaient de s'occuper de Lucy....
Revenir en haut Aller en bas
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 6 Avr - 15:30

Son intervention n'avait servie à rien et Lorenzo le savait bien, mais il avait au moins tenté quelque chose. Le docteur Sloan l'avait alors interpeler pour qu'ils s'aident à sauver Lucy. Ils n'avaient pas d'autre choix, ils allaient devoir l'opérer avec les moyens du bord. Tournant les talons, il se replaça face au plasticien qui tenanit une pince miraculeusement trouvé dans la chambre près de la blessure causé par la balle.

- Attendez, il faut essayer de localiser la balle si on ne veut pas y aller à l'avueuglette et risquer de provoquer plus de dégats.

Les instincts de chirurgien prirent vite le dessus et Lorenzo commença à ballader ses doigts sur la peau de l'interne, à la recherche d'une sensation tactile qui l'aurait aider à savoir où se trouver la balle. Heureusement que la jeune femme était inconsciente, elle aurait pu prendre les gestes du titulaire pour de l'attouchement. Augmentant légèrement la pression de ses doigts, Lorenzo sentit soudain la balle alors que sa main était sur le flanc de Lucy.

- Là. Elle est là. Sans doute dans le muscle mais elle doit pas avoir fait de dégats sur un organe.

Maintenant sa main à l'endroit où il avait trouvé la balle pour être sûr de sa localisation, il regarda de nouveau son collègue qui tenait toujours la pince rapidement nettoyé à l'alcool près de l'ouverture. Lorenzo n'avait plus suivi ce qu'il se passait dans la chambre. Il était dos à la porte et donc au toxico et l'adrénaline, la peur, l'inquiétude pour Lucy et ses instincts de chirurgien semblaient l'avoir complètement coupé du reste de la réalité. S'ils arrivaient au moins à enlever la balle et à stopper l'hémorragie, elle pourrait sans doute tenir encore quelques heures même si elle avait perdu énormément de sang. Son regard se posa de nouveau sur sa colocataire et la pâleur de son visage frappa l'italien plus qu'il ne s'y attendait. Se tournant de nouveau vers Mark, il tenta de faire sortir cette image de sa tête et de se concentrer sur "l'opération".

- Qui y va ? Vous ou moi ?

Sa voix n'avait pas tremblé en prononçant ses mots, il semblait avoir retrouver un calme assez froid mais qui lui permettait tout de même d'avoir les idées claires. A l'écouter parler, on avait même l'impression qu'il était au bloc alors qu'il était encore en civil, se trouvait dans une chambre non équipée pour ce type d'intervention avec un toxico en manque et armé et qu'il avait l'intention avec son collègue de retirer une balle d'une interne à moitié en aveugle et avec une pince à peine nettoyée à l'alcool. Mais la situation exigeait qu'ils restent calme, ils n'avaient pas d'autre choix s'ils voulaient sauver Lucy.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Big Sloan or Mc. Steamy

avatar
Mark Sloan


Big Sloan or Mc. Steamy


✱ ©crédit : Ava @ Moi:D - Icone @ Fanpop
✱ Nombre de messages : 997

Date d'inscription : 11/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 40 ans
♦ Service: Chirurgie Plastique & ENT

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 6 Avr - 17:05

    Le chirurgien en traumatologie était revenu vers lui. Il tenta de localiser la balle. Mark tendait l’oreille, un des médecins avait réussi à convaincre le toxico de la laisser sortir pour allez chercher les doses qu’il attendait. Le jeune homme venait de trouver la balle et lui demanda qui se lançait pour aller chercher la balle enfouit dans un muscle.
    Mark hocha la tête. Sa spécialité exigeait de la précision, il avait vu Owen Hunt en action et précision n’était pas dans les cordes du chirurgien en traumatologie… Il ne savait pas pour le médecin en face de lui. Alors autant ne pas prendre de risques. Il y en avait déjà trop dans cette pièce. Il n’avait jamais retiré une balle avec un forceps, mais il y avait une première fois à tout. Il avait besoin de stabilité et le lit était bien trop bas pour lui, il tira le tabouret qui se trouvait à proximité et s’y installa. Il était maintenant à bonne hauteur et pourrait avoir des gestes plus précis.

    « Okay, je vais y aller doucement, avec la pince j’attraperai la balle et la remonterai. Il faudra être prêt à arrêter l’hémorragie tout de suite après. Je vous aiderai à l’arrêter et je recoudrai. Ca ne changera pas le fait qu’elle a besoin d’une transfusion et au plus vite. »

    Il s’arma du forceps et prit une profonde respiration avant de l’insérer dans la blessure. La journée avait pourtant bien commencé… des retrouvailles avec Lexie après deux longs jours… des mots qu’ils avaient temps attendu et qu’elle avait enfin prononcés. Si il sortait d’ici en vie, elle serait la personne qu’il irait voir. Parce que c’est dans ce genre de situation qu’on se rend compte des choses importantes. Quand la vie ne tient plus qu’à un fil et que peut-être, demain… tout sera différent.
    Voilà, il était dans son monde. Il opérait. Plus rien n’existait autour de lui. Il était concentré. Il avait franchi l’étape et pouvait penser et parler pendant l’opération.

    « Au fait, c’est quoi votre nom, Docteur ? Je ne crois pas que vous l’ayez dit. Moi c’est Mark Sloan. Je suis chirurgien plastique et ortho-rhino-laryngologie. Vous avez l’air de connaître Lucy. Depuis quand est-elle à Seattle ? »

    Il posait beaucoup de questions mais c’était une façon comme une autre de se concentrer et d’avoir de la distance sur la situation.
    Il leva rapidement les yeux vers son collègue quand le forceps toucha la balle et qu’il l’attrapa.


_________________
A very long Journey to Denver ♥

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 13 Avr - 19:22

La porte derrière elle se referma, le souffle court, ne croyant pas vraiment qu'elle était sortit de la chambre, elle se mit à courir rapidement, aussi rapidement qu'elle lui permettaient ses pieds munis de souliers à aux talons. Les yeux brouillaient par les larmes, la dernière image qu'elle avait eu, c'etait le revolver pointait sur Logan, son challenge, si elle pouvait appeler ca comme ca, était que le Tox. ne passe pas ses nerfs sur Logan, elle s'en voudrait énormément et ne pourrait plus se regarder dans un miroir, comment pourrait elle faire pour continuer à vivre avec ca un tel échec.
Emma se prit un mur de plein fouet, mais des bras se refermèrent autour d'elle.
Elle comprit donc qu'il s'agissait d'un homme, fort, puissant, vu la façon dont il la maintenait et l'empêchait de passer ou peut être de s'écrouler.
Elle s'entendit hurler : Laissez moi passer, laissez moi passer plusieurs fois, elle n'aurait jamais cru pouvoir crier avec cette force.
L'homme qui la retenait était en policier, que faisait il là, ici. Elle cessa de gesticuler, reprenant son souffle, lui expliquant la situation tant bien que mal, mais tout devait paraitre tellement confus. LE regard d'Emma balaya autour d'eux, et elle fut surprise de voir autant d'uniformes, pas de médecins, non des policiers équipés de gilets par balles, mais que faisaient ils tous ici, et pas au boulot pour arrêter le mec en manque.
J'ai besoin de narcotiques, tout de suite, si j'y suis pas dans cinq minutes, il va en tuer un ! y a une blessée, une interne et trois chirurgiens.
Tout en parlant, elle se calmait, mais les larmes ne cessèrent pas pour autant de couler, son cœur cognait dans sa poitrine, elle repensait constamment à Logan, son regard, posés sur elle, celui de la peur pour lui, pour eux tous dans cette chambre et pour elle.
Elle voyait déjà quelques blouses blanches s'agiter, se ruaient ils dans les stocks pour lui ramener ce dont elle avait besoin.
On a une blessée, elle perd beaucoup de sang, faut un bloc de libre rapidement, des poches de sang, de quoi arrêter une hémorragie, un kit de suture, le souffle court, elle croisa le regard du chef de chirurgie, l'heure était grave, elle le lisait dans ses yeux, et ceux d'Emma le supplier. Elle avait besoin de tout ca et plus encore, mais ses pensées étaient incohérentes autant que sa vue qui ne faisait que se brouiller, elle écrasa ses larmes d'un revers de main et elle comprit que le chef ne voulait pas qu'elle y retourne. La mâchoire serrée, Emma fit un pas de coté tout en le toisant.
La vie de mes collègues dépende de moi, que vous le voulez ou non, j'y retournerais ! Vous ne pouvez pas les laisser dans cette chambre avec ce fou, sans qu'on puisse lui ramener ce qu'il demande ! Que ca vous plaise ou non, je lui donnerais sa dose et il sera dans un état second rapidement, donc maitrisable !
dit elle en finissant sa phrase avec hargne.
Un médecin arriva derrière le chef avec plusieurs boites bleus, Emma reteint son souffle, elle connaissait par cœur les emballages, pour cause, elle en avait prit très souvent. Elle eut l'impression de se prendre un gifle en pleine face d'une violence inouïe.
Elle se repris tout aussi rapidement, elle ne voulait pas qu'on l'empêche d'y retourner, elle en était capable, pour toutes les personnes présentes dans cette chambre et surtout pour Logan.
D'un mouvement de tête et de quelques paroles de soutient et de précautions de la part du chef, il laissa le personnel donner à Emma un chariot de réanimation munis du nécessaire pour soigner Lucy et les fameuses boites bleues pour calmer le Toxicomane en manque.
Merci. souffla t elle en déglutissant.
Elle repoussa le policier qui voulait lui faire porter un gilet part balles, il était hors de question quelle en porte un, perte de temps, ce temps précieux à ses yeux, et elle partit tout aussi rapidement en poussant ce chariot qui rendrait certainement la liberté aux otages.
Elle se mit devant la porte, montant son visage à la petite fenêtre pour que le Tox. ne soit pas surprit que la porte s'ouvre.
Me voici. dit elle d'une voix étranglé, posant son regard sur Logan encore entier. Un soulagement l'assaillit, les larmes coulèrent encore, elle ne pouvaient les contrôler, tout serait bientot finit très rapidement, elle l'espérait du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Team Bistouri modération

avatar
Lucy Shepherd Heaven


Team Bistouri modération


✱ ©crédit : Avatar by Shiya & icons et gifs by me
✱ Nombre de messages : 356

Date d'inscription : 14/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 25 ans
♦ Service:

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 13 Avr - 19:45

    C'était assez troublant de constater à quel point le monde pouvait être bouleverser en quelques secondes. Un tremblement de terre causait des millions de victimes en quelques minutes, alors que quelques secondes plus tôt tout allait pour le mieux, une crise cardiaque pouvait entraîner la mort alors que rien ne la présageait et vous pouviez monter dans un ascenseur et vous retrouvez avec une balle dans le ventre quelques secondes après... C'est faux de croire que tout est acquis, il faut sans cesse se battre, se méfier de ce qui peut arriver. Lucy avait toujours eu foix en l'avenir. Elle avait toujours cru que tout s'arrangerait, mais parfois,ce n'était pas le cas. La jeune interne n'aurait jamais pu prédire en déposant sa petite fille à la crèche ce matin que ce serait peut être la dernière fois qu'elle la verrait. Non, ce ne pouvait être la dernière fois qu'elle la verrait. Lucy s'y refusait. Ce fut comme un déclic, elle voulut se battre, reprendre le dessus et survivre à sa blessure..
    Elle inspira une grande bouffée d'air et revint à elle. La douleur la surprit et fut si fulgurante qu'elle laissa échapper un grand cri de douleur. Un coup de feu retentit. Le toxicomane avait surement laissé échapper un coup de feu, surprit. Lucy se mit à songer qu'il aurait mieux fait de la tuer pour faire cesser cette douleur. La pince de Mark en train de retirer la balle lui donnait l'impression qu'on lui retirait les intestins un à un ou qu'on enfonçait un couteau dans sa plaie et qu'on le lui tordait dans tout les sens. Lucy se débattit pour faire cesser cette douleur. C'était insupportable, une douleur si vive qu'elle en avait la respiration coupée. Elle sentit qu'on lui prit les mains pour l'obliger à arrêter de bouger. Elle pouvait provoquer encore davantage de dégâts en bougeant ainsi mais Lucy en était totalement inconsciente, elle ne songeait qu'à une chose, arrêter cette douleur qui était insupportable. Immobilisée par des mains dont elle ignorait qui était le propriétaire, elle ne put plus bouger et tourna la tête sur le côté en serrant fortement les dents pour lutter contre la douleur. Elle sentit des larmes couler le long de ses joues mais lutta de toutes ces forces pour rester consciente, ne sachant pas si elle se réveillerait au cas où elle sombrerait de nouveau. Elle cessa de bouger, incapable, mais serra fortement ses mains au point de se faire saigner. Lucy se ressaisit et endura la douleur du mieux qu'elle le put. La jeune interne sentit enfin la pince sortir de son abdomen mais à ce moment-là, elle provoqua une hémorragie. La balle devait être située tout près d'une artère et le fait de la retirer déboucha l'artère qui vida son sang. Lucy sentit des mains s'affairer au dessus d'elle. Un voile noir passa devant ses yeux.
    Lucy tourna un regard embué vers Lorenzo. D'une voix si faible qu'il dut se pencher pour écouter, elle murmura :


    Promets-moi s'il te plait.. J'ai plus la force..

    La jeune interne ne voulait pas partir en sachant que sa fille serait seule.. Elle voulait juste une promesse, juste quelques petits mots pour la rassurer.. Lucy perdit de nouveau conscience et cessa de lutter au moment même où Emma poussa la porte et revint avec le chariot de réanimation et les médocs pour le toxico.

_________________

&' clique <3
La vie est faite de choix. Oui ou non. Continuer ou abandonner.
Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que
d'autres : Aimer ou haïr. Etre un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre.
Vivre ou mourir...
Revenir en haut Aller en bas
http://theisland.forumakers.com/
Sedu₡eragainst his will

avatar
Lorenzo W. Donovan


Sedu₡eragainst his will


✱ ©crédit : Tali
✱ Nombre de messages : 839

Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
♦ Relations:
♦ Mon âge:: 36 ans
♦ Service: Traumatologie

MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   Mer 13 Avr - 20:19

Le docteur face à Lorenzo se proposa pour aller chercher la balle dans l'abdomen de Lucy avec la pince. Craignant de ne pas être assez précis, Lorenzo accepta d'un hochement de tête et, gardant le doigt là où se situait la balle, aidait son collègue en le guidant un peu, suivant le mouvement de la pince des yeux. Une fois qu'il aura retirer la balle, ils savaient qu'ils devront tout faire pour stopper l'hémoragie avec les moyens du bord, c'est à dire pas grand chose. Mais il fallait quand même le faire s'ils voulaient que Lucy ait une chance de survivre. C'est alors que son collègue commença à engager la conversation. Cela le surprit un dixième de secondes avant de comprendre que cela les forceraient à se détendre un peu malgré la situation.

- Enchanté, moi v'est Donovan. lorenzo Donovan, titulaire en traumato, comme je vous l'ai dit tout à l'heure. Pour Lucy, je ne sais pas vraiment. Je suis là depuis peu et on est simplement colocataire.

Lorsque la pince toucha la balle, les deux chirurgiens se regardèrent dans les yeux et Lorenzo sentit que Mark venait de l'attraper. C'est maintenant que le plus dur allait arriver. Une fois la balle sortie, ils devraient gérer tant bien que mal l'hémoragie. Le moment approchait de plus en plus et quand la pince ne fut plus qu'à quelques centimètres de la sortie, Lucy revient à elle d'un coup et commença à se débattre. Sans vraiment réfléchir, Lorenzo essayait immédiatement de l'immobiliser malgré le grand cri de douleur qu'elle laissa échapper et lui saisit les mains sans même remarquer le nouveau coup de feu. C'était un peu comme s'il était dans une autre dimension à ce moment là. Bien qu'il lui demandait de se calmer, l'interne ne semblait pas l'entendre mais s'immobilisa tout de même, serrant assez fort les mains de l'italien. Le fait qu'elle lui serre les mains avec autant de force rassura Loenzo, elle semblait bien décidée à se battre pour vivre et cela ne pourrait que faciliter le boulot du plasticien et du tramato. D'ailleurs, le plasticien retira enfin la pince du coprs de l'interne et aussitôt l'hémoragie attendue commença. Agissant par pur réflexe, Lorenzo lâcha un des mains de Lucy et enfonça un des doigts de sa main droite dans la plaie laissée par la balle pour stopper au mieux l'hémoragie. Sentant peu à peu la poignée de Lucy se faire plus faible, il se tourna vers elle alors qu'elle lui demandait de lui promettre de s'occuper de Nohélia. Pas besoin de promettre ce genre de chose, elle savait bien qu'il le ferait au cas où Lucy y restait. Mais il ne le fit pas. Profitant des quelques secondes de lucidités de l'interne, il se contenta de lui dire :

- Accroche toi Lucy.

Il fallait qu'elle s'accroche. Et lui aussi maintenant qu'il avait plonger son doigt dans la plaie de la brune. Il ne pouvait pas le retirer avant qu'on ne puisse stopper l'hémoragie autrement. C'est à ce moment là que la deuxième infirmière qu'avait laissé sortir le toxico revient avec des doses de narcotiques et surtout un charriot de réa avec tout le nécessaire pour soigner l'interne. Ne pouvant quitter sa place sans condamner sa colocataire à se vider de son sang, Lorenzo regarda de nouveau Mark.

- Je crois que je ne peux pas vraiment aller chercher ce qu'il faut pour le moment. Prêt à risquer d'avancer vers le toxico ?

Même si maintenant il avait enfin ses doses, il n'en restait pas moins instable et imprévisible. Qui leur disait qu'il laisserait le chirurgien prendre le charriot et l'amener vers le lit pour soigner l'interne sans tirer de nouveau dans le tas, faire un nouveau blessé, ou pire, un mort ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breathe RPG ::  :: 
NIVEAU 3 ▬ LES DIFFERENTS SERVICES
 :: Neurologie
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit